AIE ! MON PRENOM ! 

 

 

© Baudouin Labrique

 

 

 

 

 

 

La langue des oiseaux nous suggère par exemple que la venue d'une Brigitte dans une famille pourrait "briser le gîte" : provoquer un changement profond dans les habitudes du couple géniteur : un premier enfant ou un enfant en plus (de trop ?), ce qui peut poser problème, engendrer des soucis, créer un certain inconfort, voire provoquer une séparation... surtout si l’enfant n’a pas été attendu à ce moment là, ou tout simplement désiré...

C'est une des raisons pour laquelle les Brigitte sont souvent des aînées ou à tout le moins l'aînée des filles ou encore connectée à un ascendant aîné etc. ; il pourrait s'agir de la réactivation de la mémoire de quelqu'un qui "gît en faisant une brisure", "brisé, il (elle) a gît ensuite", "elle agit"... : un accident qui est à l’origine de la mort, d'une mort, une mission d'agir enfin pour compenser une défaillance très souffrante etc. Entre autres "programmes transgénérationnels", certaines devront peut-être "briller dans le gîte" parce que la mère, la femme etc. qu'elles remplacent ou dont elles ont repris les "valises", les dettes transgénérationnelles etc. souffrai(en)t de ne pas avoir eu leur place, une place légitime, d'avoir été humiliée(s) etc.


 

L'observation sur le terrain thérapeutique montre que les prénoms que nous portons ne nous ont pas été attribués par hasard...  et que derrière eux, se cachent toujours des programmes, des projections, des attentes... issus des familles qui instrumentalisent en conséquence ses membres... la plupart du temps d'une manière inconsciente.

En décryptant chacun de nos prénoms,  nous commencerons à nous libérer de leurs côtés 'ombre' (en conservant certes leurs côtés 'lumière') et donc nous désactiverons les effets de ces indésirables "valises familiales" qu'ils portent et que nous avions tous la mission de le faire depuis notre conception....

Nous accèderons alors plus rapidement à la personne que nous sommes vraiment pour  (re)trouver la sérénité, le bonheur réels...

Tel est le message et l'enseignement du philosophe SOCRATE :

 Deviens celui que tu es

et pour y parvenir, voici ce que le poète grec PINDARE conseillait : Deviens qui tu es, quand tu l'auras appris.

 

N.B.  Les prénoms utilisés dans les exemples qui suivent et qui ont été tirés de ce qui a été abordé en séance ont été changés pour préserver l'anonymat des personnes concernées, en respect avec notre code de déontologie..

 

 

 

menu

Contenu de cette page avec des liens directs vers les sujets :

Dernières mises à jour :¨

Qui a choisi mon ou mes prénom(s) ? Est-ce vraiment par hasard ?

Pourquoi m’avoir donné tel parrain et telle marraine ?

Que nous apprennent nos prénoms au sujet de nos programmations de naissance ?
Est-ce que nos prénoms sont en harmonie avec qui nous sommes vraiment ?

En quoi nos prénoms sont-lis des indicateurs qui cachent des missions de "payer les fautes", d'assumer les échecs... d'ancêtres ?

Que signifierait retrouver des prénoms identiques ou apparentés entre deux familles suite à l'union de deux des leurs ?

Pourquoi certains d'entre nous veulent ou en arrivent-lis à changer de prénom ?

L'histoire du saint dont on porte le prénom est-elle éclairante pour nous ?
La date d'un saint patron peut-elle rentrer en résonnance avec notre vécu ?

Comment peut-on se libérer définitivement des missions, destins, programmes... portés par tel prénom ?
Outils concrets pour commencer son autolibération par rapport aux programmations familiales

Pour aller plus loin....
Extraits du livre d'or, par rapport à le problématique des prénoms

 

Page d'humour

 

 

 

hasard

Qui a choisi mon ou mes prénom(s) ? Est-ce vraiment par hasard ?

Exemple : le cas résolu en séance individuelle qui est celui de Emilio, prénom que lui a donné son père ; il est venu essayer de comprendre et résoudre le fait qu'il n'arrivait pas à quitter son travail de gardien de prison et ce, malgré le fait d'avoir suivi avec succès toutes sortes de formations qui devaient le conduire à exercer un tout autre métier. A la question de savoir si son prénom avait été porté par un autre membre de sa famille, il me répond tout de go : "mon grand-père paternel et il était coincé dans la mine". Le disant,, il est parcouru d'une intense vibration. Je lui demande ce qui se passe ; il me répond que, venant d'en prendre conscience, lui aussi est coincé dans son travail. Via quelques questions ouvertes, il en vient à faire le parallélisme entre la mine et la prison : obscurité, froid, danger, enfermement, galeries...

