COUPLE

 

LES PISTES DE COMPREHENSION DE RETROUVER SON NORD

                                                 Vous êtes sur le site de Retrouver Son Nord   retour à laa page d'accueil

 

 

 

Aimer, ce n'est pas se regarder l'un l'autre, 

 c'est regarder ensemble dans la même direction.
Antoine de Saint-Exupéry


 

Foire aux questions (FAQ) sur la Thérapie de couple

 

Liens vers les autres pages principales :

 -  PSYCHOBIOLOGIE  -- Santé  -  Dépendances  -  Famille  -  Habitat   

Développement PERSONNEL & PSYCHOTHERAPIES

AUTARCIE ENERGETIQUE

 

RECHERCHER SUR CE SITE  

 

 

 

 

contenu

Contenu de cette page avec des liens directs vers les sujets :

Dernières mises à jour :¨

Améliorer son couple en changeant de comportement ?

Comment sauver son couple ?

 Qu'est ce qui détermine le choix du partenaire et la manière dont le couple va vivre ?

 Pourquoi prendre un conjoint qui ressemble (ou surtout pas) à l'un de ses parents ?

 Pourquoi certains ne peuvent pas s'empêcher de vivre avec des alcooliques ?

Pourquoi des femmes tombent-elles sur des hommes qui les abandonnent ?

Mon beau-père (ma belle-mère) porte le même prénom que mon père (ma mère)

"Ce qui met en péril une relation de couple"  à la lumière des Constellations Familiales.

¨ Violences conjugales : il y a peu de différences entre les sexes
Aperçu des liens et des activités proposées en rapport avec ce thème du couple

"Pourquoi celui-là et pas un autre ?"

Les enfants s'expriment au sujet du couple

Foire aux questions (FAQ) sur la Thérapie de couple

Pages d'humour

Cette page est généralement classée N°1 (sur 1.210.000 pages) sur Google (recherche sur le mot "couple"

et classée N°1 (sur 47.700 pages) sur Google (recherche sur le mot "thérapie de couple")

 

 

 

sauver

 

C'est le titre d'un article paru le 10 octobre 2012

dans l'hebdomadaire belge FEMMES D'AUJOURD'HUI écrit par Christelle Gilquin

et auquel Baudouin Labrique, psychothérapeute et thérapeute de couple a participé.

Baudouin Labrique

 

N.B. Contrairement à ce que le titre de l'article pourrait faire croire, aucune personne autre que faisant partie des membres du couple en question (et de commun accord sine qua non) ne peut prétendre sauver un couple. Il n'appartient en aucun cas à celui qui accompagne professionnellement un couple (psychothérapeute, conseiller conjugal, médecin, psychiatre, sexologue voir coach...) d'y arriver (°), ni même de prétendre le faire ou d'en avoir la mission ; l'accompagnant qui le soutiendrait déraperait en se rendant coupable d'une importante enfreinte à l'éthique et à la déontologie, en ce que cela notamment s'assimile à une promesse de guérison.

(°) Tout autant concernant quelque problématique de santé que ce soit ; en effet, n’ayant aucun devoir de résultats mais de moyens, le facilitateur que doit rester le thérapeute vise à ce que le patient SE guérisse : "Le vrai médecin est le médecin intérieur. La plupart des médecins ignorent cette science qui, pourtant, fonctionne si bien", soulignait le Dr Schweitzer ». (Extrait de Quand les thérapeutes dérapent. p. 41).

 

 

Extraits

 

 

                      

      

       

                      

    

Exemple  (cas vécu) de la responsabilité (inconsciente) du conjoint de celui qui est infidèle...

Le mari d'un couple au bord de la rupture prend rendez-vous en séance : il me dit qu'il se sent fort coupable, car c'est la troisième fois qu'il trompe sa femme et celle-ci n'en peut plus ! Sur son insistance de vouloir sauver son couple, elle accepte de venir en séance avec lui. Le jour venu, le mari complètement déprimé vient pourtant seul, m'annonçant déconfis, que sa femme l'a finalement quitté. Tant qu'à faire, il veut comprendre les raisons qui le poussent ainsi et par trois fois, à tromper sa femme. Lors de la séance, il se rend compte qu'il l'a fait à des moments identiques et très interpellants : peu après la naissance de chacun de leurs trois enfants et durant quelques mois ! 

Mis en situation de pouvoir se remémorer ce qu'il a pu alors ressentir de souffrant , il me raconte qu'après chaque naissance, sa femme avait (d'autorité) placé le bébé dans le lit conjugal, entre  lui et elle, durant quelques mois. De plus, il m'exprime que durant cette période, il souffrait d'une perte importante d'attention et de manifestation d'affection de sa femme, tellement elle était rivée sur son bébé. Rapidement, il se rend également compte, que manquant de cette précieuse nourriture affective (cf. la pyramide de Maslow, analogiquement au besoin de se nourrir sur lequel on ne peut d'ailleurs pas faire l'impasse), il a été inévitablement poussé à rechercher dans les bras d'une autre de quoi combler ce vital et irrépressible besoin. Il faut savoir que lorsqu'après quelques mois, le bébé dormait finalement dans un lit séparé, le mari retrouvait l'attention de sa femme et arrêtait ipso facto sa liaison externe... .

Fortement soulagé et surtout déculpabilisé d'en avoir compris les ressorts cachés, il s'en va le raconter à son épouse. Celle-ci prend heureusement conscience de la responsabilité qu'elle a eue dans son parcours d'infidélité et d'elle-même, elle lui propose un rendez-vous en thérapie de couple. D'entrée de jeu dans la séance, elle reconnaît devant lui qu'elle avait donné trop d'attention à son bébé au détriment de son époux.

Comme on le dit dans l'article, c'est encore le cas ici où un conjoint  "participe, mais inconsciemment, à l'émergence de la problématique". Le couple renforcé s'est alors remis sur les rails, car chacun a pu "se remettre en question  sans accuser l'autre et repartir et repartir sur une nouvelle base avec une nouvelle forme de communication"...

