La vérité (bien cachée) sur l'eau de distribution !


 
© Baudouin Labrique, géobiothérapeute, critique de science et bioénergéticien

 

                                       

menu

Contenu de cette page avec des liens directs vers les sujets :

La montagne de tout ce qui pollue l'eau de distribution

Origines des polluants

Du poison dans l’eau du robinet (vidéo)

Pourquoi récupérer l'eau de pluie ?

Se laver à l'eau de pluie

Rendre l'eau de ville ou (bien mieux) de pluie buvable et en faire la meilleure eau existante

Continuez malgré tout à boire de l'eau minérale ?

Récupération des eaux usées de douche pour alimenter les WC
 

                                                                                                   

pollut                                                                                                                        ion

La montagne de tout ce qui pollue l'eau de distribution

Peu de gens savent que l'eau de ville "potable" contient un tas de produits nocifs pour la sante, ce qui la rend notamment trop acide et donc néfaste (cf. entre autres, les découvertes en bio-électronique du Pr Louis-Claude Vincent sur les conséquence de l'acidité sur l'apparition et l'aggravation des maladies, ainsi que sur l'accélération du vieillissement).

Pire, aucune étude, et pour cause, n'a évalué les effets additionnés et cumulatifs de tous les polluants contenus

(dont la liste qui suit dans un ordre aléatoire et non exhaustif) :

    - des bactéries et des virus dont des campylobactéries,  colibacilles (Escherichia coli ou E.coli), parasites Lamblia,

       et autres Cryptosporidiums (protozoaires)... (Source)

    - de l'arsenic,   

    - des antidépresseurs,

    - des pesticides (dont le fameux glyphosate tellement décrié maintenant mais qui masque alors tous les autres !...),

    - des insecticides,
    - diverses drogues,
    - divers antibiotiques,
    - des bêtabloquants,
    - des anti-inflammatoires,

    - divers autres médicaments,
    - des produits de contraste (utilisés en imagerie médicale),
    - des contraceptifs,

    - des hormones,

    - des huiles, des résidus de pétrole (véhicules...),

    - des sels de voiries,

    - des ordures,

    - des excréments d'animaux,

    - des métaux lourds (dont l'aluminium très neurotoxique et persistant dans l'organisme),
    - une qualité bactériologique limite,
    - un ph trop acide (ce qui favorise les maladies),
    - du fluor,

    - du nitrate,

    - du chlore et qui réagit d'une manière toxique notamment avec les matières organiques (°), chlore

    - d'autres produits chimiques,

    - des produits radioactifs...,

 

(°) "Le chlore peut réagir avec la matière organique de l’eau, les ions bromure, les ions iodure, et former des sous-produits. La présence de
ces composés dans les réseaux d’eau potable, d’appellation générique sous-produits de chloration (SPC),
pose un problème de santé publique

qui concerne la plupart des usines de traitement d’eau superficielle.
"

Ces réactions chimiques indésirables et dangereuses pour la sante s'ajoutent aussi à d'autres nuisances du fait du séjour de l'eau dans les canalisation etc. :

"Dans toutes les études de l’évolution des concentrations en SPC [sous-produits de chloration] entre la sortie de l’usine de traitement et des points dans le réseau de  distribution d’eau, les THM [TriHaloMéthanes] augmentaient avec le temps de séjour dans les canalisations (jusqu’à six fois la concentration sortie usine, deux  en moyenne) alors que les concentrations des HAA [Acides haloacétiques], HAN [haloacétonitriles], halocétones  stagnaient ou diminuaient. Les micro-organismes présents dans les canalisations au niveau du biofilm sembleraient jouer un rôle dans la biodégradabilité des HAA [34,68]. Par ailleurs, les postes de rechloration dans le réseau d’eau pourraient accélérer localement la formation des THM et des HAA  lorsque l’eau contient de la matière organique encore réactive [18,57,69]".
(Cf. "Les sous-produits de chloration dans l’eau destinée à la consommation humaine en France")


 

(Source)

 Retour au menu de cette page

origines

Origines des polluants

  • les points de rejet industriels, ainsi que les déversements et fuites de produits chimiques industriels,