Il s'est ensuite rendu compte qu'il exerçait ce métier par "loyauté familiale invisible" (°). Avant d'identifier la présence de cette "valise familiale", il ne pouvait que continuer à l'exercer parce qu'il était en rapport avec la destinée de son grand-père (immigré), dont il mesurai davantage les souffrances dues notamment à la pénibilité de son métier et qui s'ajoutaient à celles générées par son origine d'immigré. Il a alors entrepris de faire un petit travail personnel (de sons cru) pour rendre hommage à son grand-père et se détacher ainsi de cette mission d'en prolonger le destin..., pour ensuite pouvoir désactiver les effets de cette indésirable et souffrante loyauté familiale invisible.. Peu de temps après, quittant pour son plus grand bonheur l'univers de la prison, il changea  enfin et facilement de métier !

°  Ce concept a été mis en avant par  Ann Ancelin Schützenberger, professeur de psychologie à l'université de Nice, au travers de l'approche qu'elle a initiée : la psychogénéalogie :

 

Retour au menu de cette page

parrain

Pourquoi m’avoir donné tel parrain et telle marraine ?

On dit généralement que la désignation du parrain et de la marraine est destiné à donner à l'enfant un autre père et une autre mère, au cas où il se retrouverait orphelin des deux où l'un des deux, ou que l'un des deux était devenue défaillant...,  même si une telle destination s'est pratiquement perdue au fil des temps. En conformité avec le fait qu'on a découvert (notamment scientifiquement) que "la 'mémoire' génétique d'un événement peut traverser les générations" (cf."Un fantôme dans nos gènes"), qu'on le veuille ou pas, chaque membre de la famille est dépositaire du vécu de l'un ou de plusieurs de ses ascendants, avec la mission obligée notamment de déléguer aux générations futures la tâche de suivre leur chemin... , mais en faisant mieux qu'eux etc. (suivant ce que les lois empiriques de la psychogénéalogie ont montré). Sans en être conscients, le parrain, la marraine sont alors là pour guider le filleul, la filleule, a poursuivre un tel destin et tant que les implications de  rôle obligé ne seront pas portées à la conscience, suivant ce qu'avait déjà couramment observé le célèbre psychologue Carl Jung. Bien avant lui, Cicéron avait aussi pointe lé fait avéré et analogue qu'ignorer les événements qui se sont passés avant votre naissance, c'est rester toujours enfant... Mon as personnel : mon parrain se prénommait Raphaël ("le protecteur des enfants" mais aussi le "guérisseur") : j'ai compris que sa mission qu'il m'avait rappelée était d'une part de m'occuper de nombreux enfants (lui en avait quatre) et d'autre part, de devenir à terme un thérapeute (voir plus bas). Ma marraine Evelyne au travers de sa volonté de fonder une famille nombreuse (elle a eu 6 enfants), m'a aussi donné cette information de m'occuper d'enfants (en tout 14 !). J'ai par ailleurs enseigné durant 10 ans (entre 23 ans et 33 ans) à des enfants et des adolescents...(cf. mon parcours de vie)..
On dit généralement que le choix conscient du parrain ou de la marraine est de vouloir donner à l'enfant un autre père ou une autre mère, s'li devient un jour orphelin. Sachant qu'on a découvert (scientifiquement) que

Retour au menu de cette page

programmations

Que nous apprennent nos prénoms au sujet de nos programmations de naissance ?

