Le point de vue des Scientifiques sur la Géobiologie

 

Ce que Baudouin Labrique propose comme travail sur l'habitat et comme stage sur ce thème.

 

 

   Un atelier est organisé sur le thème de la Géobiothérapie ; toutefois, en combinant la participation au stage

            de Radiesthésie avec ceux sur le Magnétisme, on pourra mettre à profit ce qu'on y aura acquis

                       concernant les tests ainsi que les corrections géobiologiques qui y sont abordées.

 

                                                            

"La mémoire de toute chose réside dans le magnétisme, porteur de l’information"

Jacqueline BOUSQUET
corps - Biologie, Biophysique,
Chercheur honoraire au C.N.R.S.
 

"Les magnétiseurs et les radiesthésistes existent parce qu’ils obtiennent des résultats incontestables.

Ils existeront aussi longtemps qu’ils continueront à obtenir ces résultats."

Professeur Yves Rocard

Docteur ès Mathématiques - Sciences physiques
 

 

"C'est un fait indéniable, la géobiologie est née et a acquis ses titres de noblesse en Allemagne au début de la deuxième moitié du vingtième siècle. Le Cercle d'Etudes en Géobiologie, crée en 1961 par le docteur Hartmann et présidé par lui jusqu'en 1990, regroupe actuellement plus de 1800 adhérents dans différents pays. Il est constitué d'une dizaine

de "Landesgruppen" (antennes régionales). En tant que Groupe Alsace, l'association E.R.G.E. est affiliée et participe

aux travaux du "Forschungskreis", dont elle est le représentant officiel en France. Grâce à l'expérience et aux travaux

de plus de 500 scientifiques et spécialistes de différentes disciplines, cette institution se situe indéniablement en tête

de la recherche et du développement mondial en géobiologie. Le Cercle d'Etudes en Géobiologie est propriétaire

d'un institut de recherche, situé à Waldkatzenbach dans l'Odenwald près de Heidelberg en Allemagne."

Extrait d'un texte provenant du Cercle d'études en géobiologie du Dr Hartmann

( "Forschungskreis für Geobiologie Dr. Hartmann")


 

Baudouin Labrique tenant l'antenne de Lecher

 

"Là où la technologie, c’est-à-dire la science appliquée,

s’est avérée incapable de produire un instrument de mesurage valable,

le Pr Walter Kunnen [Ndlr :Belgique] pense pouvoir apporter la preuve, contrôlable et donc scientifique,

que l’être humain, moyennant une formation ad hoc,

et à condition de disposer d’une antenne Lecher dûment étalonnée,

 est capable d’effectuer des mesurages parfaitement reproductibles,

sans précédents dans le monde de la radiesthésie.

Ainsi, au moyen de l’antenne Lecher, a-t-il montré qu’il est possible de situer le nord, l’ouest,

le nord-ouest et le sud-ouest, sans avoir recours à la boussole

(qu’il est évidemment possible d’utiliser à des fins de contrôle)."

En savoir plus sur l'antenne de Lecher

En savoir plus sur ce qui est proposé comme travail à domicile


 

AVERTISSEMENT

La Géobiothérapie intègre l'accompagnement psychothérapeutique. En phase avec notre code de déontologie, notre accompagnement psychothérapeutique est de type PHENOMENOLOGIQUE : vierge de tout dogmatisme, il ne fait référence qu'à ce qui est de l’ordre des phénomènes observés et donc, sous l’angle de l’expérience concrète des patients et même si nos connaissances  scientifiques, empiriques et autres peuvent être en arrière-fond de la séance.

 

La psychothérapie que nous pratiquons n'a aucune prétention scientifique ; d'ailleurs, l'évaluation scientifique des psychothérapies posent des problèmes importants vu les conditions de leur exercice : les composantes psychiques se révèlent être des paramètres incontrôlables ce qui biaise fortement ce qu'une étude scientifique pourrait apporter (°). L’utilité des psychothérapies est notamment de rassurer le patient inquiet quant à la pertinence de ce qu'il a pu en toute liberté (sans aucune directivité de notre part) mettre au jour en rapport avec des blessures (souvent très anciennes). Dans de telles conditions, seule compte la vérité du patient et c'est seulement celle-là qui doit être prise en compte par nous, dans un accompagnement psychothérapeutique par rapport auquel nous œuvrons pour qu'il soit digne de ce nom. Cette manière d'accompagner nous paraît la plus appropriée car elle respecte à la fois la Maïeutique socratique (l'art de faire accoucher l'autre à lui-même) et l'un des plus importants préceptes du serment d'Hippocrate qui est de d'abord ne nuire en rien, témoins que nous sommes des trop nombreuses dérives dans la pratique thérapeutique et quelque soit le secteur concerné ; lire à ce sujet le livre écrit par Baudouin Labrique (en librairie début mai 2011),  Quand les thérapeutes dérapent.
 

