Chance ou malchance, qui peut le dire ?

 

"Ce que nous appelons le hasard n'est et ne peut être que la cause ignorée d'un effet connu"

Voltaire

 

 

Merci à Marie-Florence pour ce cadeau.


Il y avait, dans un village, un homme très pauvre qui avait un très beau cheval.

Le cheval était si beau que les seigneurs du château voulaient le lui acheter, mais il refusait toujours.
« Pour moi ce cheval n'est pas un animal, c'est un ami. Comment voulez-vous vendre un ami ? », demandait-il.
Un matin, il se rend à l'étable et le cheval n'est plus là.
Tous les villageois lui disent : « On te l'avait bien dit ! Tu aurais mieux fait de le vendre, maintenant, on te l'a volé... quelle malchance ! »
 

Le vieil homme répond : « Chance, malchance, qui peut le dire ? »
 

Tout le monde se moque de lui. Mais 15 jours plus tard, le cheval revient, avec toute une horde de chevaux sauvages.

Il s'était échappé, avait séduit une belle jument et rentrait avec le reste de la horde.
« Quelle chance ! » disent les villageois.
Le vieil homme et son fils se mettent au dressage des chevaux sauvages.

Mais une semaine plus tard, son fils se casse une jambe à l'entraînement.
« Quelle malchance ! », disent ses amis. « Comment vas-tu faire, toi qui est déjà si pauvre, si ton fils, ton seul support, ne peut plus t'aider ! »
 

Le vieil homme répond : « Chance, malchance, qui peut le dire ? »
 

Quelques temps plus tard, l'armée du seigneur du pays arrive dans le village, et enrôle de force tous les jeunes gens disponibles.
Tous les jeunes... sauf le fils du vieil homme, qui a la jambe cassée.
« Quelle chance tu as, tous nos enfants sont partis à la guerre, et toi tu es le seul à garder avec toi ton fils. Les nôtres vont peut-être se faire tuer... »
 

Le vieil homme répond : « Chance, malchance, qui peut le dire ? »

---------------------------------------------------------------
 

"Le hasard sait toujours trouver ceux qui savent s'en servir."
(Romain Rolland)

    Le futur nous est livré par fragments. Nous ne savons jamais ce qu'il nous réserve.

Mais une ouverture positive permanente nous ouvre les portes de la chance, de la créativité, et nous rend plus heureux.
Dans des circonstances difficiles, nous pouvons aussi demander des signes "positifs" dans le but de nous rassurer, de nous réconforter.
    L’univers ne nous sera jamais hostile sauf si nous sommes persuadés du contraire. Il nous renverra exactement les conséquences de nos croyances, de nos doutes (et donc ce dont nous doutons), de nos peurs (et donc les objets de nos peurs, ce que nous craignons) etc.

    Suivant nos croyances, il ne pourra que nous faire dire ensuite : «Je le savais !», preuve que notre vie est donc bien en grande partie le résultat de (toutes) ces croyances aussi bien limitantes que dynamisantes, etc. Pourquoi en effet, ce que nous redoutions n'avait aucune autre possibilité de ne pas survenir, si dès le départ "nous avions que cela allait arriver" ce que trahissait notre "je le savais (au début)" !

 

 

 

 

 

« Il n’y a pas de hasards, il n’y a que des rendez-vous. »
Paul Eluard

retour à laa page d'accueil