Ici encore, sachant que seule l'observation phénoménologique prime devant toute considération théorique et d'où qu'elle vienne, le vécu concret des gens offre un précieux, crucial et indémodable enseignement ; exemple : un patient portait le prénom Gaétan ("gars étant", en langue des oiseaux) que lui avait donné sa mère. Il voulait comprendre pour quelles raisons il était toujours en retrait par rapport à toutes les femmes qu'il avait aimées, sans pouvoir prendre son rôle plénier d'époux et d'homme, s'effaçant, se laissant toujours dominer par elles, etc.. Le travail sus soi lui a permis de comprendre les incidences directes sur sa destinée causées par le fait que sa mère n'avait pas été désirée comme fille par son père (en fait très dominateur) : elle était sa troisième fille, mais aussi son troisième et ultime essai raté d'avoir enfin un garçon, ce qu'il lui a rudement fait sentir en la détestant... Elle a dès lors voué une haine de l'homme et devenue mère, elle ne voulait absolument pas avoir de garçon. Reproduisant le programme paternel à l'envers, par compensation, elle s'est montrée particulièrement froide et dure avec son fils Gaëtan, mais aussi dominatrice par rapport à son mari et ses enfants...

En effet, on observe couramment qu'ayant souffert particulièrement de l'attitude parentale, devenu adulte, on a tendance soit, à reproduire ce qu'on a connu, soit, à adopter la posture inverse par rapport à ses enfants avec toutes sortes de nuances intermédiaires (ce qui dans tous les cas, entraînera toujours des souffrances et des injustices pour soi comme pour les autres...). Des dommages encourus consécutifs de quelque programme transgénérationnel que ce soit (et personne n'y échappe) scelleront les caractéristiques de la "nais-sens" de la descendance  et des attentes qui y sont associées de la part de la famille et les croyances limitantes qui aurait été immanquablement forgées....

 

 

Retour au menu de cette page

 

harmonie

Est-ce que nos prénoms sont en harmonie avec qui nous sommes vraiment ?

L'observation sur le terrain psychothérapeutique montre à souhait qu'à des degrés divers, le bain familial dans lequel nous sommes plongés dès la conception sert en quelque sorte de révélateur par contraste de qui nous sommes vraiment. En effet, pour savoir ce qui me convient, je ne peux l'apprendre qu'à travers ce qui ne me convient pas, observait avec pertinence Donald Walsch..

Métaphore. Durant mon adolescence, j'accompagnais mon grand frère dans l'opération délicate qui consistait à réaliser des photos en noir & blanc (sur papier Ilford, format A4). A la seule lumière d'une ampoule rouge, il fallait d'abord exposer durant quelques secondes, le papier photographique au faisceau lumineux produit par un agrandisseur dans lequel avait été insérée la pellicule en 24x36 à imprimer. Ensuite, il fallait plonger le papier impressionné (d'une manière certes invisible à l'oeil) dans un bain acide dit "révélateur" (!). Mon frère faisait très attention à ne pas laisser le papier photo plus du temps nécessaire et dès lors, l'extraire relativement rapidement du bain pour que la photo puisse alors se révéler dans toute sa splendeur. Laissée trop longtemps, la photo était toute foncée, voire noire et irrécupérable...

 

 A l'image de la cuvette du creuset familial...

 

"Révélateur" : magnifique mot qui montre toute l'importance de ce bain, analogiquement à celui constitué par le liquide amniotique dans le ventre maternel et ce qui renvoie à l'autre symbolique du creuset familial dans lequel, brutalement, le bébé est plongé et ainsi formaté via divers programmes transgénérationnels qui se cachent sous chacun des  prénoms qui lui sont donnés, comme par hasard.....

De telles conditions de naissance seront amplifiées en écho par le bain familial et seront, tout comme cette acidité, nécessaires ; cependant, du fait de leurs caractéristiques particulières, elles peuvent empêcher l'être de naître tout à fait à lui-même ou du moins l'assombrir (à l'image du papier photographique resté trop longtemps dans le bain acide), voire brider fortement sa personnalité ! L'incontournable acidité mais à ne pas trop prolonger du bain familial ,peut alors être dans certains cas toxique au point même de conduire à la lente autodestruction, à la maladie voire au suicide... Il n'est alors pas rare de voir des enfants malformés, handicapés à al naissance ou tous jeunes, contracter des maladies auto-immunes, des cancers et, moindres maux,  autres allergies (voir ce qu'apporte comme éclairage à cet égard la psychobiologie).

Cependant, à l'inverse du bain révélateur qui pourrait abîmer irrémédiablement la photo, un travail personnel de reconstruction, de restauration de soi pourra être entrepris avec succès tout au long de la vie. Cependant, le plus tôt sera le mieux : pour éviter alors que des couches successives ne s'entassent et rendent la tâche plus longue (à moins qu'entretemps, survenant plus ou moins rapidement, dans sa forme extrême, la maladie mentale de type psychotique, exprimant en fait un réflexe de survie,  n'ait pu rendre la rémission vraiment impossible, tellement les conditions existentielles avaient été ressenties comme trop insupportables et sans issue...).