  • les effluents d'eaux usées municipales,

  • le lixiviat des décharges,

  • les déchets de mines existantes et abandonnées,

  • les systèmes septiques,

  • la fuite souterraine de réservoirs de stockage de carburant et de mazout,

  • les écoulements urbains des immeubles, des rues et des trottoirs qui transportent des sédiments, des nutriments, des bactéries, du pétrole, des métaux, des produits chimiques, des pesticides, des sels de voierie, des ordures et des excréments d'animaux domestiques,

  • des bactéries et des résidus de pétrole provenant de la navigation de plaisance,

  • des pluies acides et d'autres formes de pollution de l'air qui retombent dans les eaux de surface et au sol.... (Source)

     

    Le tout faisant monter à plus de de 350 μg (microgrammes) les traces par litre (nommée dureté de l'eau

            et  mesurable avec un petit appareil accessible à tous et bon marché).

En plus de mettre tout cela en contact avec la peau (pénétration partielle dans l'organisme), ingérer tout cela, c'est non seulement s'empoisonner lentement, mais, concernant les médicaments, entraîner comme pour les drogues :

                1° une sorte de dépendance,

                2° diverses perturbations endocriniennes (et donc tout le système hormonal) donc autant de  facteurs de stérilité,
                3° une inquiétante insensibilisation aux effets des médicaments et des problèmes potentiellement mortifères, le jour où il faudrait

                    en prendre ; de plus, dans notre organisme, cela rend les microbes (bactéries, virus...) plus résistants et les fait muter sous

                    des formes qui ne pourront pas être inactivées en cas de forte infection.. (vu la baisse progressive et inéluctable de l'immunité...).


A visionner : Du poison dans l’eau du robinet (vidéo)

 

Retour au menu de cette page

recuperer

Pourquoi récupérer l'eau de pluie ?
 

        >>>>  >>>>


Adopter la récupération de l'eau de pluie pour toute votre consommation, c'est :

        1° amortir le système complet (cuve, groupe hydrophore, filtration...) en moins de cinq ans,

        2° maintenir sa santé à un niveau optimal,

        3° réaliser une importante économie sur l'usure des machines (à laver, lave vaisselle, percolateur, boiler d'eau chaude,...), ce qui en prolonge

            la durée de vie d'une manière très importante,

        4° sur les produits de lessive etc. (plus d'adoucisseur et utilisation de produits naturels à faire soi-même et bien meilleur marché).

        5° participer à l'effort citoyen de la limitation du réchauffement climatique

        (Détails)

Retour au menu de cette page

 

laver

Se laver etc. à l'eau de pluie ?

 

Une légende urbaine tenace prétend que l'eau de pluie doit être réservée à la lessive, aux WC voire au lave-vaisselle..., sous prétexte qu'elle n'aurait pas la même qualité sanitaire que l'eau de distribution. C'est un énorme Hoax, car il faut d'abord se rendre compte que l'eau de distribution venant des nappes phréatiques, ces dernières ne sont alimentées en amont que par les eaux de.... pluie moins diverses pollutions et toxiques !

En fait, par rapport à l'eau de pluie, l'eau de distribution est en plus chargée d'un tas de polluants via son passage dans la terre et tout ce qui est déversé (voir la liste plus haut).

En face des >350 μg par litre de dureté de l'eau de distribution, celle de l'eau de pluie filtrée est à peine de 60 μg par litre (comme une eau minérale de qualité moyenne).

Enfin, certains croient bien faire en puisant l'eau dans le sol : elle n'est guère 'meilleure' que l'eau de distribution et en plus elle peut même être pire (s'il y a, par exemple, un élevage intensif d'animaux dans la région ou des industries polluantes, des cultures intensives avec déversion

de pesticides, d'insecticides, nitrates... à cause d'une concentration plus forte car localisée que ce qui ne se trouve habituellement dans l'eau de distribution).

 

N.B. Pour tester la dureté de l’eau, li existe des testeurs simples et bon marché (genre TDS-3 à moins de 25€ sur Internet),

   

                                                                                 

 

La filtrer comme nous l'avons fait et que nous proposons, la rend quasiment buvable, mais il vaut mieux y adjoindre une appareil à osmose inverse

(voir titre suivant).

 

 

Comme on le constate, l'eau de pluie est nettement moins polluée que l'eau de captation.

(Source)

Retour au menu de cette page

 

 

buvable

Rendre l'eau de ville ou (bien mieux) de pluie buvable et en faire la meilleure eau existante

 

       >>>>  

Adoptez comme nous l'avons fait un appareil à osmose inverse qui s'amorti en moins de deux ans !