 

(°) Extrait du livre "Quand les thérapeutes dérapent" de Baudouin Labrique

 

Évaluation biaisée des psychothérapies

 

Pour le confirmer, voici l’avis du Pr Nicolas Duruz, (Institut de Psychologie de l’université de Lausanne)

concernant l’évaluation des psychothérapies :

[...] depuis quelques années, on assiste à un retour quasi fondamentaliste de type scientiste[1], qui cherche à nettoyer le champ psychothérapeutique de toute pratique non scientifique. [...] La preuve scientifique de l’efficacité d’un traitement est considérée comme acquise dans la mesure où cette efficacité a été mise en évidence dans le cadre de dispositifs expérimentaux [...] qui exigent un groupe homogène de patients, lequel doit être comparé à un groupe contrôle sans traitement, avec placebo[2] ou traitement alternatif, et être soumis à un processus thérapeutique standardisé et contrôlé par un manuel [...]. L’application de la méthode expérimentale pour apporter la preuve scientifique de l’efficacité ne convient pas à certaines formes de psychothérapie où les critères de changement, comme la nature du processus thérapeutique, ne se laissent pas objectiver aussi simplement, voire naïvement. Utiliser ces seuls critères pourrait conduire à ce que ces psychothérapies, ne pouvant pas être l’objet de recherches dites scientifiques selon la méthode expérimentale, soient ipso facto exclues de la liste des traitements reconnus[3].


 

[1] « Le scientisme est une croyance qui consiste à reporter sur la science les principaux attributs de la religion. »

      [2]  Préparation pharmaceutique sans principes actifs destinée à se substituer à un médicament.

[3]  Être psychothérapeute demain

 

Extrait d'un autre article du Pr Duruz sur l'évaluation des psychothérapies :

Si l’observation contrôlée a pour but de garantir, d'une part, une meilleure observation de la variable indépendante par neutralisation des autres variables et, d'autre part, la non influence de l’observateur sur ce qu’il observe, comment cette méthode peut-elle convenir dans le cas d’études dites « naturelles » ou de terrain, beaucoup moins contrôlables par définition, ou encore lorsque la démarche évaluative, intégrée au processus même de la psychothérapie, n’est pas sans influence sur ce processus ? On est loin du laboratoire. D'une part, il y a toujours des sources d'influence qui échappent à l'observateur et qui agissent parallèlement à la soi-disante variable indépendante. Cherche-t-on à les neutraliser par le recours au grand monde, les résultats obtenus porteront encore davantage sur des "sujets moyens". Isabelle Stengers a écrit très pertinemment : "L'imagination de l'homme n'est pas une variable, car l'expérimentateur n'est pas libre d'en contrôler les variations". D'autre part, le chercheur exerce inévitablement des influences sur son objet d'étude, ne serait-ce de par le type de questions qu'il lui pose et les modalités de récolte des données. Dans un célèbre article, Lambert (1991) a révélé, sur la base d'un dépouillement de 384 études portant sur l'efficacité en psychothérapie et publiées entre 1983 et 1989 dans 20 périodiques, qu'il avait pu identifier plus de 1430 critères ou mesures d'efficacité retenus par les chercheurs, dont 840 n'étaient utilisés qu'une seule fois ! Cela montre à l'évidence à quel point les données obtenues sur la base de tels critères saisissent de manière très relative la réalité, d'autant plus que les variations dues à leurs sources (patient, thérapeute, expert ou tiers-public) et modalités d’obtention (questionnaire, entretien, self-report ou observation) ajoutent un surcroît de contingence.