 

Retour au menu de cette page

 

indicateurs

En quoi nos prénoms sont-ils des poteaux indicateurs qui cachent des missions

de "payer les fautes", d'assumer les échecs... d'ancêtres...  ?

En plus de tout ce que les multiples facettes de la recherche psychogénéalogique peuvent nous apprendre, l'angle qu'offre l'étude des prénoms est très révélateur par rapport aux missions cachées... Il est fréquent par exemple, que nous portions l'un des prénoms d'un ancêtre qui a fauté..., au point parfois d'avoir été banni et dont nous aurions la mission de faire mieux que lui (ce qui est un échec assuré, car nous ne pouvons pas réparer la faute de quelqu'un d'autre). Ce fut mon cas personnel : il a fallu atteindre la fin de la quarantaine pour que je découvre le fait que mon grand-père paternel Fernand avait abandonné ses trois enfants en bas âge et leur mère, en 1927 à Galax en Roumanie ; en réparation, j'ai élevé quatorze enfants dont un seul était le mien et dont les autres avaient comme caractéristique commune de ne plus être en contact avec... leur père ! Sur la pierre tombale familiale à Bubelette, son bannissement sans rémission a fait que son prénom n'y a même pas été reproduit (voir mon parcours personnel).

Ainsi l'autre cas de cet homme qui avait un prénom qui faisait clairement référence à une situation d'abondance, mais dont l'existence n'y baignait pas du tout ! En séance, il vient me demander pourquoi donc il reste dans la disette, alors qu'il ne ménage pas ses efforts pour augmenter ses revenus.

 

 

Il m'informe qu'il porte le prénom de son grand-père paternel sans savoir rien de lui. Après avoir interrogé son père qui, enfin, lui "crache le morceau", il apprend qu'il avait reçu ce prénom pour qu'il devienne riche : pour tenter de contrebalancer l'énorme perte financière subie par son grand-père paternel lors du crash de 1929 et qui avait atterré  toute la famille ! Ici encore, ayant la programmation de résoudre un conflit qui ne lui appartenait pas, ne le sachant pas, il ne pouvait donc pas sortir de cette programmation. Grâce à un accompagnement psychothérapeutique qui lui a permis de comprendre et de mettre en action la nécessite de se libérer de cette mémoire, il a pu progressivement et sans faire d'efforts particuliers, retrouver le chemin de l'aisance financière.

      

Ce autre  cas de ce garçon qui portait le même prénom que feu son grand-père polonais émigré. Lorsque j'ai été amené à faire une intervention géobiothérapeutique chez lui, sa maman m'avait prévenu qu'il serait très difficile d'arpenter sa chambre (très vaste espace couvrant tout le grenier aménage) : en effet, il avait étalé par terre et presque partout tout ce qu'il pouvait. Aucune punition ni privation n'était venu à bout de son obstination à se comporter ainsi !  L'entretien qui a suivi  m'a appris que le grand-père ne s'était jamais senti chez lui en Belgique et en avait fortement souffert, regrettant de s'y être rendu. J'ai aidé sa maman et son fils à prendre conscience que ce dernier en occupant ainsi la moindre parcelle de son territoire, offrait à son grand-père (dont le  port du même prénom montrait un fort lien transgénérationnel) une solution différée à son problème de ne pas se sentir chez lui ! Son fils n'était pas ou courant de l'histoire de son grand-père et cette prise de conscience a été l'une étape cruciale pour qu'il a abandonne ce qui apparaissait comme une mission transgénérationnelle par rapport à son grand-père.

Retour au menu de cette page

identiques

Que signifie retrouver des prénoms identiques ou apparentés entre deux familles suite à l'union de deux des leurs ?