 

Outil : les BESOINS, comment identifier ses besoins, mettre des mots dessus quand ils ne viennent pas aisément  et favoriser ainsi une meilleure communication notamment dans le couple :

- quand ils ne sont pas couverts :  EMOTIONS / RESSENTIS SOUFFRANTS, STRESSANTS ;

- quand ils sont couverts : EMOTIONS / RESSENTIS vécus comme bénéfiques.


DEPENDANCES : il est  écrit plus haut (dans l'article) que face à des problématiques de couple, des études montrent que la thérapie de couple s'avère plus efficace que le thérapie individuelle quand on n'a recours qu'à cette dernière ; c'est conforme ce que nous observons en thérapie en ajoutant que parallèlement c'est encore plus efficace que, conjointement à une thérapie de couple (voire familiale), chaque partenaire entame une thérapie individuelle, car certains choses ou pans de sa vie privée sont quelques fois difficiles à exprimer devant son partenaire. Enfin, il faut aussi se rendre compte que lorsqu'un partenaire est dans une dépendance, le codépendant souffre aussi en rapport avec des éléments non résolus de son histoire personnelle ... ; ce sera alors  l'occasion d'en désactiver les effets indésirables avec en plus, de grands bénéfices pour la qualité de la vie de couple

 (Extrait de la FAQ à propos des dépendances )

Mon conjoint, mon enfant souffre d'une dépendance et je n'arrive pas à ce qu'il suive une thérapie. Que faire ?
Celui qui vit avec un dépendant est souvent aussi quelqu'un qui souffre de ce qui est appelé la codépendance. C'est un programme qui s'emboîte parfaitement avec le programme de celui qui souffre de dépendance. La plupart du temps, lorsqu'un codépendant se libère de son programme, on observe que c'est l'un des chemins les plus rapides pour que le dépendant (avec qui il vit) et rétif à suivre une thérapie individuelle ou autre s'engage alors dans un processus de libération de sa propre dépendance. Une thérapie de couple et/ou familiale facilitent aussi la guérison de chacun. Dans la vie du couple comme celle de la famille se cachent quelques fois des verrous qu'il convient prioritairement de lever ; ces derniers se révèlent par exemple sous forme de valises familiales..
 

COMMUNICATION : consulter et surtout appliquer  la fiche pratique Le tu tue !

 

Tentative

Entre
Ce que je pense
Ce que je veux dire
Ce que je crois dire
Ce que je dis
Ce que vous avez envie d'entendre
Ce que vous croyez entendre
Ce que vous entendez
Ce que vous avez envie de comprendre
Ce que vous croyez comprendre
Ce que vous comprenez
Il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer.
Mais essayons quand même

Bernard Werber (L'encyclopédie du savoir relatif et absolu, Le Livre de Poche)

 

         Retour au menu de ce chapitre sur le couple

 

 

"LE PARISIEN" du Dimanche 7 août 2005

 

 

La preuve :

 


 

 

Maman explique à Noémie, 4 ans, que son oncle vient de rompre avec sa petite amie.
Noémie demande pourquoi.
Sa maman lui répond qu'ils ne s'entendaient plus.
Alors, elle répond: « Ils n'ont qu'à parler plus fort ! »

 

 

 

"Le couple heureux qui se reconnaît dans l'amour défie l'univers et le temps ;

il se suffit, il réalise l'absolu." Simone de Beauvoir

 

 

 

 

 

"Aimer, ce n'est pas se regarder l'un l'autre, 

 c'est regarder ensemble dans la même direction."
Antoine de Saint-Exupéry

 

Voir une autre position Yin & Yang de nos chats

et découvrir l'outil auto-thérapeutique associé.
 

 Retour au menu de ce chapitre sur le couple

 

Pour faire une recherche par mots-clés sur notre site :

                                                      
                                                   www.RetrouverSonNord.be

 

 

MISE EN GARDE : ce que ce site est et n'est pas

 

 

 

Autres thèmes principaux du site :

Santé - Dépendances - Famille - Habitat - Développement personnel

 

                                                                                  

DERNIERE NEWSLETTER

Pour être informé des nouveautés via la NEWSLETTER,

laissez-nous votre adresse

en cliquant ici

et en envoyant tel quel le message, c'est tout !

Si vous voulez faire connaître ce site à des connaissances,

avertissez-les en cliquant ici et envoyez leur tel quel le message

ou avec un petit mot d'accompagnement.

 

 

 Ce que nous proposons comme séances individuelles et en thérapie de couple

 

 

 « Une grande partie des thérapeutes offrent des thérapies comportementales pour combattre les symptômes des patients sans    chercher leurs significations et leurs causes, parce qu’ils sont persuadés qu’elles sont introuvables. Pourtant, dans la plupart des cas elles le sont mais elles sont toujours cachées dans l’enfance, et rares sont les personnes qui veulent la confronter. »

 Alice Miller.

Il est en effet indispensable lorsqu'on veut régler les problèmes en profondeur de sorte que leurs effets soient désactivés, de suivre un accompagnement psychothérapeutique, qui, sans tomber dans les travers d'une psychanalyse (passivité du thérapeute, durée...), offrira l'occasion aux patients, d'aller rechercher les causes profondes des maux (analyse la plus courte possible) pour ensuite et le plus rapidement possible en désactiver les effets grâce à des changements de comportements librement exprimés (non induits par le psychothérapeute). Le seul comportementalisme ici ou ailleurs ne se révélera au mieux que comme un emplâtre sur une jambe de bois, car ce qui n'aura pas été résolu en profondeur se traduira dans des situations souffrantes et répétitives... Analogiquement à ce qui se passe lorsqu'on ne veut traiter des maux psychiques qu'avec des médicaments, voici encore ce que la psychothérapeute Alice Miller faisait observer : dans Les raisons trouvables :
    « Aucun médicament ne peut nous renseigner sur les CAUSES de nos malaises ou maladies. Un médicament peut seulement brouiller ces causes et soulager la douleur – pour quelque temps. Mais les causes qui n’étaient pas reconnues restent toujours actives et continuent leur travail de signalisation jusqu’à ce que la maladie récidive. Et elle sera traitée par les autres remèdes qui, eux aussi, négligeront les raisons de la maladie.
Pourtant, ces raisons ne sont pas introuvables si la personne malade s’intéresse à la situation de l’enfant qu’elle a été. C’est cet intérêt qui lui permettra non seulement de vivre ses émotions mais aussi de les comprendre. Il est bien entendu que je parle ici des médicaments qui suppriment les émotions et en même temps les souvenirs. Il y a bien sûr des médicaments dont on ne peut pas se priver et qui ne sont pas inhibiteurs des émotions comme les antidépresseurs
.
».
 

