DEPENDANCES

 

LES PISTES DE COMPREHENSION DE RETROUVER SON NORD

                                                 Vous êtes sur le site de Retrouver Son Nord   retour à laa page d'accueil

 

Nous savons bien que ceux qui succombent à un mouvement de dépression, qui perdent l’espoir, se consolent parfois en régressant vers le plaisir du boire qui fait triompher la rêverie dans leur imaginaire, comme lorsqu’ils étaient tout petits et que leur mère les avait en charge. Leurrés par cet apaisement factice, ils s’arrêtent alors d’aller de l’avant vers la vie et de se prendre en charge. Entrés dans ce processus, angoisse, dépression, boisson, leur sentiment de solitude oublié dans la rêverie, ils croient avoir trouvé la solution à leur épreuve mais l’alcool les intoxique, annihile leur volonté et détruit leur corps.

(Françoise Dolto, L’Évangile au risque de la psychanalyse)

Heureusement,  nous faisons souvent l'expérience que ce n'est pas  une fatalité lorsque le dépendant fait le pas d'entreprendre une psychothérapie...

 

Le paradoxe  des "solutions" conventionnelles pour sortir des dépendances,

c'est qu'on propose la plupart du temps un autre dépendance (celle à l'abstinence ou aux médicaments comme le baclofène) !

Vous découvriez sur cette page comment en sortir vraiment, sans tomber dans quelqu'autre dépendance

et aussi sans quelque privation a terme...

 

L'indépendance est un choix personnel, la dépendance est une contrainte implacable (Josiane Criscuolo).
 

 

 

LES PISTES PROPOSEES PAR RETROUVER SON NORD

 

Liens vers les autres pages principales :

 -  PSYCHOBIOLOGIE  - Santé  -   Couple  -  Famille  -  Habitat 

 Développement PERSONNEL & PSYCHOTHERAPIES

AUTARCIE ENERGETIQUE

 

                                                                 Vous êtes sur le site de Retrouver Son Nord   retour à laa page d'accueil

 

RECHERCHER SUR CE SITE  

 

EN CAS DE MALAISE OU DE MALADIE, CONSULTEZ D'ABORD UN MÉDECIN OU UN PROFESSIONNEL DE LA SANTÉ EN MESURE D'ÉVALUER ADÉQUATEMENT VOTRE ÉTAT DE SANTÉ.

En effet, les informations fournies sur ce site sont destinées à améliorer en complémentarité, non à remplacer, la relation qui existe entre le visiteur du site et son médecin etc., mais ne s'y substitue en aucune manière. (cf. notre déontologie)

 

 

 

 

C'est souvent un choc psychologique, une forte prise de conscience

qui convainc de se faire accompagner pour se libérer d'une dépendance

 

 

Ce que nous proposons comme séances

 

Ni Baudouin Labrique, ni Anne De Vreught n'adhérent en quelque point que ce soit  à la Biologie-Totale, qu'ils refusent vu les dérives qu'elle génère par manque criant de précaution, d'éthique et de déontologie. Tout autant, ils ne cautionnent en aucune manière  les comportements intégristes et outranciers du Dr Hamer.

En revanche, ce à quoi je fais plutôt référence sur ce site, ce sont les outils utilisés en filigrane dans les séances de psychothérapie  et qui proviennent des incontestables apports  de la Physique Quantique et de la psychobiologie moderne dans ce qu'ils mettent en lumière les rapports du psychisme sur le corps et inversement, d'une manière bien plus sensée et bien plus complète que n'a su le susciter la Biologie-Totale et qui a plutôt démontré une piètre capacité à "former" des thérapeutes dignes de ce nom (fréquentes carences criantes et dangereuses vu notamment

leurs comportements iatrogènes et les enfreintes relatives à l'éthique et à la déontologie).

 

 

 

 

retour à laa page d'accueil Retrouver Son Nord 

 

menu

Contenu de cette page avec des liens directs vers les sujets :

Dernières mises à jour :¨

"L'indépendance est un choix personnel, la dépendance est une contrainte implacable"

Toute dépendance est l'expression d'un solide programme biologique de survie

"Alcool chez les jeunes: la dangereuse hypocrisie des industriels"
Aperçu des liens et des activités proposées en rapport avec les dépendances

Quand la consommation accrue de sucre masque en fait le déplacement d'une dépendance...

 

Pages d'humour

FAQ (foire aux questions)

Aborder les questions de santé en séances individuelles

Que peut bien apporter thérapeutiquement de tels enseignements ?