Aussi surprenant que cela puisse paraître, il peut y avoir aussi dans le jeu des prénoms entre deux familles, des messages par rapport à la manière dont le couple, en les réunissant, aura été choisi, se sera constitué. Qu'est-ce que cela voudrait-il donc dire pour un conjoint, lorsque son beau-père et son père ou lorsque sa belle-mère et sa mère portent le même prénom ou que les prénoms ont une certaine ressemblance ? Très souvent, j'ai pu remarquer alors que le beau-père était très différent du père ou la belle-mère très différente de la mère. La personne qui se retrouve avec une telle configuration me dit, par exemple, qu'elle apprécie beaucoup son beau-père qui lui apporte ce que son père ne lui a pas apporté en suffisance, ce dont elle a souffert la plupart du temps en silence (souvent un manque d'affection, d'attention, de soutien ...). En pareil cas, le choix du conjoint est donc dicté inconsciemment par une tentative de réparation, de compensation d'un manque... de la part de l'un de ses parents, le beau-père ou la belle mère étant ainsi l'objet d'un tel transfert... Cependant, cela 'arrange' souvent ces derniers, en ce sens qu'ils peuvent aussi trouver au travers du beau-fils, de la belle-fille, un fils ou une fille de substitution ou tout simplement, le fils ou la fille qu'ils n'ont pas eu : tout le monde s'y retrouve alors... et rien de plus normal car c'est ainsi que fonctionnent entre autres les lois transgénérationnelles. Ca été le cas de mon père que le père Fernand a abandonné très jeune : son beau-père se prénommait Ferdinand..., figure célèbre localement (à l'inverse de son père honni par toute la famille) et avec lequel il partageait l'amour du jardinage, le travail du bois, de l'ébénisterie. (En illustration, Hermès à double tête)

 

Retour au menu de cette page

changer

Pourquoi certains d'entre nous veulent ou en arrivent-lis à changer de prénom ?

Témoignage : "Je n’ai jamais aimé mon prénom. Je peux même dire que je le déteste. C’est ma grand-mère paternelle, qui paraît-il l’a imposé à mes parents. Or je viens d’apprendre que le fils cadet de ma grand-mère est mort très jeune. Il portait le même nom que moi aujourd’hui. Je voudrais tant m’appeler [...]. Pourrais-je, en changeant de prénom, changer de destin ?".

Seule la réponse appartient à la personne qui pose ce genre de question. J'ai en effet déjà rencontré des patients qui ont estimé et effectivement éprouvé que le changement de leur prénom principal pouvait leur apporter une partie de la solution choisie pour se libérer du poids familial qu'il portait.

 

Retour au menu de cette page

hihistoire

Ce qui est dévolu à tel saint dont on porte le prénom est-il éclairant pour nous ?

Témoignage personnel : mon second prénom est Raphaël. Traditionnellement, l'Archange Saint Raphaël a notamment comme caractéristique d'être le protecteur des enfants. Rappel : j'ai élève quatorze enfants et dont un seul de moi (voir avant). Saint Raphaël est aussi le guérisseur (de l’hébreu : refa: guérir et El : Dieu ; c'est-à-dire « Dieu guérit ») et donc me concernant un lien avec ma fonction de thérapeute, sachant que mon parrain Raphaël était...médecin !. .

Dans le livre de Tobit, Raphaël est envoyé par Dieu
pour guérir la cécité de Tobit, le père de Tobie.

Fort de ma foi d'adolescent, je me suis en effet guéri des yeux ...

 

Conformément à la croyance populaire, il n'est pas rare de trouver des Catherine qui soit, restent célibataires, soit, se mettent tardivement en couple...Beaucoup de Christophe ont la mission non plus de porter le Christ, mais de porter l'un des membres de leur famille, de remplir une mission de sacrifice..., comme c'est le cas des Christine et Christian (qui font référence au sacrifice du Christ) ; ainsi ma défunte de tante Christiane qui restera célibataire pour s'occuper de sa mère... ma défunte de soeur Christine qui a plongé très jeune dans la schizophrénie..., ayant été un  fusible familial trop lourd à assumer...: ma mère s'étant totalement projetée sur elle (voir paragraphe suivant).
 

Retour au menu de cette page

saint
La date d'un saint patron peut-elle rentrer en résonnance avec notre vécu ?

