Exemples vécus d'application de l'Acte de de la lettre Symboliques

 

"La vie récompense l’action." Philipp Mc Graw

 

 

La technique de l'Acte et de la Lettre symboliques est un des outils psychothérapeutiques faisant partie des approches comportementales ; elle constitue un puissant outil de libération ; dans le processus de guérison elle suit un première phase de nature analytique et systémique, qu'elle complémente dans l'action en permettant  aux charges émotionnelles refoulées de s'exprimer enfin ; c'est ainsi que les blessures émotionnelles pourront enfin se cicatriser.. Cette approche peut faire partie des séances que nous vous proposons, mais elle n'est pas induite par l'accompagnant : elle émerge naturellement en fonction du contexte de la séance ; en revanche, elle peut aussi à la demande, faire l'objet d'un travail spécifique en psychothérapie intensive ou étalé dans le temps.

N.B. Aucun des exemple qui suit ne doit être considéré comme une processus passe-partout, un canevas à adopter comme tel  : chaque personne est mise en condition de trouver par-elle-même la manière dont elle pourra agir après avoir pu mettre au jour ce qui a généré la problématique abordée.

 

1° Témoignage écrit : vente désespérée d'un terrain :

 

 « Petite anecdote à raconter lors de vos séances sur la lettre symbolique : Nous avions un terrain qui était mis en vente depuis le mois de février 2002 et aucun amateur ne s'était présenté. Le lendemain de votre passage, nous avons écrit une lettre symbolique à l'Univers lui demandant que ce terrain se vende. Le lundi, l'agence nous appelle pour nous dire qu'ils ont un amateur et le jeudi, le compromis était signé. Merci à vous et à l'Univers ! »
 


2° Harcèlement paternel :

 

Il s'agit d'une dame de 36 ans, vivant seule et qui constamment essuie les critiques, les avis négatifs, les "conseils" de son père ; il faut savoir qu'elle n'a  pas été désirée par lui si ce n'est que pour accompagner sa sœur ; son père voulait ainsi éviter à sa sœur de rester seule comme lui l'avait été enfant, après le décès de sa propre sœur aînée à 3 ans ; on comprend alors pourquoi ; un dimanche après-midi elle se met à écrire en L.S. à son père tout ce qu'elle a "sur la patate", avec tout le ras le bol, en exprimant sa colère etc. Il faut savoir que jamais de sa vie, son père n'avait pris l'initiative de lui téléphoner ; le lendemain matin, il lui Téléphone et lui dit tout ce qu'il a compris en reprenant sans le savoir consciemment, toutes les choses qu'elle lui avait reproché dans sa L.S.

 

 

3° Processus de deuil de ses parents etc.

 

Lire le témoignage de Maria qui a suivi un stage sur les "Secrets de mes prénoms" où elle a pris conscience qu'elle n'avait pas fait le deuil de ses parents (décédés), ce qui avait une influence négative sur sa vie ; après avoir suivi l'atelier sur l'Acte et la Lettre Symbolique, elle a pu faire le deuil de sa mère via la technique qui y est enseignée (transmise aussi en séance) : ensuite, elle a pu vérifier via une journée de Constellations Familiales (avec Anne de Vreught) que ce deuil  était bien réalisé. De plus, elle nous donne aussi deux cas d'application de cette technique, vécus au sein de sa famille, où elle a pu constater la pleine réussite de la mise en oeuvre de cette technique, après l'avoir elle-même transmise.

 

 

4° Angoisses pour se laisser conduire en auto

Voici le tableau que m'a envoyé une personne que je ne connais pas personnellement mais qui a  transmis la "technique des plateaux" à une tierce personne qui était prise d'angoisses lorsqu'elle se laissait conduire en voiture ; il allie cet outil auto-thérapeutique avec un acte symbolique pour se libérer d'une valise transgénérationnelle souffrante.

 

5° Faire le deuil d'une séparation ancienne 
 

Il s'agit d'une petite fille qui avait matérialisé dans un dessin une scène très souffrante pour elle : son premier départ à 4 ans en classe verte. Le dessin terminé, après lui avoir exprimé ses sentiments quant à cette situation, son père a demandé à la petite fille  comment se débarrasser de ce dessin (pour le transformer, recycler ce qu'il contenait de souffrant).