 

 

"L'alcool est l'aspirine de l'âme." Gauthier Louis

 

"J'ai retiré plus de choses de l'alcool que l'alcool ne m'en a retirées." Winston Churchill

 

 

Que peut bien apporter thérapeutiquement les enseignements repris sur cette page ?

La mise au jour des origines conflictuelles qui ont installé un code psychologique lui-même engendrant une dépendance particulière et les maladies qui y sont associées (comme celles que l'on croit faussement provoquées par le tabagisme), est la première étape qui permet à tout dépendant de pouvoir vraiment se libérer de son assuétude. On court tout droit à l''échec en recourant seulement à de telles approches comme l'hypnose ou à d'autres techniques comportementales si on se prive d'en analyser les vraies causes, qui sont toujours psychobiologiques, qui expriment aussi les conflits liés à notre incarnation et qui sont en lien également avec l'histoire de la famille.

"Une grande partie des thérapeutes offrent des thérapies comportementales pour combattre les symptômes des patients

sans chercher leurs significations et leurs causes, parce qu’ils sont persuadés qu’elles sont introuvables.

Pourtant, dans la plupart des cas elles le sont mais elles sont toujours cachées dans l’enfance,

et rares sont les personnes qui veulent la confronter. " Alice Miller

Comme le tabac, l'alcool etc. l'objet de la dépendance est une sorte de drogue (= "médicament", en grec) qui a son utilité comme l'aurait la prise d'un médicament pour combattre le stress etc. sans toutefois résoudre les causes de son apparition. En considérant l'objet même de la dépendance et des effets qu'elle produit et qui sont autant de "solutions" apportées par rapport au stress initial dont on n'a pas réussi à se libérer. Comme toute maladie qui est une solution temporaire pour solutionner un conflit, la dépendance est également une tentative de solutionner dans l'instant un conflit alors occulté. Voici une fiche-mémo (à adapter) qui vous permettra de voir qu'elles sont les étapes suggérées pour arriver à sortir enfin de l'alcoolisme. Voir la foire aux questions.

 

                                                                               MISE EN GARDE : ce que ce site est et n'est pas

 

                                                                                       

 

 

Toute dépendance est l'expression d'une solide dynamique biologique de survie,

la plupart du temps bien caché !

 

« Ne juge jamais un homme avant d'avoir marché un mille dans ses souliers. »
Proverbe sioux

 

 

"L'indépendance est un choix personnel, la dépendance est une contrainte implacable" (Josiane Criscuolo).
 

 

Se défaire d'une dépendance n'a rien à voir avec une simple question de volonté !  C'est ce qui explique l'échec des méthodes purement comportementales à long terme, comme celle du TSN (traitement substitutif à la nicotine) dans les cas de dépendance au tabac ou les nouveaux médicaments pour tenter d'arrêter de boire.  Bien sûr qu'au départ, la volonté de démarrer un processus de sevrage est indispensable, mais comme pour tout "mal à dire", il est important d'en découvrir les vraies causes psychobiologiques et transgénérationnelles : d'abord dans le vécu personnel et puis (éventuellement) dans les dynamiques en résonance qui sont la plupart du temps cachées : les "valises" transgénérationnelles? On pourra alors mettre au jour leurs fonctions en allant par exemple identifier quel est précisément le sens de notre incarnation familiale ; ce n'est qu'ensuite qu'on pourra les remplacer par de nouveaux projets de Vie, sa vraie voie, librement choisis : en déconnection totale avec les passés personnel et familial.

 

Si on se contente de supprimer en se faisant ainsi violence, une dépendance sans aller en rechercher pour les guérir les causes profondes, on verra émerger la plupart du temps une autre dépendance ; on comprend alors, par exemple, pourquoi beaucoup de gens qui arrêtent de cette et unique façon de fumer, de trop manger ou de boire prennent du poids ou se mettent à fumer ou à boire par exemple : le vide que comblait la fumée, la nourriture, l’alcool est alors remplacé par ce que la dépendance permet de remplir...

 

Le professeur Henri Laborit (1914-1995) a démontré scientifiquement que la maladie était l'expression d'une situation où on ne peut pas agit ("L'inhibition de l'action", qui est aussi le titre d'un de ses livres) ; le recours à l'une des diverses assuétudes constitue en fait une des tentatives d'évitement de l'angoisse et du stress générés par l'impossibilité d'agir : soit en fuyant, soit en résistant activement. Ne jugeons donc pas ceux qui s'installeraient dans une dépendance, quelle qu'elle soit. Seulement informons-les en toute responsabilité que cela a une influence directe et déterminante sur la qualité de leur "terrain" et donc sur la manière dont les maladies vont apparaître : rapidité, qualité et volume des somatisations.