Des sages femmes, des infirmières accoucheuses... attestent souvent du lien existant entre la date de naissance et le saint du jour fêté et quelque fois avec le décalage d'une génération, ce qui exprime par exemple,  en écho la similitude des destinées entre deux personnes (comme si "la vie représentait les mêmes plats dont on n'a pas voulu", comme dit l'adage populaire plein de bon sens. Ainsi ma soeur Christine qui était née à la Sainte Aurélie (15 octobre) et dont le destin tragique (décédée en 2015) a été quasiment remis en scène par sa nièce prénommée Aurélie (décédée en 2016) ; pour couronner le tout, notre père est décédé (en 1988) aussi un 15 octobre, comme par hasard !.(Voir les décryptages possibles de ce prénom Aurélie et dont la langue des oiseaux nous indique déjà qu'il prédestine à un lien très fort avec une autre personne, comme dans le cas de m nièce en lien de destinée avec ma soeur Christine :  Aurélie, "aurai un lien" !). .

 

Sainte Aurélie, martyre vénérée à Strasbourg

au début de la chrétienté

 

Certains événements accidentels peuvent aussi survenir à une date précise, comme choisie délibérément par notre inconscient, car le saint fêté ce jour-là peut se révéler être en lien avec une histoire personnelle. En atteste la relation des accidents sur deux roues du psychologue clinicien Marc Frechet (décédé), suivant ce que Alain. Rossette (qui a été son assistant) m'en a relaté lors d'une formation sur les CBCMC à Marseille, consacrée aux Cycles Biologiques Mémorisés du Cerveau, dont Marc Frechet avait été le découvreur. Durant sa vie, ce dernier a eu trois accidents sur deux roues : le premier, adolescent en cyclomoteur, le second, en moto et le troisième, de nouveau en moto et très grave. Il s'était dit après le deuxième accident qu'il devrait s'occuper de ses propres cycles pour éviter d'en risquer un troisième, mais il n'en aurait rien fait, les "cordonniers étant les plus mal chaussés", comme dit le dicton populaire... En fait, les dates des trois accidents se trouvaient sur la même ligne horizontale parcourant ses trois cycles de vie, ce qui attestait de leur interconnexion (°).

A la faveur de ce que j'ai pu en expérimenter personnellement et fort d'exemples similaires chez les patients, tout semble indiquer qu'en en prenant d'abord conscience (pour ensuite faire un travail libérateur), Marc Frechet aurait donc pu sans doute éviter le troisième ; ce dernier accident a été de percuter... un corbillard ! et le jour de la Saint-Fabrice ; il faut savoir que Frechet avait eu un fils prénommé... Fabrice qu'il a abandonné très jeune, d'où cette possible mémoire empreinte sans doute de forte culpabilité ! En langue des oiseaux, Fabrice c'est, par exemple,"faire un bris", ce qui peut donc renvoyer à un événement à caractère accidentel, à une séparation brutale...

    ° Par cycle de vie, en CBCMC, il faut comprendre la reproduction (mise en parallèle) des cycles successifs sur base du premier qui court depuis la naissance

        jusqu'à     la l'autonomisation (avoir réuni trois conditions : avoir quitté le domicile familial, la dépendance alimentaire, financière... familiale 

        - découvrir cet outil pour les mettre au jour).

D'autre part, identifier les dates des saints fêtés correspondant à ses prénoms amène souvent la levée de certains secrets de famille, au travers aussi de syndromes d'anniversaires, qui pèsent sur notre destin, pour pouvoir ensuite en désactiver les effets indésirables...(voir titre suivant)

Exemples: (témoignages reçus) :

* "Natacha : la fête des Natacha est le 26 août : c’est l’anniversaire de mon père né polonais".

* "Maurice était aussi le prénom du frère aîné de mon grand-père (donc l’oncle de mon oncle Maurice), qui était mort au champ d’honneur en 1916. Maurice vient de Mauritius, mais sur un site, ils disent de Maurus = Maure. De plus, la saint Maurice est le 22 septembre, ce qui est la veille de la date de naissance de ma mère. Mon oncle (et parrain !) Maurice a toujours voyagé et travaillé une partie de son temps en Afrique, du Nord comme du Sud". Autre exemple :"J’ai pu ouvrir l’almanach ce soir : grâce à vous, j’ai remarqué que j’étais née la veille de la saint Gilbert. Or, Gilbert était le grand-père de ma grand-mère, qui porte elle-même le prénom Gilberte en prénom secondaire.".
 

 

Retour au menu de cette page

liberer

Comment peut-on se libérer définitivement des missions, destins, programmes... portés par tel prénom ?