A l'époque où nous n'avions pas encore récupérer l'eau de pluie, nous avons observé que les traces par litre dans l'eau osmosée ne dépassait pas les 15 μg par litre. Suite à la mise en circuit complète de l'eau de pluie, que les traces par litre dans l'eau osmosée atteignait couramment moins de 2 μg par litre ! Dès que cela dépasse les 15 μg, nous nous opérons le changement d'un ou de plusieurs filtres en question.

Si vous faites l'investissement d'un tel appareil, sachez qu'il en existe à moins de 600€ (2017) ; choisissez un vendeur qui vous expliquera comment et quand changer les cartouches par vous-même (économie pour la main d'oeuvre de plus de 150€ à chaque changement).

 

Retour au menu de cette page

minerale

Continuez malgré tout à boire de l'eau minérale ?

 

Un légende  urbaine tenace prétend (fallacieusement) que l'eau doit être minéralisée ; en fait, il est scientifiquement prouvé que les minéraux présents dans l'eau sont non seulement inassimilables par l'organisme, mais en plus encrassent l'organisme (notamment participent à la formation de la plaque d'athérome ou artériosclérose dans les artères etc.,  mais fatiguent le travail (surcharge) des reins qui doivent les éliminer !

Peu de gens savent aussi que l’eau en bouteille plastic est tout d’abord coûteuse pour l’environnement (fabrication, transport, recyclage) ;

de plus, le plastic (PVC) non seulement met plus de 1000 ans à se dégrader dans la nature, mais dépose dans l’eau des substances qui viennent perturber le système hormonal principalement chez les femmes et surtout en été (chaleur). (Détails)

Enfin, un étude américaine a montré que "L'eau en bouteille de plusieurs marques contaminée par des particules de plastique" "Du plastique a été trouvé dans 93% des échantillons d'eau en bouteille de plusieurs marques comme Evian, Nestle Pure Life, San Pellegrino, Aqua, Aquafina ou Dasani". (Source).

micro

Des microplastiques détectés dans les excréments humains ! (Le Monde X/2018)

L'étude fait "suspecter qu’au moins la moitié de la population mondiale porte, dans son système digestif, des microparticules de différentes matières plastiques. Et vraisemblablement bien plus" !

 

Enfin, le stockage de l'eau en bouteille lui fait perdre son pouvoir antioxydant, ce qui accélère notamment le vieillissement et l'apparition des maladies.

En revanche, l'eau osmosée constitue scientifiquement  la meilleure eau potable possible, mais aussi celle qui favorise la santé (à cause notamment de son ph légèrement négatif et sa faculté d'un nettoyage bien supérieur de l'organisme que toute autre eau, en ce y compris la dissolution progressive de  la plaque d'athérome (artériosclérose) dans les artères. (Détails)

Que de gains en termes de frais de santé, sans parler de tout le stress et la souffrance associés !

 

Retour au début de "Continuez malgré tout à boire de l'eau minérale ?"

Retour au menu de cette page

 

douche

Récupération des eaux usées de douche pour alimenter les WC

 

Voici la façon simple et accessible par un bon bricoleur pour recycler à peu de frais les eaux usées de douche pour alimenter les WC (amortissable en moins de trois ans !). L'économie par personne se chiffre en effet à environ 15m³ par an et donc 75€ d'économie par an (rappel par personne !). (En savoir plus).

 

A lire : La santé, le grand oublié de la construction et de la rénovation durables
 

 

 

Contenu de cette page avec des liens directs vers les sujets :

La montagne de tout ce qui pollue l'eau de distribution

Origines des polluants

Du poison dans l’eau du robinet (vidéo)

Pourquoi récupérer l'eau de pluie ?

Se laver à l'eau de pluie

Rendre l'eau de ville ou (bien mieux) de pluie buvable et en faire la meilleure eau existante

Continuez malgré tout à boire de l'eau minérale ?

Récupération des eaux usées de douche pour alimenter les WC
 

 

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

                                                   Principaux domaines abordés sur le site Retrouver son Nord :

                       Santé  -  Dépendances  Couple  -  Famille  Développement personnel

Habitat   Autarcie energetique   YOGA

                                                                           envoyer un courrier à  Retrouver son Nord  vos avis reçus sur nos activités et sur ce site 

 

                              retour à laa page d'accueil