 

Le Pr Laborit dit encore "(...) pour faire une infection ou une affection néoplasique [Ndlr :cancer], il ne suffit pas d'un contact avec un microbe ou un virus ou un irritant local chroniquement subi. On a trop focalisé sur le microbe, le virus ou le toxique cancérogène et pas assez sur le sujet, sur son histoire passée et présente, ses rapports avec son environnement. Les toxiques eux-mêmes doivent sans doute présenter une toxicité variable suivant le contexte et le statut social de l'individu qu'ils atteignent. (...)." (C'est B. Labrique, auteur de cette page  qui a souligné et a mis en rouge).
 

Voici, qui le confirme, une autre remarque pertinente du Dr Thomas-Lamotte, neurologue et auteur du livre "Et si la maladie n'était pas un hasard" répondant à une question relative aux statistiques du cancer et le fait qu’on l'attribue erronément à des toxiques :

« (…) j’aimerais parler du cancer du larynx qui est classiquement et presque unanimement attribué à l’intoxication alcoolo-tabagique. En France, dans la population générale, on retient le chiffre de 1,2 % de cas. Dans une population francophone, ce chiffre atteint 9% chez les religieuses cloîtrées ! (Dr Michel Moirot). Devoir se taire pendant des années devant une mère prieure semble un facteur de risque bien plus grave que l’intoxication alcoolo tabagique. Mais ce genre de statistique n’intéresse pas les scientifiques. Il dérange leur croyance. »

Voici une autre source où il explicite  ce qui précède :

« Seuls les conflits psychiques rendent malades. Les facteurs de risque ne sont pas les causes des maladies. L'enfant sait bien que ce n'est pas la neige qui casse la jambe du skieur! Huit jésuites étaient présents à Hiroshima lors de l'explosion de la bombe atomique. Ils étaient européens, pas impliqués dans le conflit. Trente ans après, ils étaient toujours en bonne santé. Pourtant c'est bien connu: les radiations atomiques, c'est hyper dangereux. [Il faut certes ici nuancer passé certaines doses radioactives, l'effet toxique est tel qu'il aura de toutes façons des effets somatiques indépendant de l'influence du psychisme ; on ne sait évidemment pas quel était le taux de radioactivité subi par ces Jésuites.]

Questions subsidiaires: l'alcool et le tabac sont les facteurs de risque majeur du cancer du larynx, mais ils ne sont pas la cause! On comprend mieux que ce soient des religieuses cloîtrées qui fassent le plus de cancer du larynx (9% contre 1% à 2% dans la population générale). Le tabac que l'on respire est un facteur de risque du cancer du poumon, mais pas la cause. On comprend mieux que les fumeurs qui inhalent profondément la fumée fassent 50 fois moins de cancer du poumon que ceux qui crapotent. Un scientifique qui confond facteur de risque et la cause d'une maladie est un imposteur ou un ignorant de la logique, la base du raisonnement scientifique »

 

Retour au menu de cette page consacrée aux dépendances

 

 

Et c'est vrai : à un moment donné, comme toute dépendance, l'alcool est devenu

la seule solution de survie trouvée, à portée de la main.

Abstenons-nous alors de juger ceux qui y ont recours.

 

"Immanquablement, presque immanquablement, vient un moment dans la vie où ça ne va plus, mais alors plus du tout. Nous sommes confrontés à une invincible défaite, à un sentiment d'échec que l'on ne peut plus vaincre en soi ? » (...) Nous nous croyons réellement victimes des autres, de nos parents et de nos enfances, nous dit-il, alors que nous sommes principalement  les bourreaux inconscients de nous-mêmes. Nos besoins et nos peurs nous tyrannisent de l'intérieur plus adroitement que n'importe qui. (...) notre personnalité est constituée d'un ensemble de programmations qui nous renferment en nous-mêmes, réduisent notre vitalité et sabotent nos possibilités réelles de développement. Nous nous lançons ensuite à la poursuite de compensations extérieures  qui finissent par nous épuiser au lieu de nous satisfaire." (Guy Corneau "Victime des autres, bourreau de soi-même") "(…) la tentation est souvent grande d'endosser le costume de victime et de faire porter la faute de notre malaise aux autres. En s'appuyant sur le mythe d'Isis et Osiris, Guy Corneau nous montre que nous sommes généralement nos propres bourreaux, souvent par souci de nous constituer une personnalité factice. Il nous guide à travers les étapes de notre transformation intérieure, afin de nous réconcilier enfin avec nous-mêmes. » (source)
 

Il y pourtant des possibilités d'en sortir ; souvent, la collaboration de la famille est plus qu'indiquée ; en effet, au vu de ce que nous rencontrons en psychothérapie et en thérapie familiale, nous constatons que celui qui souffre d'une dépendance est en fait le fusible qui saute à cause des tensions, mal-être etc. présents dans la famille et souvent depuis plusieurs générations (voir plus bas).