La petite fille ne voulait pas s'en débarrasser car elle le trouvait très bien dessiné. Après lui avoir expliqué que ce n'était pas ses talents artistiques qu'on remettait en cause mais bien ce que représentait son dessin, elle a proposé une solution qu pourrait surprendre mais très riche de sens. Elle ne voulait surtout pas le déchirer ni le jeter à la poubelle, ni le brûler. Elle a attaché son dessin à une ficelle, puis elle l'a accroché à une branche bien haute du saule de son jardin en disant que son dessin serait ainsi décoloré par la pluie au fil du temps.

Cette mise ne œuvre témoigne de la part de cette petite fille une grande maturité et une conscience élevée des choses.

 

 

Angoisses pour se laisser conduire en auto

Apparition et description de la maladie

Depuis longtemps, refus de se laisser conduire dans un véhicule conduit par quelqu’un d’autre (à l’exception du mari).

Circonstances de cette apparition de la maladie

Lorsqu’il faut accepter de se laisser conduire dans une voiture conduite par un autre conducteur, de fortes angoisses apparaissent. Tous les moyens sont bons pour se laisser conduire.

Description selon dictionnaire

-

Antécédents : les conflits programmant (ressentis de jeunesse ou de la vie des ascendants), stimuli préparant le terrain ?

Durant la guerre 40-45, le père de Madame X y a été blessé dans des circonstances particulières. Il était debout derrière un char pour aider le conducteur à manœuvrer. Le char était en marche arrière. Le père indiquait les manœuvres et aidait à reculer. Toujours derrière le char, au moment venu, il indiquait au conducteur d’arrêter. Mais celui-ci ne voyant pas ces indications a continué et écrasé le père qui s’est retrouvé très gravement blessé (jambes broyées).

Solution apportée par la maladie; Au niveau archaïque, à quoi sert-elle? A quoi est-elle utile ? A quel besoin répond-elle ?

Les angoisses empêchent Madame X de se laisser conduire par une autre personne car on ne peut jamais lui faire confiance et prendre le risque de se retrouver blessé (Cela est vu comme un danger de mort en perspective).

Quel est le sens de la maladie ? Que veut-elle nous dire ?

L’angoisse veut prévenir l’imminence d’un danger.

Type de conflit ?

Conflit vital.

Déclencheur : le conflit déclenchant (le stimulus spatio-temporel qui déclenche la « maladie froide » )

L’entrée dans une voiture dont on n’a pas soi-même la maîtrise est ressentie comme la prise de risque d’un accident.

Symptômes ou ressentis durant la « maladie froide »

Angoisses de plus en plus fortes, déraisonnables, mal-être général au moment d’entrer dans le véhicule conduit par une autre personne.

Quand le conflit se résout-il ?… et la « maladie froide » disparaît alors qu’apparaît la « maladie chaude » (càd en général quand apparaît le symptôme visible!)

Lorsque la décision est prise de ne pas entrer dans la voiture. C’est l’instant où les angoisses disparaissent. Guérison immédiate mais non définitive puisque le symptôme réapparaît à chaque fois.

Comment a disparu définitivement la maladie ?

Madame X ayant compris le lien entre ses angoisses et l’évènement paternel, a réalisé que ce problème n’était pas le sien mais avait été celui de son père. Dans les semaines qui ont suivi cette découverte, elle a « rendu » ce problème à son père au moyen de la « technique du plateau » (en écrivant une lettre à son père et en la postant symboliquement, sur sa tombe). Les angoisses ont disparu définitivement depuis lors.