 

 

 

 

 

Le SIXIEME SENS (en Géobiologie) prouvé scientifiquement

 

Que faut-il entendre par sixième sens :

 

Description par Hubert Larcher de la notion de sixième sens développée par le Dr Charles Richet, prix Nobel de médecine et de physiologie en 1913 (qui disait à propos de la radiesthésie qui utilise précisément le sixième sens : « Nous devons accepter la radiesthésie comme un fait.  Il est inutile de faire des expériences pour prouver son existence. Elle existe. Ce qu'il faut maintenant, c'est en développer les possibilités. »
 

"C’est après avoir recueilli les réactions à la lecture de son Traité de Métapsychique , paru chez Félix Alcan en 1922 et réédité en 1923, affronté de vigoureuses oppositions , et examiné des objections compétentes comme celles du Dr Delams, de Pierre Janet, de Max Dessoir, d’Albert Moll, que Charles Richet publie, en 1928, une monographie intitulée 'Notre sixième sens'.
Celle-ci se présente comme un chapitre essentiel de la physiologie d’un sens nouveau, qui ajoute au Traité des expériences et des considérations inédites. Son but se veut très précisément limité : prouver l’existence et la réalité de ce sens d’une manière scientifiquement irrécusable car fondée sur l’observation et sur l’expérience, la constatation des phénomènes étant la première étape indispensable avant de s’aventurer dans la suivante, celle des théories explicatives ;
[...]"

 

 

Deux expériences qui montrent à l'évidence que le sixième sens existe bien, sinon comment expliquer ce qui s'y produit ?

Elles ont été réalisées sous la supervision du Pr Ernest Matagne, Electrotechnique UCl (Université Catholique de Louvain (la plus ancienne université du monde, soit dit en passant)  et diffusées dans l’émission REPORTER (RTL-TVI)  du 14 janvier 2008 (« Ca coule de source ») à laquelle j’ai participé (voir la vidéo en format WMV - en bas de cet article la vidéo concernant les deux expériences décrites ici).


Ces deux expériences qui se sont avérées probantes (100 % de réussite, score exceptionnel en expérimentation scientifique). Elles répètent mais cette fois sans boussole l'expérience faite en 1820, par le danois Hans Christian Oersted : il avait déjà observé que l'aiguille d'une boussole déviait à proximité d'un fil rectiligne parcouru par un courant électrique (« Le déplacement de charges électriques induit un champ magnétique. ») :

      1° un fil électrique visible est parcouru aléatoirement par un courant ; deux collègues équipés de l'antenne de Lecher (accordée sur 7,8) tentent d'en détecter la présence. L'expérience réalisée à 6 reprises est concluante : l'antenne n'a bougé qu'en présence du courant (100 % de réussite) ; la probabilité due au hasard, déclare le Pr Matagne, n'était que de 1 sur 64 !

       2° la seconde, remet à contribution les deux collègues précédents et qui ont la tâche de détecter à l’aveugle un fil électrique parcouru par un courant pas plus important que le champ électromagnétique terrestre, sachant que sont placés à proximité d'autres fils électriques mais sans charge électrique. Expérience concluante aussi à 100 %..

Au grand étonnement du Pr Matagne qui ne s’attendait pas à une telle éclatante réussite, il apparaît donc, d'un point de vue scientifique, que le corps humain est sensible à ce qui n’est pas de l’ordre de ce qui est à ranger comme faisant partie d'un des cinq sens et qu’on pourrait appeler ici une des expressions possibles du 6ème sens (immatériel, pas assez pris en compte en science, dans pas partie matérialiste et rationaliste, alors qu’on en voit dans le reportage la parfaite démonstration.

VIDEO :
                - via Windows Média Player (WMV) ou
                - via Média Player Classic (FLV) (patientez durant le chargement).
 

---------------------------------

 

Voici une autre expérience scientifique qui démontre encore l'existence de ce sixième sens, capable d'influencer un robot !

 


 

 

 

Le Professeur et Docteur (mathématique et physique) Yves Rocard, père de l'homme politique (°), mais père aussi de la bombe atomique française, expérimenta scientifiquement le phénomène sourcier et échafauda des théories.

