FICHE  BIEN-ETRE

AUTO-THERAPIE  N°7

 

 

                                                    pour une utilisation appropriée de ce qui suit

                                                                        © Baudouin Labrique

 

                                                           Pour consulter d'autres fiches de ce type,

                                                                        cliquez sur fiches auto-thérapeutiques

 

 

L'outil suivant fait partie d'outils auto-psychothérapeutiques et autres qui concernent les approches comportementales, analytiques et/ ou systémiques ; elles constituent de puissants outils de libération ; dans le processus de guérison, elles s'intègrent à tous les niveaux : dans une première phase de nature analytique et systémique comme dans une seconde phase, au travers de l'action qu'elles mettent en oeuvre pour permettre  aux charges énergétiques et/ou émotionnelles refoulées de s'exprimer enfin ; c'est ainsi que les traces ou blessures énergétiques et/ou émotionnelles pourront enfin se cicatriser.. Ces approches sont bien sûr intégrées dans le cadre des séances que nous vous proposons ; elles peuvent aussi faire l'objet d'un travail spécifique en psychothérapie intensive ou étalé dans le temps.

 

Le « tu » tue

 

       


 

Nous faisons des efforts pour mieux communiquer avec autrui mais, souvent, hélas, nous sommes dans l’accusation, le "juge-ment", les reproches etc.
 

Nous ne sommes pas alors en connexion avec ce que nous ressentons réellement et/ou nous ne l’exprimons pas. Un mur se dresse par conséquent entre nous et l’autre (*).  Essayons de mieux formuler ce que nous ressentons en parlant à la première personne uniquement ; exemple : « Je ressens ceci quand tu fais cela » …
 

On peut manifester alors toutes les émotions qui ne demandent qu’à sortir, même la colère à condition de bien exprimer que nous sommes en colère etc. contre une situation précise, en formulant par exemple ainsi : « je suis en colère contre cette situation …».
 

Comme le dit très bien Jacques SALOME (**), le « tu » tue !
 

Mais évitons aussi de donner à l'autres des conseils non demandés : "Tu devrais faire ceci ou cela..;" " tu devrais penser comme ceci..." etc. Dans le cas d'une communication inappropriée, nous ne nous accordons pas à la "fréquence" de l'autre, comme le fait observer Jacques SALOME, dans ses célèbres livres : ce ne pourra être alors qu'un (vain) dialogue de sourd et porteur de davantage de souffrance que si on s'était simplement tu.
 

Mal "embarqués", nous pouvons aussi proposer de mettre fin à une discussion qui s’éternise et/ou qui ne conduit à rien selon nous ; dans ce cas, il est toujours approprié d’exprimer cela et de proposer de la continuer ultérieurement à un moment précis, décidé de commun accord.

 

Nous pouvons aussi proposer de mettre fin à une discussion qui s’éternise et/ou qui ne conduit à rien selon nous ; dans ce cas, il est toujours approprié d’exprimer cela et de proposer de la continuer ultérieurement à un moment précis, décidé de commun accord.

© Baudouin Labrique

 

Effets d'une mauvaise communication :

personne n'écoute vraiment.

 

(*) "Les mots sont des fenêtres (ou des murs)" de Marshall B. ROSENBERG

        En savoir plus sur la Communication Non Violente (CNV) : cette technique est surtout efficace pour les personnes

         ayant déjà accomplit un travail psychothérapeutique et qui ont « brûlé leur propre bois », qui ont déraciné leur colère

         (d'adolescence, d'enfance…) et qui ont guéri leur enfant intérieur.

 

 

La méthode

La CNV repose sur deux bases fondamentales :

  • tous les êtres humains ont des besoins fondamentaux semblables;

  • chacun est naturellement capable d'accéder à un état de compassion et de montrer de la bienveillance à l'égard de ses propres besoins et de ceux de ses semblables.

De ces prémisses découle le modèle de communication de la CNV :

  • 1- Observation objective de la situation (en mettant de côté nos jugements et nos évaluations).

  • 2- Identification des ressentis, sentiments qu'éveille la situation (en les différenciant de nos interprétations et de nos jugements) : "je me sens ..", "je ressens ...", "j'éprouve de ...", "c'est comme si je. " etc.

  • 3- Identification des besoins liés à ces sentiments (aspirations profondes, motivations, etc.).

  • 4- Formulation d'une demande en vue de satisfaire ces besoins (présentée de façon positive, concrète et réalisable).

La CNV propose des techniques qui aident les personnes à bien réaliser chacune de ces quatre étapes du processus de communication, aussi bien lorsqu'il s'agit d'écouter les autres que de s'exprimer face aux autres, d'oser exprimer ce qu'on ressens sans se censurer (démarrer la formulation par "Je .." et éviter ainsi le "Tu qui tue".

Ainsi, au cours de n'importe quel dialogue, échange etc., une personne qui pratique la technique s'efforce de retrouver l'état naturel d'empathie voire de compassion; qui lui permet d'observer de manière objective ce que l'autre exprime, en l'aidant et même en l'encourageant à exprimer ce qu'elle ressent, même lorsque les propos éveillent des préjugés ou qu'ils sont hostiles, d'identifier les ressentis, sentiments qui sont à exprimer et les besoins qui se cachent derrière ce qui est exprimé, de manière à bien saisir la demande réelle de son interlocuteur. Lorsqu'elle s'exprime à son tour, la personne s'efforce de poser un regard objectif sur la situation (observation), d'identifier honnêtement ce qu'elle ressent, de veiller à les 'exprimer en sentiments et ainsi que ce qui les  motive, sous-tendent  (besoins la plupart du temps non comblés, en souffrance), et elle essaie de formuler clairement ce qu'elle désire (demande).


(**) "Si je m’écoutais, je m’entendrais" & "Parle-moi, j’ai des choses à te dire" etc. de Jacques Salomé

© Baudouin Labrique

 

 

 

"Tentative"

"Entre
Ce que je pense
Ce que je veux dire
Ce que je crois dire
Ce que je dis
Ce que vous avez envie d'entendre
Ce que vous croyez entendre
Ce que vous entendez
Ce que vous avez envie de comprendre
Ce que vous croyez comprendre
Ce que vous comprenez
Il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer.
Mais essayons quand même
…"

Bernard Werber (L'encyclopédie du savoir relatif et absolu, Le Livre de Poche)

Merci à Antonella pour ce texte

 

 

 

                                                                                       Résultat de recherche d'images pour "illustrations faillite"

                                                                

 

 

Sacha d'Etang - Photos du journal | Facebook
 

 

   

                                                                                     Pour consulter d'autres fiches de ce type,

                                                                                                  cliquez sur fiches auto-thérapeutiques

 

 

 

 

 

             

 

 

Pour les dates des conférences, ateliers, voir l'agenda

Retour page de présentation de Baudouin Labrique

retour à laa page d'accueil