Dans le choix du partenaire et la manière dont le couple va vivre, on retrouve la plupart du temps des causes logées dans l'enfance, voire le ventre maternel, mais aussi révélées au travers du projet de "nais-sens" que chacun active à la faveur des événements souffrants de sa vie ; personne n'y échappe - pour la fuir et/ou la reproduire (en tout ou en partie) - à l'image du couple parental voire des différentes images des couples présents dans la famille (cf. la psychogénéalogie).

alcool

Exemple n° 1 : c'est le cas de beaucoup de femmes qui sont nées avec le projet ("nais-sens") de la mère de sortir leur futur père d'une dépendance comme l'alcoolisme. Dans le meilleur des cas, dès la naissance de leur fille (premier enfant du couple), le conjoint sort apparemment de son assuétude. Malheureusement, dans tous les cas rencontrés en thérapie, quelques mois après la naissance, le père plonge de nouveau dans sa dépendance ; en effet, telle qu'elle apparaît lorsqu'une personne qui en souffre l'expose en thérapie, la dépendance est une réponse particulière à une situation dont elle offre la seule aide (perçue comme telle par le patient). La plupart du temps, elle exprime aussi une sorte de mission transgénérationnelle et active la plupart du temps une solution déjà connue dans la famille (le père, un ancêtre s'était adonné à une dépendance pour tenter de sortir d'une situation stressante ou pour en calmer les effets indésirables).

Ces femmes qui sont nées avec la mission de sauver leur père de sa dépendance, se mettront en ménage la plupart du temps avec un homme qui est en forte souffrance (dépendance...) ; ayant échoué avec leur père, elle tenteront (inconsciemment) de réussir avec leur conjoint la mission qui leur a été dévolue à la naissance. Malheureusement, très souvent, échouant de nouveau, elle quitteront la plupart du temps leur partenaire pour de nouveau former un couple avec une problématique similaire ; cela en sera ainsi tant qu'elles n'auront pas pris conscience qu'elles activent à travers de tels choix de couple une sorte de loyauté familiale invisible (suivant l'appellation donnée par le Pr Ann Ancelin Schutzenberger, professeur à l'Université de Nice qui a inventé le concept de psychogénéalogie ) ; la thérapie individuelle et/ou de couple peuvent les aider à en sortir plus rapidement.

 

En fait, lorsque deux personnes tombent amoureuses,

ce sont deux arbres généalogiques qui s'unissent,

ce qui réactive les conflits familiaux non résolus.

(Image reprise de Se libérer du destin familial de Elisabeth Horowitz)

Retour au menu de ce chapitre sur le couple

 

 

Exemple n° 2 : c'est le cas de beaucoup d'hommes qui sont nés pour remplir une rôle de bébés-médicaments ; généralement fils uniques ou aînés, ils arrivent souvent dans un couple où la conjointe souffre d'un manque profond d'attention, de tendresse de la part de son conjoint (ce dont elles ont généralement souffert plus jeunes). Un garçon est alors fortement souhaité par la future mère ; dès la naissance, toute l'attention de la mère se rive sur cet enfant chargé d'une mission inconsciente de lui apporter le bonheur via toutes les marques d'affection dont elle a eu un cruel manque de la part de son partenaire. Une fusion excessive s'installe alors entre la mère et l'enfant, ce qui l'étouffe. Devenu adulte, le garçon, soit  restera dans le girond de sa mère (sorte de Tanguy du célèbre film), prisonnier de cette relation qualifiée souvent de couple virtuel entre lui et sa mère, soit s'empressera de quitter rapidement le nid familial, lorsqu'il tombera amoureux d'une personne qui ressemblera à sa mère ou à l'extrême opposé (une femme très, indépendante ou encore qui se laisse dominer par lui) ou encore avec toutes sortes de nuances intermédiaires....  

 

bébé médicament

 

 

C'est ainsi que nous choisissons souvent un conjoint qui, à l’expérience, semble ne pas nous convenir du tout. Là non plus le hasard n’existe pas. En fait, au travers de tous les couples que nous formons ou tentons de former, s'activent des programmes, des identifications qui viennent de notre enfance et qui ont été véhiculés par notre famille. Chantal Rialland attire l'attention sur le fait que faire l'impasse sur un réel travail sur soi nous condamne "à reproduire ultérieurement nos identifications d’enfant. Parfois à notre insu".
 

Pour comprendre comment tout cela est possible, il faut se souvenir que la famille est à l'image d'un troupeau animal. Elle a ses lois et ses croyances qui lui permettent de survivre. Pour chacun, la première image de l'homme qu'il a, c'est celle de son père et la première image de la femme, c'est celle de sa mère. Qu'on le veuille on non, ces images influencent nettement, sciemment ou pas, nos choix de couple : comment nous allons nous comporter avec l'autre ou comment nous allons tomber amoureux de quelqu'un qui est en lien psychique avec l'image de nos parents au travers du couple qu'ils formaient. Tout comme dans la nature où les animaux apprennent par mimétisme, dans le troupeau humain, se reproduisent des solutions apprises, même si elles génèrent de la souffrance. Plus fondamentalement encore, la Nature et l'Univers ne reproduisent en fait que des comportements "gagnants" dans ce qu'ils permettent de continuer à vivre, à progresser, à se perpétuer. Les changements n'apparaîtront que lors de bouleversements fondamentaux comme de nouveaux programmes de survie remplaçant alors ceux qui ne convenaient plus.