 

Ce que nous proposons comme séances

Voir aussi la foire aux questions sur les dépendances

 

Retour au menu de cette page consacrée aux dépendances

-----------------------------------------------

 

"Alcool chez les jeunes : la dangereuse hypocrisie des industriels"

 

"Les industriels de l'alcool soignent leur image, notamment en finançant les campagnes de prévention. Mais dans le même temps, ils redoublent d'effort pour piéger les jeunes : publicités, marketing, sponsorisation" met en exergue cet article du "Vif-l'Express" ; 'Le Centre de recherche et d'information des organisations de consommateurs (Crioc) et des associations de prévention et d'éducation viennent de s'en prendre à InBev (Jupiler, Stella...) : ils ont sévèrement condamné sa récente campagne de sensibilisation,"

 

Selon le Crioc, "nous serions au cœur même d'une grande stratégie de diversion : les fabricants en profiteraient, notamment, pour se présenter comme des partenaires éthiques et responsables. Ils occulteraient leur part de responsabilité dans les consommations nocives d'alcool d'une partie de la population, et tout particulièrement les jeunes - que les brasseurs visent spécialement.
Ils chercheraient aussi à confirmer l'actuel statu quo législatif qui les autorise à mener de fructueuses campagnes de pub, de marketing et de sponsorisation. L'enjeu de ce débat était de taille : les sept ministres belges de la Santé se réunissaient, cette semaine, pour réfléchir au « plan alcool » et aux « mesures à prendre contre les dommages liés à l'alcool »."


 

Retour au menu de cette page consacrée aux dépendances

 

----------------------------------------------

sucre

Quand la consommation accrue de sucre masque en fait

le déplacement d'une dépendance...

 


 

Vouloir supprimer simplement ce qui fait l'objet de la dépendance, c'est la reporter sur un autre objet, comme ce qui est soulevé dans cet article du Vif intitulé : Le sucre serait-il le nouveau tabac ?.  L'article pose ensuite la question : "Le sucre a pris la place des graisses comme accusé principal de nombreuses maladies. À raison ?" Nous avions déjà pointé le mauvais procès fait au cholestérol erronément réputé comme responsable notamment de nombreuses maladies cardiaques. Cette fois, il semble n'y avoir aucun doute que le sucre ajouté reste un aliment des plus toxiques pour le corps, mais on ne s'interroge pour autant pas sur les raisons qui font en fait accroître sa consommation. En effet, reportant l'arrêt d'une dépendance (alcool, tabagisme...) sur une autre (l'alimentation dont le sucre) , faute d'en avoir résolu les causes profondes, c'est ce qui explique ainsi que beaucoup de personnes qui arrêtent de fumer grossissent, car elles mangent d'avantage et, se reportent sur la consommation de sucre, voire commencent à se droguer ou à prendre trop de psychotropes ce qui leur procure alors un effet similaire.

 

On court tout droit à l''échec, si on se prive d'analyser les vraies causes des dépendances, de la dépression etc., et qui sont toujours psychobiologiques :

"Une grande partie des thérapeutes offrent des thérapies comportementales pour combattre les symptômes des patients sans chercher leurs significations et leurs causes, parce qu'ils sont persuadés qu'elles sont introuvables. Pourtant, dans la plupart des cas elles le sont mais elles sont toujours cachées dans l'enfance, et rares sont les personnes qui veulent la confronter. "

Alice Miller, psychothérapeute.
 

Retour au menu de cette page consacrée aux dépendances

 

 

----------------------------------------------

 

 

« La société dans laquelle nous vivons est "psychotoxique",  elle contamine nos âmes et nos façons de penser et pas dans le bon sens […] Aujourd’hui quand nous sommes heureux, nous avons envie d’acheter quelque chose et quand nous sommes malheureux… nous avons envie d’acheter autre chose. La publicité nous vend la promesse du bonheur au travers de marchandises […] Plus une société est matérialiste, plus elle engendre des individus insatisfaits, anxieux, tendus, tristes. », (Le psychiatre Christophe André)

En fait, il faudrait que celui qui est ainsi prisonnier du consumérisme compulsif s'interroge sur les raisons profondes qui l'expliquent dans sa propre histoire et en désactive les effets, s'il veut s'affranchir de tels comportements qui font de lui finalement un perdant, ce qui l'éloigne du vrai bonheur...