La première étape sera de prendre conscience de la présence et du contenu des "valises" particulières portées par nos prénoms (mais pas besoin de tout fouiller en détail), d'identifier les messages qu'ils renferment. On peut s'aider des outils présents sur ce site (voir titre suivant). Ensuite il faudra se mettre dans l'incontournable action ciblée destinée à "rendre à César ce qui est à César", pour pouvoir accéder ensuite à sa vraie nature et aux bénéfices associés... Certes, un accompagnement psychothérapeutique s'avère souvent nécessaire pour arriver à s'en débarrasser rapidement et définitivement. Malheureusement, faute d'un travail personnel, la plupart des gens font l'impasse d'un réel, approfondi et persévérant retour sur soi et se retrouvent alors condamnes à reproduire ultérieurement leurs identifications d’enfant. Parfois à leur insu. (Cf. Chantal Rialland, Cette famille qui vit en nous).

Ce qui rend en plus les choses malaisées et difficiles, c'est que  les gens ne trouveront pas facilement des thérapeutes qui pourront les aider efficacement, car "une grande partie des thérapeutes offrent des thérapies comportementales pour combattre les symptômes des patients sans chercher leurs significations et leurs causes, parce qu’ils sont persuadés qu’elles sont introuvables. Pourtant, dans la plupart des cas elles le sont mais elles sont toujours cachées dans l’enfance, et rares sont les personnes qui veulent la confronter". (Cf. Alice Miller, Les raisons trouvables)

                              

Retour au menu de cette page

 


outils

Outils concrets pour commencer son autolibération par rapport aux programmations familiales :

 

* Découvrez aussi les pages qui vous permettront  de décrypter vous-même votre propre prénom d'une manière ludique.

 

* Plus de détails sur la signification des prénoms en psychogénéalogie.

 

* Vous pouvez découvrir encore des exemples de sens cachés au travers d'autres prénoms et d'autres exemples encore.

 

* Si vous voulez savoir d'où vient votre nom de famille, vous pouvez utiliser ce lien.          

   Vous pouvez aussi l'utiliser pour découvrir l'origine historique de vote prénom.

 

* Recevez les décryptages de vos prénoms.

 

* Exemple de ce que mon propre prénom a pu dévoiler comme "valises transgénérationnelles"...

 

Retour au menu de cette page

 

loin

Pour aller plus loin....

Suivant l'observation empirique (études de cas concrets), le prénom apparaît comme  une sorte de carte d'entrée dans le monde ou une sorte de 'permis de vivre' (mais conditionnés : avoir "sur le dos" ce qui peut apparaître comme des  missions transgénérationnelles).

Le célèbre psychologue Carl Jung faisait très justement observer :"Tout ce qui n'est pas porté à la conscience se transforme en destin".

Bien avant lui, le philosophe Cicéron avait déjà constaté qu' "ignorer les événements qui se sont passés avant votre naissance, c'est rester toujours enfant".
 

Deviens qui tu es, quand tu l'auras appris.

(Le poète grec Pindare)


Conscientiser grâce notamment à l'inspection attentive de nos "valises transgénérationnelles" ce que révèle notre prénom (et aussi les autres prénoms portés), permet déjà de les mettre à distance : cela nous place alors en position de choix, car allons-nous alors continuer à porter le destin qu'ils imposent, restons-nous alors des victimes consentantes ou allons-nous en profiter pour nous recréer, à celui que nous sommes vraiment ?

Pour se débarrasser des "impacts négatifs" de nos prénoms, il convient d'abord de les mettre en lien ce que nous avons précisément vécu en résonnance et qui exprime de tels asservissements. Ensuite, li conviendra de faire des choix concrets pour arriver à se comporter suivant sa vraie nature, renoncer aux bénéfices cachés de l'ancienne destinée... mais après avoir désactivé les "mémoires" que renferme nos prénoms...

Un accompagnement psychothérapeutique adapté peut s'avérer utile  si, après avoir ainsi agi, les résultats ne sont pas à la hauteur des libres choix.
Les Constellations Familiales Intégratives constituent aussi un outil efficace à ce point de vue  mais toujours à intégrer dans une psychothérapie  (et donc les CF ne sont pas un thérapie en soi)

 

  Retour au menu de cette page

 

 

 

 

livre

 

Extraits du  avis librement exprimés sur ce site et ses partenaires concernant les prénoms

 

- Je voudrais également ajouter plus spécialement à Baudouin que le travail qu'il a effectué sur les prénoms est fantastique.