 

Exemple d'un tel bouleversement : bien avant l'apparition de l'homme sur terre, lors du retrait progressif d'une grande partie de l'eau sur le globe terrestre, il a été démontré scientifiquement que les poissons, en contact donc plus fréquent avec l'air, ont développé pour respirer l’oxygène de l’air, deux poumons à côté de leurs branchies : il s'agissait bien non pas d'une maladie mais d'un programme psychobiologique de survie qui leur permettait alors de s'adapter à leur nouvel environnement. Nous portons nous-mêmes de telles branchies, résidus à côté de nos poumons, signes d'une adaptation due à un bouleversement fondamental de notre environnement primitif. C'est ce qui est aussi arrivé à l'escargot 'petit-gris' (Helix aspersa) qui a dû s'adapter à la vie terrestre grâce à la présence de poumons et non plus de branchies, ce qui fait de lui un membre de la classe des pulmonés.
 

Escargot "petit-gris"(Helix aspersa)

Retour au menu de ce chapitre sur le couple

 

Dans la famille humaine, en dehors de tels  bouleversements, on voudra, par exemple, ressembler ou pas psychologiquement à l'un de nos parents, voire à un membre plus éloigné de la famille, et en activer ou pas des croyances, des comportements similaires, en tout ou en partie. Ressembler pourrait alors signifier perpétuer l'image de l'homme ou de la femme qu'a été l'un de nos deux parents : pour faire mieux qu'eux, pour les honorer ou exprimer leurs valeurs, principes de vie..., en respectant ainsi cette grande loi que Ann Ancelin Schützenberger appelle  la "loyauté familiale invisible".

 

 

La rencontre d'un homme et d'une femme sont

à l'image de ce double emboîtement :

pour l'homme : famille de son père et famille de sa mère

pour la femme : famille de son père et famille de sa mère

ce qui provoque la rencontre en fait de quatre familles

et l'activation de leurs propres programmes

transgénérationnels, mais dans la stricte mesure

où ils sont compatibles.

 

On peut aussi rechercher un conjoint qui pourra, par exemple, ressembler à l'un de ses parents, dans ce que précisément il a pourtant souffert. Cela peut paraître paradoxal, mais, ce faisant, on recherche, ni plus ni moins, l'occasion de résoudre les conflits qu'on a eus avec ce parent, au travers de cette tentative, certes vouée à l'échec ; en effet, il n'est pas possible de résoudre un conflit par personne interposée. La solution rencontrée en thérapie (non induite mais qui doit rester celle initiée par les partenaires) sera par exemple de se rendre compte de ce qui est réactivé au travers de cette union souffrante et de rechercher des moyens concrets pour résoudre la situation conflictuelle avec le parent en question, qu'il soit vivant ou décédé. La solution mise en œuvre peut en effet se réaliser d'une manière symbolique et ce, tout aussi efficacement.

 

Exemple de cet homme prénommé Gaétan (voir ce que la langue des oiseaux révèle sur le choix entre autre de ce prénom) qui tombe amoureux systématiquement de femmes qu'il ressent comme froides, inaccessibles, peu aimantes... En psychothérapie, il apparaîtra naturellement que sa mère lui paraissait (trop) froide... et il la réactive alors en quelque sorte dans le choix de ses partenaires.

 

Enfin, combien de femmes ne se lient-elles pas avec un homme qui les abandonnera ou dont elles se sentent constamment délaissées et qui n'ont en fait pas connu  leur père ou qui ont été abandonnées par celui-ci à un moment ou à un autre !

A l'image de ce qui se passe dans la nature où tout conflit doit être résolu, chacun de nous tente ainsi aussi à travers des choix de couples, en apparence inappropriés, de résoudre des problématiques de son enfance ou de son adolescence.

 

 

Homme  >>>>>>>>>>>> Femme

 Femme  >>>>>>>>>>>> Homme

Retour au menu de ce chapitre sur le couple

 

Cependant, dans tous les couples, la problématique de l'un s'emboîte aussi parfaitement avec la problématique de l'autre. Il n'y a en effet d'émetteur pouvant valablement émettre que s'il y a un récepteur pour l'accueillir, sur la même fréquence ! Quand un couple vient en thérapie, par exemple,  parce qu'un des partenaires en a plus qu'assez de subir  le comportement alcoolique de l'autre, on pourrait croire qu'il en est donc la pure victime (voir plus haut).

 

 

 

 

Aussi surprenant que cela puisse paraître, il peut y avoir aussi dans le jeu des prénoms des messages par rapport à la manière dont le couple aura été choisi, se sera constitué. Qu'est-ce que cela voudrait-il donc dire pour un conjoint, lorsque son beau-père et son père ou lorsque sa belle-mère et sa mère portent le même prénom ou que les prénoms ont une certaine ressemblance ? Très souvent j'ai pu remarquer dans ce genre de cas que le beau-père était très différent du père ou la belle-mère très différente de la mère. La personne qui se retrouve avec une telle configuration me dit par exemple qu'elle apprécie beaucoup un tel beau-père qui lui apporte ce que son père ne lui a pas apporté en suffisance, ce dont elle a souffert la plupart du temps en silence (souvent un manque d'affection, d'attention, de soutien ...).

 

Le choix du partenaire peut alors être guidé par ce que représente et apporte donc un des beaux-parents. Souvent même alors la place de la belle-mère, parce qu'elle apporte comme une réparation transgénérationnelle, est  perçue par l'autre partenaire comme beaucoup trop importante ; des conflits peuvent alors survenir. Cependant, ici encore, cet autre partenaire (qui "subit" donc ce qu'il pourra percevoir comme un envahissement du beau-parent) verra en fait se mettre en route un programme souffrant ; la plupart du temps caché,  ce programme s'emboîte parfaitement fréquemment, pour ne pas dire à coup sûr,  avec celui de son partenaire (suivant l'observation empirique). Une thérapie de couple permet alors de mettre au jour de tels programmes et permet aux conjoints souffrants de résoudre ensuite  leurs problématiques familiales : mettant en lumière les résonances transgénérationnelles de tels programmations, ils s'en détachent plus facilement.