 

 

 

 

 

 

Exemples vécus d'application d'un Acte Symbolique jumelé avec le Contrat avec le Subconscient

 

Des  cellules précancéreuses au col de l'utérus
 

AVERTISSEMENT IMPORTANT : L'exemple qui suit est un résumé d'entretien psychothérapeutique ; il ne doit en aucune façon constituer ni être pris pour une recette thérapeutique ou de pratique du type "prêt-à-porter" thérapeutique. L'approche prend plus de temps que ce que le récit qui suit pourrait laisser croire. Il n'est basé sur aucune théorie et de plus, comme vous le verrez, aucun argument d'autorité n'est utilisé. Si en séance, les références à des scientifiques sont faites, ce ne sera éventuellement que dans le cas où le patient douterait de la validité de ses propres découvertes ; ces références ne seront alors utilisées que pour ANCRER ce qu'il a mis à jour par lui-même et en partant du "bon sens", sous-tendu la plupart du temps par ce qu'il observera dans le comportement animal : suivant des Lois naturelles communément admises et qui ne sont pas issues de théorie et encore moins de postulats, qu'ils soient scientifiques ou non ! De plus, la transcription intégrale d'un entretien prendrait, d'une part, trop de place et, d'autre part, pourrait lasser le lecteur. Cet exemple ne constituent en aucune façon donc une sorte de "recette" thérapeutique mais vise à montrer l'importance de la connexion au ressenti du patient, ce qui est pour une grande part de l'initiative et de la responsabilité du thérapeute. Quand un patient n'y parvient pas, il appartient au thérapeute de rechercher en accord avec lui les verrous, les croyances cachées etc. qui l'empêchent d'accéder à son ressenti et/ou de pouvoir l'exprimer (plus de détails). Tout dépend de l'histoire familiale, de l'environnement, du vécu du patient : cela constitue en quelque sorte son terrain personnel dont on ne pourra jamais faire l'impasse. D'autre part, le rôle délicat mais combien important du thérapeute sera, notamment et en toutes circonstances, de respecter une Déontologie la plus stricte et la plus exigeante possible. Si quelque passage ne vous paraît pas clairement expliqué etc. n'hésitez pas à nous en faire part en reprenant bien dans votre mail précisément ce dont il est question. Nous vous répondrons.

 

 

Ce cas est un bel exemple de l'utilisation conjuguée d'un contrat avec le subconscient et d'actes & de lettres symboliques qui ont conduit à un auto-guérison spectaculaire.
 

Ce cas est un bel exemple de, notamment, l'utilisation conjuguée d'un contrat avec le subconscient et d'actes & de lettres symboliques qui ont conduit à un auto-guérison spectaculaire.
 

Il s'agit d'une jeune dame qui me contacte pour me faire part de sa terrible angoisse : les deux frottis (utérus) pratiqués sur un an et dont, le dernier, une quinzaine de jours avant son appel, sont positifs. Son gynécologue l'avait prévenue dès la première fois : si le second frottis est positif, il procèderait alors à l'ablation complète de l'utérus : "on ne sait jamais, il faut être prudent..."
Ca me rappelle cette pratique il y a une trentaine d'années aux USA : on enlevait systématiquement l'appendice des nouveau-nés pour prévenir toute appendicite : prévention oblige ?!...

Elle avait appris que j'avais pu aider des personnes (dont moi-même) dans des situations très critiques et dont elles avaient guéri alors que tout avait été pronostiqué comme catastrophique ; et elle me demande donc comment éviter cette opération et me fait part d'entrée de jeu qu'elle est persuadée que sa maladie à une cause psychique (ici encore toujours respecter le sens que les patients donnent à leurs maux et peu importe lequel : rester en phase avec les propres croyances du patient).

Je lui assure qu'en aucun cas je ne peux me substituer au corps médical qui, en l'occurrence, est le seul à pouvoir intervenir sur ce point précis : je ne peux déontologiquement, ni en discuter avec elle, ni l'encourager ou la dissuader de se faire opérer : il s'agit d'une décision personnelle à propos de laquelle je n'ai pas le droit d'intervenir en quoi que ce soit. Je lui demande en quoi puis-je lui être utile et elle me dit alors qu'il y aurait peut-être un moyen pour qu'elle évite l'opération. Sur ce point, sachant que tout « mal à dire » à une origine psychobiologique, je sais que je peux l'aider à résoudre la situation conflictuelle non résolue à la base et que le cerveau n'aura donc plus besoin de continuer à le somatiser. Il s'agit bien de psychothérapie et non pas d'acte médical au sens légal du terme. (plus d'info sur le « mal à dire »). Je lui rappelle ce que je lui ai déjà sur le plan déontologique.
 