"C’est en 1960, en voyant un technicien de son équipe opérer à l’aide d’une baguette de sourcier, après une explosion atomique souterraine française au Sahara dont il étudiait les effets, que le professeur Yves Rocard père de la bombe atomique française et Directeur du laboratoire de physique de l’École normale supérieure, d’abord incrédule puis étonné, résolut d’étudier le magnétisme humain. Deux ans plus tard, il publiait la première édition de son ouvrage, Le Signal du sourcier, dans lequel, décrivant un certain nombre d’expériences auxquelles il s’était livré, il démontrait l’existence du magnétisme humain que l’un de ses précurseurs, Mesmer, appelait le magnétisme animal." (cf. le biomagnétisme)

Cet ouvrage ("Le signal du Sourcier") publié en 1962 constitue la première étude sérieuse sur le sujet.

 

 

Le Pr Yves Rocard expérimentant au pendule.

 

Dans un ouvrage suivant ("Le réflexe sourcier, son intérêt médical", Agressologie, tome 22 N° A, 1981, 1-15).), il y écrit : "Des confirmations sont survenues depuis [Ndlr :par rapport à 1962 et son livre "Le signal du sourcier"], venant des USA puis de l'Union Soviétique, et personne n'oserait plus maintenant mettre en doute le fait que c'est un petit gradient du champ magnétique terrestre qui déclenche le signal de la baguette du sourcier".

 

« Comment douter que l’homme soit un être magnétique ? » : Jean-Pierre Perraud a rencontré le professeur Yves Rocard à trois reprises, entre1984 et 1989. Il a bien voulu rassembler les notes qu’il a prises au cours de ces trois entrevues et les synthétiser sous la forme d'une interview. Les déclarations du professeur, qui sont recoupées par divers ouvrages et articles qu’il a publiés de son vivant, constituent une validation scientifique sans réserve du magnétisme.

 

Le Pr Yves Rocard a découvert que l’homme est sensible aux champs magnétiques (biomagnétisme) et a démontré que cette faculté explique le réflexe sourcier car il possède des points magnétiquement sensibles dans de nombreuses parties du corps celles-ci renferment en effet des Cristaux de magnétite Fe3 O4 qui se comportent comme des capteurs magnéto sensibles.

 

Voici ce qu'il disait encore au cours d'une interview :

"Les Grecs connaissaient les aimants naturels. Il s’agissait de minéraux qu’ils trouvaient dans la région de Magnésie et dont le constituant principal était la magnétite, Fe3 O4 (oxyde de fer). On sait aujourd’hui que la magnétite est présente sous forme d’oligo-éléments chez tous les êtres vivants, y compris les plantes.(...) Peu de scientifiques savent que les cellules de l’être humain renferment des Cristaux de magnétite ce qui a été mis en évidence par deux biologistes américains, les docteurs Gould et Kirschvink.(...) Ces découvertes sont indiscutables. Elles ont été faites par de vrais biologistes avec de vrais microscopes. De plus elles ouvrent le champ de l’expérimentation et de la connaissance de phénomènes que certains qualifient à tort de “paranormaux” et d’autres de “pataphysique”, voire de sorcellerie médiévale. Le magnétisme organique est aujourd’hui un fait scientifique avéré. Les travaux de Gould et Kirschvink et ceux de Baker ont levé tout doute et toute suspicion sur ce sujet. (...) Gould et Kirschvink ont constaté que l’A.D.N. cristallisait toujours en ferromagnétite et en silicium. Cette découverte est capitale car elle s’applique au vivant, au biologique en général. Le lien organique qui relie le minéral au vivant, végétal et humain, est ainsi parfaitement établi.(...)
 

 

Cristaux de magnétite Fe3 O4

Nous avons tous des cristaux de ce type dans notre corps

ce qui nous permet de pouvoir être réceptifs au magnétisme

 

 