 

Retour au menu de ce chapitre sur le couple

 

Que de souffrances répétées, que de séparations douloureuses pourraient être évitées si nous comprenions réellement le sens émotionnel et/ou transgénérationnel de ces unions conjugales, dans ce qu'elles expriment des situations conflictuelles non résolues. Nous remémorer nos vécus souffrants à la fois dans nos enfances respectives et dans nos familles propres est toujours une source de multiples libérations. Les événements qui suscitent ces souffrances renferment en eux-mêmes autant de messages et d’outils libérateurs. C'est faute d’en être conscients que les mêmes plats sont resservis inlassablement, comme pour nous inviter à en décrypter les messages.

 

Le couple est donc étroitement lié aux programmations familiales en les exprimant d'ailleurs la plupart du temps à son insu ; se rendre aussi sur la page Famille pour y découvrir d'autres pistes.

 

Le travail en thérapie de couple est puissant et permet de se dégager très rapidement de conflits qui pourraient paraître insurmontables parce que, par exemple, très anciens ou présents dans chacun des couples successifs.

 

Ruttens

 

 

Photo prise par le Dr François Ruttens

(restaurant "La pie qui chante" dans le village perché de DAUPHIN,
pas loin de Sisteron en France).
 

Retour au menu de ce chapitre sur la couple

 

Voir aussi, l'article paru dans La Nouvelle Gazette.

 

 

 

Foire aux questions (FAQ) sur les Thérapies de couple

 

 

 

 

Cette page est généralement classée N°1 (sur 1.210.000 pages) sur Google (recherche sur le mot "couple"

et classée N°1 (sur 47.700 pages) sur Google (recherche sur le mot "thérapie de couple")

 

 

Couple.htm : "Aie mon couple !" et "Ce qui met en péril une relation de couple" par Christiane Perreau 

                        à la lumière de ce qu'apportent les Constellations Familiales.

 

Adevreughtthemes.htm : les Constellations Familiales Intégratives : une technique thérapeutique puissante pour libérer

                                          les valises transgénérationnelles et leurs conséquences néfastes sur  la santé, le couple,

                                          la famille, le travail etc. (stages d'un jour).

 

At&CfDechiruresDates.htm  : guérir des conflits, des déchirures du couple

 

Psychogenealogie.htm : mieux comprendre les transmissions  transgénérationnelles des conflits pour mieux résoudre                                           les conséquences néfastes sur la vie en couple et la vie en famille.

 

CBCMC_Pres.htm : en quoi les Cycles Biologiques Cellulaires Mémorisés découverts par Marc Frechet nous permettent de

                          comprendre pourquoi nous répétons les événements souffrants de notre vie et puis comment s'en libérer.

 

Sexualite.htm : de nombreux liens pour une sexualité plus épanouie.

 

 

 Voir ce que nous proposons comme séances pour les couples

 

 

 

Retour au menu de ce chapitre sur le couple

 

---------------------------------------------------------

 

 

 

Années de
mariage

Noces de

1

Coton

2

Cuir

3

Froment

4

Cire

5

Bois

6

Chypre

7

Laine

8

Coquelicot

9

Faïence

10

Etain

11

Corail

12

Soie

13

Muguet

14

Plomb

15

Cristal

16

Saphir

17

Rose

18

Turquoise

Années de
mariage

Noces de

19

Cretonne

20

Porcelaine

21

Opale

22

Bronze

23

Béryl

24

Satin

25

Argent

26

Jade

27

Acajou

28

Nickel

29

Velours

30

Perle

31

Basane

32

Cuivre

33

Porphyre

34

Ambre

35

Rubis

36

Mousseline

Années de
mariage

Noces de

37

Papier

38

Mercure

39

Crêpe

40

Emeraude

41

Fer

42

Nacre

43

Flanelle

44

Topaze

45

Vermeil

46

Lavande

47

Cachemire

48

Améthyste

49

Cèdre

50

Or

60

Diamant

70

Platine

75

Albâtre

80

Chêne

 

 

Retour au menu de ce chapitre sur le couple

 

 

Article paru dans La Nouvelle Gazette du 15 février 2005 :

cliquer ici pour mieux voir cet article
 

            

 

La journaliste qui m'a interviewé a pris beaucoup plus de notes que ce qui se trouve finalement

dans son article ; cela rend le propos un peu "court", un peu abrupt..., j'en conviens.

Si cet article vous a interpellé, voire surpris, il aura rempli sa mission : vous inviter à approfondir le sujet.

 B. Labrique

 

Retour au menu de ce chapitre sur le couple

 

SEANCES INDIVIDUELLES, CONSULTATIONS :
Anne et Baudouin vous proposent des thérapies brèves dont l'un des buts est de vous fournir pour la vie

des outils auto-thérapeutiques ; en étant conduit dès la première séance à vous retrouver dans l'action vers la guérison,

vous vous permettrez alors de vous dégager plus rapidement de situations indésirables présentes et à venir.

Extraits de la FAQ sur les séances de couple :  - En quoi consiste une thérapie de couple ?

- Que peut-on résoudre avec une thérapie de couple ?  - Quelle est la différence entre "thérapie familiale "

 et " thérapie de couple " ?

 

Cette page est généralement classée N°1 (sur 1.210.000 pages) sur Google (recherche sur le mot "couple"

et classée N°1 (sur 47.700 pages) sur Google (recherche sur le mot "thérapie de couple")

 

 

Ou trouver les outils auto-thérapeutiques     retour à laa page d'accueil

Une petite fille dit à un petit garçon : «Quand on sera grand, on se mariera».
                                              Le petit garçon lui répond : «Impossible, chez nous, on se marie dans la famille.
                                              Mon père a épousé ma mère, mon grand-père a épousé ma grand-mère, etc

 

 

"Ce qui met en péril une relation de couple"  par Christiane Perreau
à la lumière de ce qu'apportent les Constellations Familiales.