Voici les quelles ont été les étapes vers sa guérison :
 

1° Son gynécologue l'avait avertie que si elle ne se faisait pas opérer à la date fixée, elle devait tout simplement changer de gynécologue : elle ne pourrait plus jamais compter sur lui !

 

2° Je lui fais comprendre l'importance qu'il y a à identifier d'abord la situation conflictuelle qui est sous-jacente et pour pouvoir ensuite arriver à ce qu'elle le solutionne. Quelques exemples tirés du monde animal se chargent de bien ancrer la nécessite de mettre au jour le conflit qui s'est donc somatisé au col de l'utérus
 

3° Je fais l'anamnèse de son mal-à-dire et très vite, elle met le doigt elle-même sur l'origine psychobiologique de son problème lié au col de l'utérus :  il est consécutif au départ brutal du partenaire peu de temps avant la découverte des  frottis positifs ;  je lui demande ce qu'elle a ressenti suite au départ de son compagnon  : elle m'a dit" vous vous rendez compte, je ne pourrai  plus avoir de relations sexuelles avec lui ! "; pour elle, les relations sexuelles, c'est capital. On est donc bien dans une problématique qui se somatise en cellules précancéreuses au niveau du col de l'utérus.

 

4° Un petit doute passe alors dans sa tête : est-ce vraiment ce lien-là qui a déclenché la maladie ? A ce moment je m'autorise à raconter d'autres cas de patients atteints de ce type de somatisation et dont les ressentis et les interprétations (personnelles) qu'ils en font est en phase avec ce qu'elle a trouvé par elle-même


5° Ce qui va ensuite émerger comme mises en action pour résoudre cette problématique conflictuelle, l'a été d'une manière naturelle : je fais toujours en sorte que les "techniques" de mise en action personnelle émergent d'elles-mêmes ; c'est le patient qui en quelque sort les réinvente pour pouvoir alors les faire siennes et donc leur donner une efficacité maximum. C'est ainsi qu'un contrat avec son subconscient, les fusées ne partant qu'avec un compte à rebours, est alors ébauché ; objectif : qu'il n'y ai plus rien d'inquiétant  lors de l'analyse prochaine (frottis négatifs) à condition de se mettre en chemin de résoudre ce conflit concrètement et avec foi.
Elle avait une image du père négative qu'elle reproduisait au travers des compagnons rencontrés jusque là et de plus, comme aucun espoir n'existait de pouvoir "remettre en selle" sa dernière relation, elle a ensuite rédigé un début de contrat dans le but de rencontrer un partenaire qui lui convenait et qui serait différent de tout ce qu'elle a rencontré comme hommes (et y compris son père) dans sa vie.
Autres moyens d'auto-libération qu'elle a mis elle-même au point et que je nomme l'acte / la lettre symbolique. Elle choisi de placer quelques L.S. dans les clauses du contrat : elles devaient être faites à différentes personnes (père, compagnons précédents). Constatant qu'elle doit faire le deuil de son ancienne relation pour pouvoir faire la place pour un autre homme, elle trouve elle-même l'idée de faire l'acte symbolique suivant : faire le deuil, c'est pour elle comme un enterrement ; elle rassemble les petits objets laissées par son compagnon chez elle et les place dans une boîte à chaussures. Ensuite, elle enterre le tout dans son jardin : beaucoup d'émotion et de pleurs accompagnent ce rituel et elle ressent un grand soulagement ensuite : elle se sent prête à faire venir un autre homme dans sa vie.


6° De sa propre initiative, elle se rend au rendez-vous à l'hôpital comme pour y subir l'opération préconisée mais au dernier moment, elle annonce à son gynécologue qu'elle annule l'opération et qu'elle préfère qu'il refassent des frottis ; mis sur le fait accompli, il s'exécute.
 

7° Elle avait tout de même pris rendez-vous avec moi le lendemain du jour où elle devait recevoir les résultats de cette dernière analyse
 

8° Le jour en question : elle me Téléphone : le gynécologue est sidéré : les frottis sont négatifs !
 

9° Suivant ma suggestion, elle a postposé le rendez-vous avec moi pour se permettre de "fêter" cela en prenant une semaine de vacances avec son frère, à l'étranger.
 