 

 

 

 

 

FAQ (foire aux questions)

envoyer un courrier à  Retrouver son Nord

Consulter la liste complète des FAQ (tous les thèmes de ce site)

Dernière mise à jour :¨

- Peut-on arriver à guérir de dépendances par la psychothérapie ?

- Pourquoi la drogue plutôt que l'alcool ou la nourriture en excès etc. ?

- Y a t-il différentes sortes d'alcoolisme ?

- Mon conjoint, mon enfant souffre d'une dépendance et je n'arrive pas à ce qu'il suive une thérapie. Que faire ?

- Est-ce que l'abstinence est une solution ?

- Est-ce que choisir des supports de la dépendance moins nuisibles freine-t-il la dépendance ?

- Que penser du système des groupes d'alcooliques anonymes ?

- Que se risque-t-il de se passer si on a recours à la seule abstinence ou aux seules techniques comportementales ?

- Pourquoi une personne qui a résolu sa problématique en profondeur n'abuse plus de ce qui faisait l'objet de sa dépendance ?

- Dépendances émotionnelles : "quand on ne parvient pas à se libérer des sentiments qu'on ressent pour

  quelqu'un, existe-t-il un remède, un truc ou un chemin à suivre ? Bref, existe-t-il une solution active ou

  faut-il simplement attendre (peut-être toute sa vie) que le temps fasse son travail ?"

- Combien de temps faut-il pour se libérer d'une dépendance grâce à une psychothérapie adaptée ?

  Une autre question à nous soumettre ?  envoyer un courrier à  Retrouver son Nord

Consulter la liste complète des FAQ (tous les thèmes de ce site)

 

before

Une autre page d'humour ici

 

 

L'alcoolisme : alcoolisme.htm  : CE QUE TROP BOIRE VEUT DIRE  mais aussi ce que vivre avec un dépendant

                                                      veut-bien vouloir dire... Des pistes essentielles pour en sortir plus rapidement
 

Problématiques du (sur)poids :

                         - poids.htm : conférence et atelier : et si le surpoids, c'était comme une maladie guérissable ?

                         - silhouette.htm : comment se crée et s'entretient le conflit de silhouette.                         

                         - gommerouajouter.htm : Christian Flèche nous explique pourquoi certains grossissent

                            alors que d'autres maigrissent.

 

Le tabagisme :  - cf&atcigarette.htm  présentation de la conférence et des ateliers organisés régulièrement sur le sujet.

                          - pourquoi certains hamsters enfumés n'attrapent-ils pas le cancer alors que d'autres oui ?

                            Réponses à des questions posées à Baudouin Labrique sur des forums au sujet du tabagisme :

                            cigarettehamster.htm

                          - Les vrais dangers du tabagisme sont-ils ceux que l'ont croit ?.

 

Adevreughtthemes.htm : les Constellations Familiales Intégratives : une technique thérapeutique puissante pour libérer

                                          les valises transgénérationnelles et leurs conséquences néfastes sur  la santé, le couple,

                                          la famille, le travail etc. (stages d'un jour).

 

SanteALaUne.htm : sujet par sujet, au fil de l'actualité,  des commentaires faits à propos de annonces "Santé"

                                   du site "7Jour7". C'est l'occasion aussi d'y ajouter les vôtres.

 

 

 

Voir aussi la section SANTE

 

 

DERNIERE NEWSLETTER

 

Pour être informé des nouveautés via la NEWSLETTER,

laissez-nous votre adresse en cliquant sur

 

Découvrir ce que nous proposons en séance (individuelle ou collective) ?

 

 

 

 

 

Les Français sont en train de se poser la question de savoir s’ils ne devraient pas imprimer sur les paquets de cigarettes

 la photo d’un fumeur atteint du cancer du même nom ainsi que la mention “le tabac tue”.

L’effet sera-t-il suffisamment dissuasif que pour décourager les futurs consommateurs

ou faire baisser la fréquence d’inhalation des adeptes de Jean Nicot (1530-1600).

L’idée n’est pas bête et pourrait faire des petit, à savoir...