 



 

"Nous avons vu (...) l’importance des premiers partenaires dans l’existence d’une personne et dans la réussite d’une relation de couple. Réussir une relation de couple est un souhait profond et échouer dans cette relation constitue une peur fondamentale et est source de difficultés voire de traumatismes. Vivre des difficultés de couple réactualise la plupart du temps des conflits de l’enfance qui ne sont pas terminés et le bonheur tant attendu se transforme en cauchemar.

Nous savons que cette réussite dépend essentiellement de nous. Si pour la maladie, la réussite professionnelle, le bien être, nous pouvons incriminer le destin, les parents,
les autres, la société, il est plus difficile de le faire pour la relation de couple que nous avons fondée. Nous savons qu’elle dépend de nous, de nos choix..

Lorsque nous rencontrons des difficultés, dans un premier temps, nous sommes amenés à en imputer la responsabilité à l’autre et à vouloir qu’il change.  Nous allons vite être amenés à prendre conscience que nous avons notre part de responsabilités et de torts. Et là encore, ce sera vécu comme un échec personnel.

Cependant les crises de couple relèvent souvent d’intrications systémiques dont les partenaires ne sont pas conscients et dont ils ne peuvent rendre l’autre responsable. Ces crises s’enracinent dans leurs systèmes d’origine dont ils sont complètement effets. Les Constellations familiales permettent de mettre au jour ces dynamiques de fond qui sapent une relation et e permettent aux couples de trouver  souvent une issue favorable. Il y a des événements dans le système qui ne peuvent être changés (décès d’un enfant, d’un partenaire, la maladie ou l’exil d’un aïeul) mais le fait de voir ces événements et leurs incidences sur le système actuel va permettre une distanciation, un détachement et la solution de la constellation orientera l’attention des partenaires vers des changements possibles et positifs.

Le travail de Bert Hellinger a permis de mettre en évidence des sources importantes de perturbations dans un couple qu’une constellation rendra visibles :

  • un des partenaires suit le destin d’un de ses aïeux : il veut mourir comme  une tante morte très jeune d’un cancer ou une arrière grand mère morte en couches ou un grand père mort en Indochine. La personne dit inconsciemment “je pars avec toi, je veux mourir comme toi”. Il sera alors important de mettre en évidence cette intrication et de permettre à la personne de dire à la personne à laquelle elle est identifiée : “sois bienveillante avec moi quand je reste avec mon mari ou avec ma femme, je te vois maintenant et je te laisse avec ton histoire et tu peux  partir en paix”. Elle dira à son partenaire “je reste avec toi” et celui-ci pourra dire “je te garde avec amour”. S’il y a des enfants,

  • un des partenaires suit un enfant avorté, mort-né, mort ; cela se voit souvent chez une femme qui souhaite rejoindre son enfant dans la mort. Toute son attention est tournée vers l’enfant mort ; c’est comme si elle était figée dans la mort et le destin de cet enfant. Elle n’a plus de disponibilité pour son conjoint ou même ses enfants ; elle ne les voit souvent pas. Son existence s’est comme arrêtée au moment du décès de l’enfant.

  • un des partenaires suit son jumeau qui est mort in-utéro ou peu de temps après la naissance.

  • un des partenaires suit le destin d’un aïeul qui a été exilé, exclu du clan ; ainsi ce jeune homme récemment marié et qui aime sa femme mais il la quitte fréquemment, mu par une force invisible et incontrôlable à laquelle il ne comprend rien. Il se sent dépossédé de lui même et en même temps impuissant à agir autrement que dans cette fuite.

  • un des partenaires veut partir à la place de l’autre ; un homme voit sa femme très dépressive et en danger , elle même suivant le destin d’un membre de son clan ; il attrape un accident grave, mu inconsciemment par l’intention suivante : “je pars à ta place pour que tu restes”.

  • un des partenaire reste lié à son partenaire précédent ; bien que divorcé, séparé, la relation n’est pas finie : il reste de la tendresse, de l’attachement, de la culpabilité ou des reproches qui font que les partenaires restent liés et ne sont pas disponibles pour une autre relation. Ou le partenaire précédent n’a pas été reconnue, honoré en tant que premier., notamment après le décès de l’un d’eux,

  • un des partenaire éprouve le sentiment qu’un aïeul n’a pu exprimer ; une grand mère a été déshéritée ou bafouée par son mari et n’a pas pu dire sa colère. La petite fille exprime vis à vis de son conjoint cette colère qu’elle ne peut contrôler, colère incompréhensible pour le mari. La jeune femme est débordée par ses colères et consciente des conséquences négatives sur sa vie de couple ; elle se sent dépassée par ces mouvements qui la font souffrir mais qui sont ingérables, incontrôlables.

  • un partenaire n’a pas pu accueillir pleinement le parent du même sexe que lui. Une femme qui se trouve coupée de sa féminité et de l’énergie des femmes de sa lignée aura des difficultés à s’abandonner à un homme, à vivre sa sexualité, sa féminité car c’est trop dangereux pour elle. Il sera alors important de comprendre la dynamique qui la lie à sa mère afin qu’elle puisse profiter du soutien de celle-ci et de la lignée maternelle. Ce genre de réparation permettra un pas vers le partenaire qui lui même ressentira plus d’attrait pour sa femme. Un homme qui n’a pas “acepter” et reconnu son père aura aussi des difficultés à affirmer sa masculinité et à se positionner en tant que mari. Lui permettre de reconnaître son père et de se relier à sa lignée paternelle lui redonnera de la force, de la présence, de la stabilité.

  • un partenaire qui est profondément marqué par le mouvement interrompu (°) a tendance à saborder sa vie sentimentale Il risque de quitter son conjoint alors qu’il a encore de l’affinité pour lui. C’est une pulsion irrésistible. Et il aura du mal à témoigner de la tendresse à son partenaire ayant peur de revivre la rupture et le désespoir auquel il n’a pu faire face en tant qu’enfant. Il est alors préférable de rompre plutôt que de prendre le risque d’être laissé.