10° Lors du rendez-vous pris fin août, elle m'a annoncé qu'entre-temps elle avait rencontré un nouveau compagnon et que c'était la meilleure relation qu'elle avait eue de toute sa vie avec un homme ; elle poursuit l'application du contrat ; je lui suggère de continuer à résoudre tout ce qui sous-tend cette problématique, ce qui est fortement indiqué, si on veut éviter d'autres manifestations de mal-à-dire analogues ultérieurement.
 

Témoignage d'une personne qui s'est aussi guérie de cette façon et qui le fait suite à la lecture du texte qui précède :

"Très intéressant, j'y retournerai... en particulier le témoignage des cellules dysplasiques du col de l'utérus... dont j'ai guéri.... de la même façon.... si on peut dire... et pour rajouter ma contribution à ces récits,"

 

 

"Je voudrais d'abord vous remercier pour cette agréable journée de stage en "lettre symbolique"

Je tiens également à vous dire combien le stage sur la Lettre Symbolique fut intéressant.

Il était important pour moi d'avoir une bonne "méthode de travail"

 afin que les questions, les hésitations et les doutes

(auxquels je suis perpétuellement en proie)

ne viennent pas en perturber la rédaction.

Je vous souhaite bonne route sur la Terre... et au-delà..."

Lire aussi le témoignage  de Maria

(témoignages de participants)

Exemples vécus d'application de la l'Acte de de la lettre Symboliques.

Voir aussi ce que nous proposons via  le "Contrat avec le Subconscient"

 

 

 

La technique de l'Acte et de la Lettre symboliques est un des outils psychothérapeutiques faisant partie des approches comportementales ; elle constitue un puissant outil de libération ; dans le processus de guérison elle suit un première phase de nature analytique et systémique, qu'elle complémente dans l'action en permettant  aux charges émotionnelles refoulées de s'exprimer enfin ; c'est ainsi que les blessures émotionnelles pourront enfin se cicatriser.. Cette approche est bien sûr intégrée dans le cadre des séances que nous vous proposons ; elle peut aussi faire l'objet d'un travail spécifique en psychothérapie intensive ou étalé dans le temps.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce qui expliquerait la survenance des maladies :

Ce qui se passe lorsque la peur de... (exemple : attraper une maladie) ne se résout pas.

Un cas surprenant : un cytomégalovirus qui fait une volte-face étonnante !

D'autres cas de mal-à-dire qui se forgent dans le ventre maternel.

Les hamsters enfumés (tabac) attrapent-ils le cancer

Le cerf qui perd son territoire et l'infarctus ?

"Le langage de la guérison" (J.-J. Crèvecoeur)

Ce qui se passe lorsqu'une brebis s'égare.

Ne vous agrippez pas à la grippe !

 

 

 

Là où la psychobiologie moderne rentre en résonance avec les médecines primitives :

       "Que notre vie intérieure s’enlaidisse et nous risquons fort de tomber malades ? (...)

 On sait bien que les traumatismes affectifs, les ruptures, les non-dits graves, les amertumes, les haines…

         sont autant de “laideurs intérieures”, qui provoquent notamment des cancers" :

lire le passionnant article de Nouvelles Clés en annonce du livre

"Les Clés de la santé indigène" (Jean-Pierre Barou & Sylvie Crossman aux éd. Balland)

 

En savoir plus sur la psychobiologie.

 

Retour page de présentation de Baudouin

 

 

Principaux domaines abordés sur le site Retrouver son Nord :

                               Santé  -  Dépendances  -  Couple  -  Famille  -  Habitat  - Développement personnel

                                                                               envoyer un courrier à  Retrouver son Nord  vos avis reçus sur nos activités et sur ce site 

 

                                                                            Pour être informé des nouveautés via la NEWSLETTER,

                                                                                                         laissez-nous votre adresse

                                                                                                                 en cliquant ici

                                                                                       et en envoyant tel quel le message, c'est tout !

 

                                                                        Si vous voulez faire connaître ce site à des connaissances,

                                                                     avertissez-les en cliquant ici et envoyez leur tel quel le message

                                                                                       ou avec un petit mot d'accompagnement.

 

retour à laa page d'accueil