- Un petit mot pour vous remercier pour le décodage des prénoms. J'ai pu avancer d'un grand pas grâce aux fiches. Avec mes sincères remerciements.

- Je viens vers vous, pour vous dire a quel point je suis émerveillée quand je suis sur votre site. Je suis numérologue et je m'intéresse beaucoup aux prénoms.

- Je faisais une recherche "l'air de rien" sur le net concernant la langue des oiseaux et voilà que je tombe sur votre site époustouflant. J'ai regardé avec les terminaisons de mon prénom et celui de mes enfants et concernant mon premier fils, c'est incroyable.

- Passionnée de Psychogénéalogie, je ne peux m'empêcher de vous proposer d'aller voir le site de Baudouin Labrique que j'utilise beaucoup : je peux vous assurer que ça décoiffe ! Pour ceux que cela intéresse... une autre façon de voir les choses, car au delà d'une origine, le prénom a une signification et est porteur de projets et de liens familiaux... (Lu sur le forum de GénéaNet - site de généalogie)

 

- D'abord un tout grand merci pour toutes les infos que tu m'as données vendredi passé. J'y ai en fait trouvé la possibilité de décoder ce que je suis venue être sur ce merveilleux vaisseau terre : le décodage de mon prénom selon ma légende personnelle et ma symbolique, aidée de tes infos a donné ceci : "je suis venue pour aider l'homme (être humain) à guérir afin qu'il retrouve le trajet (chemin) de sa grandeur (sa naissance intérieure)".

 

Retour au menu de cette page

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

humour

Humour

 

 

LA MÈRE DE FAMILLE ET LES ALLOCATIONS FAMILIALES...

Cela se passe à la caisse d’allocations familiales.
Une mère de famille est questionnée par la fonctionnaire de service :

Q : « Combien d’enfants avez vous madame ? »
R : « Dix »
Q :  « Quels sont les prénoms ? »
R : « Bertrand, Bertrand, Bertrand, Bertrand, Bertrand, Bertrand, Bertrand, Bertrand, Bertrand et Bertrand. »
Q : « Mais comment faites-vous pour les appeler ? »
R : « Facile, je crie » Bertrand » et ils arrivent tous »
Q : « Et pour les repas ? »
R : « C’est pareil, ils mangent tous en même temps »
Q : « Comment faites-vous lorsque vous ne voulez appeler qu’un seul d’entre eux ? »
R : « Dans ce cas, j’utilise leur nom de famille. »
 

 

prénom américain humour.jpg

 

 

 

09

 

 

 

Contenu de cette page avec des liens directs vers les sujets :

Dernières mises à jour :¨

Qui a choisi mon ou mes prénom(s) ? Est-ce vraiment par hasard ?

Pourquoi m’avoir donné tel parrain et telle marraine ?

Que nous apprennent nos prénoms au sujet de nos programmations de naissance ?
Est-ce que nos prénoms sont en harmonie avec qui nous sommes vraiment ?

En quoi nos prénoms sont-lis des indicateurs qui cachent des missions de "payer les fautes", d'assumer les échecs... d'ancêtres ?

Que signifierait retrouver des prénoms identiques ou apparentés entre deux familles suite à l'union de deux des leurs ?

Pourquoi certains d'entre nous veulent ou en arrivent-lis à changer de prénom ?

L'histoire du saint dont on porte le prénom est-elle éclairante pour nous ?
La date d'un saint patron peut-elle rentrer en résonnance avec notre vécu ?

Comment peut-on se libérer définitivement des missions, destins, programmes... portés par tel prénom ?
Outils concrets pour commencer son autolibération par rapport aux programmations familiales

Pour aller plus loin....
Extraits du livre d'or, par rapport à le problématique des prénoms

 

Page d'humour

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 Principaux domaines abordés sur le site Retrouver son Nord :

                                                      Santé  -  Dépendances  -  Couple  -  Famille  -  Habitat  -

                                                                    Développement personnel    Autarcie

                                                                                   envoyer un courrier à  Retrouver son Nord  vos avis reçus sur nos activités et sur ce site 

                                                                            Pour être informé des nouveautés via la NEWSLETTER,

                                                                                                                     cliquez sur :

                                                                                   

                                                                       

                                                                 Découvrir ce que nous proposons en séance

 

                                                                                                                retour à laa page d'accueil