  • si un des partenaires est stérile, cela constituera une difficulté dans la relation à moins qu’il puisse dire à son conjoint combien il est honoré par le fait qu’il reste avec lui et reconnaisse que cela est un grand privilège pour lui et qu’il peut compter sur lui.

  • si un des partenaires choisit de ne pas avoir d’enfant, cela mettra aussi la relation en danger. Si les partenaires restent ensemble, celui qui ne souhaite pas d’enfant devra honorer particulièrement  son conjoint qui consent à ce sacrifice.

  • si la douleur et la responsabilité d’un avortement ne sont pas partagés par les deux partenaires, la relation de couple risque de s’arrêter. Des phrases comme nous allons porter ensemble le chagrin et la douleur et nous te reconnaissons comme notre enfant vont faciliter un retour à l’équilibre.    

Voici quelques exemples de sources d’intrications qui vont polluer les relations d’un couple, malgré l’amour et la bonne volonté des partenaires. La plupart du temps, le fait de voir ces dynamiques  et de remettre de l’ordre dans le système actuel et/ou le système d’origine va permettre au couple de retrouver un nouveau souffle, d’évoluer vers des relations plus paisibles et constructives. Et si la séparation s’avère inévitable, les partenaires pourront la vivre avec plus de tranquillité, moins de culpabilité. Chacun se reconnaîtra, assumera sa part de torts et honorera tout ce qu’il aura reçu de bon de cette relation. Ainsi ils pourront se détacher l’un de l’autre et se retrouver libres pour autre chose, une nouvelle relation si tel est leur souhait."

 
(°) N.B. de Baudouin Labrique : en dissonance avec ce à quoi le nouveau né aurait dû s'attendre "bio-logiquement", le "mouvement interrompu" appelé aussi le "contact interrompu" est la séparation traumatisante subie pas les nouveaux nés à la naissance à cause par exemple, d'un accouchement problématique, d'un important problème de santé de la mère et/ou de l'enfant, etc.  Plus de détails sur ce qu'implique encore le "contact interrompu" mais aussi tout ce qui est  engrammé dans le ventre maternel et tout ce qui découle de la relation particulière entre la mère et l'enfant à et après la naissance.

Retour au menu de ce chapitre sur le couple

 

 

violence

 

Violences conjugales : il y a peu de différences entre les sexes !
 

 

 

"Les études internationales démontrent qu'une femme sur quatre subit une forme de violence conjugale, mais aussi qu'un homme sur cinq vit une expérience similaire. Certaines études affirment même qu'il y a très peu de différence entre les sexes." (Source)

 

Quand on constate de telles violences, le politiquement correct et la bien-pensante dictent des remèdes uniquement comportementalistes, comme s'il suffisait aux partenaires d'adopter tout simplement de nouveaux comportements cette fois convenables, pour que la paix revienne durablement dans leur couple  ! Ici encore c'est faire l'impasse sur l'incontournable prise en compte des vraies causes profondes de la violence conjugale et familiale et elles se trouvent toujours dans les familles d'origine : :

« Les enfants battus et humiliés dès le début de leur vie et qui grandissent sous des conditions totalitaires ne connaissent que l'état de guerre et ils l'imposent aux autres car ils ne connaissent pas d'autres façons de communiquer. L'apprentissage de la communication pacifique et respectueuse commence dans le berceau. C'est pourquoi l'éducation sans violence est indispensable. » (Détails)

Grâce à une thérapie individuelle, de couple et une thérapie familiale (s'il y a des enfants, par exemple), on pourra rapidement désactiver les sources des comportements violents intrafamiliaux et aussi s'en prémunir pour les générations futures...

 

 A lire aussi : Violences conjugales : les enfants aussi sont des victimes

                    C'est le creuset familial qui engendre des terroristes

Retour au menu de ce chapitre sur le couple

 

 

 

 

Humour  :

 

 

 

                                Sacha d'Etang - Photos du journal | Facebook

 

 

 

* Un homme rentre chez lui à l'improviste et trouve sa femme au lit avec un nain !
     - Mais enfin chérie, tu m'avais promis de ne plus me tromper !
     - Ben tu vois, je diminue la dose....

 

* Un grand-père prend sa petite fille sur ses genoux et lui demande :
    - Alors que vas-tu demander comme cadeaux au Père Noël ?
    - Moi, répond la fillette, je voudrais recevoir la Barbie divorcée !
    Plutôt étonné, le grand-père demande :
    - La Barbie divorcée, et pourquoi ?
    - Ben, c'est simple, hein Papy, avec la Barbie divorcée,
       tu reçois aussi la maison de Ken, la voiture de Ken, le cheval de Ken, ......

* Découvrir un tout nouveau et gratuit "cours de formation pour homme".

                  Messieurs, n'oubliez pas votre "Droit de réponse", je suis preneur ! ...

        * Un professeur d’anglais demanda à ses élèves de mettre la ponctuation dans cette phrase :
            "Woman without her man is nothing"
             Les garçons écrivirent : "woman, without her man, is nothing" (la femme sans son homme n’est rien)
             Les filles écrivirent : "women ! without her, man is nothing" (la femme ! sans elle, l’homme n’est rien).

 

Retour au menu de ce chapitre sur le couple

 

                                                Si la quadrithérapie ne donne pas les effets escomptés, essayez,

                                       il existe un générique le "DIKELLARAISON" mais son goût est, parait-il,

conseiller

 

* CONSEILLER CONJUGAL :

  Après quinze ans de mariage et de fréquentes disputes, un couple se décide à consulter un conseiller conjugal.
   L'épouse se lance immédiatement dans une longue tirade passionnée,

   elle détaille chaque petit problème de couple survenu pendant ces 15 années.
   Et encore, et encore, et encore :
·     il ne m'aime plus,
·     il me néglige,
·     il me laisse seule,
·     il ne me donne pas d'affection,
·     etc. etc.
  Finalement, après l'avoir patiemment écoutée, le thérapeute se lève, fait le tour de son bureau,

   demande à la femme de se lever et il l'embrasse longuement, avec fougue et passion.
  La femme, enfin silencieuse, se rassied calmement, l'air béat, comme sur un nuage.
   "Voilà", dit le thérapeute au mari, "voilà ce dont votre épouse a besoin, chaque jour".
     Et j'insiste : chaque jour de la semaine ! Sommes-nous bien d'accord ?"
  Le mari, après quelques instants de réflexion :
    "Du lundi au vendredi, pas de problème, je peux vous l'amener ici chaque matin, mais le week-end je fais du vélo".