On ferait imprimer sur les sachets de bonbons des photographies de dents gâtées

et sur les étiquettes des bouteilles de bière ou de whisky des clichés d’accidentés de la route

perdant leurs derniers litres de sang dans le bas fossé.

Sur chaque emballage plastique, chaque canette, chaque bouteille d’eau minérale,

une vue de décharge publique où s’entassent pour les siècles des siècles les rebuts de notre société d’hyper consommation.

Sur nos T-Shirts, casquettes et chaussures de sport, on verrait le portrait des enfants esclaves

qui, dans des caves obscures quelques part en Asie, pour quelques centimes d’euro,

cousent de leurs petits doigts les vêtements que nous porterons

seulement quelques fois avant de les bazarder parce que le coloris ne sera plus de saison.

Il faudrait aussi apposer sur chaque litre d’essence l’image d’une mouette mazoutée

et sur chaque baril de pétrole, celle des terres inondées par les océans

qui vont bientôt déborder suite au réchauffement de la planète

ou celle de populations martyrisées par des guerres

dont le seul but est de préserver l’approvisionnement d’or noir

des pays les plus riches et les plus égoïstes du monde

Excusez-moi je m’énerve.

Au fond la meilleure solution serait peut-être tout simplement de faire imprimer sur les billets de banque cette mention

peut nuire gravement à l’humanité”  "

 

Philippe Geluck

 

Retour au menu de cette page consacrée aux dépendances

 

 

                                          

   SEANCES INDIVIDUELLES, CONSULTATIONS :
   Anne et Baudouin vous proposent des thérapies brèves dont l'un des buts est de vous fournir pour la vie

   des outils autothérapeutiques ; en étant conduit dès la première séance à vous retrouver dans l'action vers la guérison,

   vous vous permettrez alors de vous dégager plus rapidement de situations indésirables présentes et à venir.

   Extraits de la FAQ sur les séances individuelles : Que peut-on résoudre avec une thérapie individuelle ?

   Quels sont les rapports entre la médecine et la psychothérapie ?

 

Retour au menu de cette page consacrée aux dépendances

                                                     

 

 

 

                                                                                             

                                                                                                Pour être informé des nouveautés via la NEWSLETTER,

                                                                                                            laissez-nous votre adresse en cliquant sur

                                                                                   

 

 

 

                                                                                                Ou trouver les outils auto-thérapeutiques

 

                                                     Autres principaux domaines abordés sur le site Retrouver son Nord :

                        Santé  -Couple  -  Famille  -  Habitat  - Développement personnel  Autarcie énergétique

                                                                  envoyer un courrier à  Retrouver son Nord   

Placer Retrouver son nord sur votre page d'accueil

        Faire de cette page votre page d'accueil

         Ajouter Retrouver son Nord aux favoris

       Pour ajouter cette page dans vos favoris,

 tapez CTRL (maintenu enfoncé) + D

                                                           

                                                                                               

                                                                              retour à laa page d'accueil

 

 

FAQ (foire aux questions)

 

  Une autre question à nous soumettre ?  envoyer un courrier à  Retrouver son Nord

Dernière mise à jour :¨

Consulter la liste complète des FAQ (tous les thèmes de ce site)

 

- Peut-on arriver à guérir de dépendances par la psychothérapie ?

Oui, parce que les dépendances activent des dynamiques biologiques de survie d'une manière analogue à ce que font les maladies ; la psychothérapie est performante et adéquate pour tout ce qui touche au traitement des (vraies) causes de toutes les somatisations.

- Pourquoi la drogue plutôt que l'alcool ou la nourriture en excès etc. ?

Nous avons tous nos "entrées" somatiques spécifiques : elles sont elles-mêmes dépendantes de notre vécu, de notre histoire familiale (avoir par exemple eu un proche parent qui souffrait, par exemple, d'une dépendance analogue et ce qui constitue alors une "solution" connue et donc disponible et par rapport à laquelle la famille a pu, sinon aider à résoudre, du moins supporter tant bien que mal). Découvrir ce qui les activent est déjà très libérateur dans un premier temps et permet de se sentir déjà sur la voie de la guérison.

- Y a t-il différentes sortes d'alcoolisme ?

Il y a  autant de sortes d'alcoolisme que de personnes qui en souffrent, En effet, la prise excessive et compulsive d'alcool qu'elle soit continue ou épisodique agit comme un médicament pris alors pour tenter de solutionner un conflit. Les addictions sont alors les seuls moyens trouvés par les personnes pour essayer de résoudre leurs malaises, leurs conflits ...

- Mon conjoint, mon enfant souffre d'une dépendance et je n'arrive pas à ce qu'il suive une thérapie. Que faire ?

Celui qui vit avec un dépendant est souvent aussi quelqu'un qui souffre de ce qui est appelé la codépendance. C'est un programme qui s'emboîte parfaitement avec le programme de celui qui souffre de dépendance. La plupart du temps, lorsqu'un codépendant se libère de son programme, on observe que c'est l'un des chemins les plus rapides pour que le dépendant (avec qui il vit) et rétif à suivre une thérapie individuelle ou autre s'engage alors dans un processus de libération de sa propre dépendance. Une  thérapie de couple et/ou familiale facilitent aussi la guérison de chacun. Dans la vie du couple comme celle de la famille se cachent quelques fois des verrous qu'il convient prioritairement de lever ; ces derniers se révèlent par exemple sous forme de valises familiales.
- Est-ce que l'abstinence est une solution ?

L'abstinence (de ce qui fait l'objet de la dépendance) prônée comme solution est un leurre : on prend alors l'effet pour la cause et de plus, on maintient, certes involontairement, mais réellement, un sentiment dommageable de culpabilité chez le dépendant. Ici encore "l'enfer est pavé de bonnes intentions" car le recours à l'abstinence verrouille la culpabilité en lui donnant davantage de poids et qui restera lourd à porter :

"La société actuelle titube, voire s'écartèle, se déchire entre deux modèles, un modèle humaniste, la promotion de la santé et la réduction des risques et un modèle totalitaire, surprotecteur, le “tout à l'abstinence”.
L'un, centré sur la complexité, vise la responsabilisation, l'émancipation de l'individu, l'autre vise au contrôle total des déviances pour imposer la bonne voie et formater les individus selon une idéologie linéaire." (Source)

- Est-ce que choisir des supports de la dépendance (apparemment) moins nuisibles freine-t-il la dépendance ?

Ce n'est pas, en fabriquant, par exemple, du tabac moins nocif qu'on aidera les dépendants. Ils auront toujours besoin de la dose de ce que contient le tabac en tant que "médicament" antistress et donc ils en fumeront plus pour arriver au dosage nécessaire. Mais de la part des fabricants de tabac, c'est commercialement certes très rentable, car en plus, le dépendant en consommera davantage pour arriver à calmer son stress et il faudra donc chercher là, la réelle et cachée motivation commerciale donc, sous couvert "angélique" de fabriquer un tabac moins toxique.

- Que penser du système des groupes d'alcooliques anonymes ?
L'abstinence qui y est de mise ne saurait avoir aucun effet en profondeur, si on fait l'impasse sur le solutionnement des vraies causes ; de plus, on va injecter la (fallacieuse) croyance limitante qui est que l'abstinence représente la seule solution qui prévaut et guérira de ce qui a installé la dépendance (plus de détails).

- Que se risque-t-il de se passer si on a recours à la seule abstinence ou aux seules techniques purement comportementales ?

La personne risque, par exemple, de remplacer le tabac par l'excès de nourriture, voire de la boisson etc. On ne fait alors que déplacer la problématique en augmentant le sentiment d'impuissance, car, le programme n'étant pas résolu, il ne fait que changer de code.

- Pourquoi une personne qui a résolu sa problématique en profondeur n'abuse plus de ce qui faisait l'objet de sa dépendance ?

L'objet de l'assuétude constitue un CODE qui permet à la personne de survivre ; une fois, la problématique résolue, le code n'a plus besoin d''être actif ; il y a alors toujours un retour à la "normale" et donc vers une vie qui est davantage une existence plénière qu'une survie.

- Dépendances émotionnelles : "quand on ne parvient pas à se libérer des sentiments qu'on ressent pour quelqu'un, existe-t-il un remède, un truc ou un chemin à suivre ? Bref, existe-t-il une solution active ou faut-il simplement attendre (peut-être toute sa vie) que le temps fasse son travail ? "

Les dépendances émotionnelles sont aussi à l'origine d'une problématique analogue à celle des autres dépendances : c'est une solution de survie. Les dépendances sont présentes comme une sorte de médicament qui nous permet de mieux supporter la souffrance. C'est une solution d'attente. Pour s'en libérer, il est nécessaire de résoudre le ou les conflits conscients ou inconscients sous-jacents (cf. ce que nous en dit la psychobiologie). C'est en effet un mal-à-dire qui, certes, ne se somatise pas en maladie, au sens médical du terme. Nous avons le choix d'attendre que le "temps fasse son travail" de deuil, mais on peut aussi (plus rapidement) recourir à l'aide d'une psychothérapie adaptée qui permettra de :
     1° lever les causes réelles de ce verrouillage émotionnel,
     2° d'agir très concrètement pour engager un processus efficace de deuil de la relation affective dont on veut se dégager. (Plus de détails
sur les dépendances en général). Nous pouvons Anne ou moi aider à y arriver plus rapidement, bien sûr (cf. séances).