 


*  Voir aussi ce "Guide de la Bonne Epouse"

 

conjugal

 

Retour au début de l'espace humour
 

 

Retour au menu de ce chapitre sur le couple

 

 

 

Ou trouver les outils auto-thérapeutiques     retour à laa page d'accueil

 

 

 

 

MOTS D'ENFANTS A PROPOS DU MARIAGE

 

 

 

 

COMMENT CHOISIR AVEC QUI SE MARIER ?
Il faut trouver quelqu'un qui aime les mêmes trucs. Si tu aimes le foot, elle devra aimer que tu aimes le foot

et t'amener des chips et de la bière. Alain, 10 ans
On ne décide pas vraiment avec qui on va se marier. Dieu décide tout bien avant et tu vois après qui il t'a collé.

Kirsten, 10 ans
 

 

QUEL EST LE BON AGE POUR SE MARIER ?
Le meilleur âge c'est 23 ans, parce que tu connais ton mari depuis au moins 10 ans. Camille, 10 ans
Il n' y a pas de bon âge pour se marier. Il faut être stupide pour avoir envie de se marier. Freddie, 6 ans

 


QU' EST-CE QUE TES PARENTS ONT EN COMMUN ?
Ils ne veulent pas d'autres enfants. Laure, 8 ans


 

QU' EST-CE QUE LES GENS FONT A UN RENDEZ-VOUS ?
Les rendez-vous, c'est pour s'amuser, et les gens devraient en profiter pour se connaître mieux.

Même les garçons ont quelque chose d' intéressant à dire... si tu écoutes assez longtemps. Linette, 8 ans
Au premier rendez-vous, ils se disent des mensonges intéressants, comme ça ils sont d'accord

pour avoir un deuxième rendez-vous. Martin, 10 ans
 


QUE FERAIS-TU SI TON PREMIER RENDEZ-VOUS SE PASSE MAL ?
Je rentrerais à la maison et je ferais semblant d'être mort.

Et j'appellerais les journaux pour leur demander

d'imprimer que je suis mort. Craig, 9 ans
 

 

QUAND EST-CE PERMIS D' EMBRASSER QUELQU'UN ?
Quand ils sont riches ! Pamela, 7 ans.
Si tu embrasses quelqu'un, il faut se marier et avoir des enfants avec elle. C'est comme ça. Henri, 8 ans
 

 

EST-IL MEILLEUR D' ETRE CELIBATAIRE OU MARIE ?
Je ne sais pas ce qui est mieux, mais je ne ferai jamais l'amour avec ma femme.

Je ne veux pas qu'elle devienne grosse. Théodore, 8 ans

 


C' est mieux d'être célibataire pour les filles. Mais les garçons ont besoin de quelqu'un pour nettoyer. Anita, 9 ans
... et, peut-être, la meilleure de toutes.... :


COMMENT FAIRE POUR QUE TON MARIAGE MARCHE BIEN ?

Il faut dire à ta femme qu' elle est jolie, même si elle a l'air d' un camion. Richard, 10 ans

 

Retour au menu de ce chapitre sur le couple

 

 

mariagemariage

age

DÉFINITIONS DU MARIAGE
 

- DÉFINITION RELIGIEUSE
   Acte religieux qui consiste à créer un crucifié de plus et une vierge de moins.

- DÉFINITION JURIDIQUE
   Sentence dont, le condamné à perpétuité, est libéré uniquement pour mauvaise conduite.

- DÉFINITION DE LA VIE COURANTE
   Aucune femme n'a ce qu'elle espérait et aucun homme n'espérait ce qu'il a.

- DÉFINITION MATHEMATIQUE
   Somme d'emmerdes, soustraction de liberté, multiplication de responsabilités, division des biens.

- DÉFINITION MILITAIRE
   C'est la seule guerre où l'on dort avec l'ennemi.

- DÉFINITION PHILOSOPHIQUE
  Sert à résoudre à deux des problèmes que l'on aurait jamais eu en restant célibataire.

 

 

Retour au menu de ce chapitre sur le couple

 

                                                      Autres principaux domaines abordés sur le site Retrouver son Nord :

                        Santé  -  Dépendances  -  Famille  -  Habitat  - Développement personnel   Autarcie énergétique

                                                                   envoyer un courrier à  Retrouver son Nord   

 

 

Contenu de cette page avec des liens directs vers les sujets :

Dernières mises à jour :¨

Améliorer son couple en changeant de comportement ?

Comment sauver son couple ?

 Qu'est ce qui détermine le choix du partenaire et la manière dont le couple va vivre ?

 Pourquoi prendre un conjoint qui ressemble (ou surtout pas) à l'un de ses parents ?

 Pourquoi certains ne peuvent pas s'empêcher de vivre avec des alcooliques ?

Pourquoi des femmes tombent-elles sur des hommes qui les abandonnent ?

Mon beau-père (ma belle-mère) porte le même prénom que mon père (ma mère)

"Ce qui met en péril une relation de couple"  à la lumière des Constellations Familiales.

¨ Violences conjugales : il y a peu de différences entre les sexes
Aperçu des liens et des activités proposées en rapport avec ce thème du couple

"Pourquoi celui-là et pas un autre ?"

Les enfants s'expriment au sujet du couple

Foire aux questions (FAQ) sur la Thérapie de couple

Pages d'humour

 

                                              Pour être informé des nouveautés via la NEWSLETTER,

                                                                                               cliquez sur :

                                                                  

                                                         

 

                                                Retour au menu de ce chapitre sur la couple

                                                                              retour à laa page d'accueil