- Combien de temps faut-il pour se libérer d'une dépendance grâce à une psychothérapie adaptée et comment sait-on qu'on y est arrivé ?

Tous les patients qui ont bénéficié de notre approche en allant jusqu'au bout de la thérapie ont pu, non seulement résoudre en profondeur les causes de leur dépendance, mais, de plus, après un nécessaire temps de sevrage, s'en libérer complètement ; suivant le type de dépendance, l'investissement de celui qui en souffre, il faut compter en moyenne de 4 à une dizaine de séances. Ensuite, ces personnes pu comme tout le monde, de nouveau être en contact à ce qui alimentait leur dépendance, mais  sans en abuser, signe d'une véritable guérison en profondeur. Enfin, ils ont alors acquis des outils auto-thérapeutiques dont ils pourront se servir encore sans se rendre dépendants alors de thérapeutes, ce qui serait le piège à éviter à tout prix, car il substituerait une dépendance à une autre. Découvrir comment se passent les séances individuelles.

 

Une autre question à nous soumettre ?  envoyer un courrier à  Retrouver son Nord
 

Consulter la liste complète des FAQ (tous les thèmes de ce site)

  Une autre question à nous soumettre ?  envoyer un courrier à  Retrouver son Nord

Retour au menu de cette page consacrée aux dépendances

 

 

 

                                                                                           

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                Quand on vous disait que l'alcool ("a- colle") permet de dé-coller d'un problème ! ...

 

 

 

                                                                       

Contenu de cette page avec des liens directs vers les sujets :

"L'indépendance est un choix personnel, la dépendance est une contrainte implacable"

Toute dépendance est l'expression d'un solide programme biologique de survie

"Alcool chez les jeunes: la dangereuse hypocrisie des industriels"
Aperçu des liens et des activités proposées en rapport avec les dépendances

Quand la consommation accrue de sucre masque en fait le déplacement d'une dépendance...

 

Pages d'humour

FAQ (foire aux questions)

Aborder les questions de santé en séances individuelles

Que peut bien apporter thérapeutiquement de tels enseignements ?

 

Cette page est généralement classée dans les dix premières (sur 133.000 pages) sur Google (recherche sur le mot "dépendances")

 

 

                                                                        

                                                                             Merci à Philippe Geluck

 

 

Que peut bien apporter  thérapeutiquement de tels enseignements ?

La mise au jour des origines conflictuelles de ce qui engendre le recours à une dépendance et les maladies qui y sont associées comme celles que l'on croit (faussement) provoquées par le tabagisme, est la première étape qui permet à tout dépendant de pouvoir vraiment se libérer de son assuétude. On court tout droit à l''échec en recourant seulement à de telles approches comme l'hypnose ou à d'autres techniques comportementales si on se prive d'en analyser les vraie causes, qui sont toujours psychobiologiques, qui expriment aussi les conflits liés à notre incarnation et qui sont en lien également avec l'histoire de la famille.

"Une grande partie des thérapeutes offrent des thérapies comportementales pour combattre les symptômes des patients

sans chercher leurs significations et leurs causes, parce qu’ils sont persuadés qu’elles sont introuvables.

Pourtant, dans la plupart des cas elles le sont mais elles sont toujours cachées dans l’enfance,

et rares sont les personnes qui veulent la confronter. " Alice Miller

Comme le tabac, l'alcool etc. l'objet de la dépendance est une sorte de drogue (= "médicament", en grec) qui a son utilité comme l'aurait la prise d'un médicament pour combattre le stress etc. sans toutefois résoudre les causes de son apparition. En considérant 'objet même de la dépendance et des effets qu'elle produit qui sont autant de "solutions" apportées par rapport au stress initial dont on n'a pas réussi à se libérer. Comme toute maladie qui est une solution temporaire pour solutionner un conflit, la dépendance est également une tentative de solutionner dans l'instant un conflit alors occulté. Voici une fiche-mémo qui vous permettra de voir qu'elles sont les étapes suggérées pour arriver à sortir enfin de l'alcoolisme. Voir la foire aux questions.