"UTILISATION DE CES CAPTEURS EN RADIESTHESIE

Ces capteurs sont très utiles sur le terrain car ils permettent de mettre en évidence, des sources ou minerai via des anomalies de champ magnétique. Toutefois ils n’interviennent pas dans des recherches de type « sur plan » ou « d’objet bien précis sur le terrain », dans ce cas là ils peuvent même nous jouer des tours en nous faussant les résultats !! Je vous fait part d’une expérience personnelle sur ce type d’erreur : Ma recherche consistait à retrouver une pièce de monnaie sur un terrain. J’avais localisé la direction vers laquelle je devais m’orienter, et je me dirigeais donc vers la pièce pendule en main, ce dernier étant en rotation, actionné par mon réflexe conditionné. J’avançais à petits pas pour ne pas perdre la direction, quand soudain, juste après avoir posé en avant un pied, ma sensibilité Radiesthésique disparu, arrêtant aussitôt la rotation du pendule. Impossible de réactiver mon réflexe. Je stoppais net, et analysait la cause de cet arrêt. N’en voyant aucune évidente, je décidais de creuser sous le pied que je venais d’avancer, j’eu la surprise de découvrir une masse en bronze assez importante. La cause devenait évidente, un de mes "capteurs" avait détecté l’anomalie du champ magnétique provoquée par la masse, brouillant ainsi ma détection de la pièce. Si j’avais fait correctement la première phase de ma recherche en stipulant comme recherche que la pièce et uniquement la pièce, la masse n’aurait pas perturbé ma recherche. Pensez donc toujours lorsque vous faite des recherches qui n’impliquent pas ces capteurs, de limiter votre acte Radiesthésique à l’objet de la recherche et d’exclure toute information de vos capteurs, le cerveau saura faire le tri (après tout c’est lui qui commande tout cela) !!! De même sur les recherches sur plan pensez bien à ne pas prendre en compte les informations de vos capteurs, car vous risquez fort de détecter l’ordinateur, la lampe le Téléphone ou tout objet ferromagnétique pas très loin de vos capteurs !!!" (Article de la Revue de Radiesthésie de janvier 2004).

 

 

Le Pr Yves Rocard s'éteint en 1992, année où la Société Française de Physique créera le prix qui porte son nom, récompensant un transfert de technologie entre un laboratoire de recherche et une compagnie.


On retrouva aussi des sourciers sur les champs de bataille. Pendant la guerre 14-18, des soldats sourciers ont été employés à retrouver les obus non éclatés et les souterrains creusés par les belligérants. Durant la guerre du Vietnam, des  sourciers intégrés dans le corps des Marines seront mis à l'oeuvre pour retrouver les souterrains et caches du Viet Minh.
 

Il est rassurant de constater qu'on arrive progressivement à mesure avec des appareils scientifiques ce que l'antenne de Lecher et autres instruments empiriques arrivent à faire aisément et que cela concorde alors ; exemple du scintillomètre et la courbe qu'il trace à l'emplacement d'une faille tellurique :

 

Courbe tracée par le scintillomètre à l'emplacement d'une faille tellurique

 

 

 

 

 

 

 

Autres témoignages :


“... Une bonne partie de nos habitations (dans une proportion que nous n’osons même pas évaluer tant elle est fréquente), est soumise à l’influence de nocivités. Celles-ci sont de tout ordre, mais chacun n’en perçois les effets destructeurs que suivant sa propre sensibilité au déséquilibre, en fonction de sa nature vibratoire, en accord ou non avec le terrain...”.
A. De Belizal, Ingénieur, qui a écrit notamment ce livre "Introduction à la physique radiesthésique et micro-vibratoire"


“La place du spécialiste en Géobiologie est importante, voire primordiale pour l’avenir du monde. C’est le dépollueur de l’habitat, le conseiller en hygiène microvibratoire, le professeur en mini-écologie individuelle... Il connaît la pollution chimique, physique, électrique... il sait la mesurer et la traiter. Il connaît les agressions des parasites subtils et le jeu des toxines vibrantes. La science, avec le concours du géobiologue, va accéder peu à peu à une dimension supérieure. Elle apprendra à tenir compte des divers niveaux énergétiques avec lesquels nos corps traitent en permanence.” 

Roger le Lann, Chercheur et professeur de Physique, auteur notamment de "Ces ondes qui nous soignent".

“L’éclectisme de certains scientifiques, l’évolution vers un traitement médical holistique, font que des praticiens, médecins, chirurgiens-dentistes, incluent dans leur méthode diagnostique une investigation Géobiologique, à la recherche des effets de l’environnement sur le malade. La connaissance de la géobiologie est un élément qui permettra une thérapeutique plus globale de l’homme malade, une harmonisation de l’homme sain avec son environnement...”

Docteur Jean-Yves Guédes
 

“La relation santé-habitat se voit aujourd’hui questionnée et pratiquée dans une nouvelle discipline : la Géobiologie Aux frontières des sciences du vivant, de la biologie, de la biophysique des phénomènes ondulatoires, cette nouvelle approche invite à prendre également en compte le côté sensitif et le vécu de chacun dans son habitat. Il s’agit d’apprivoiser le site par une compréhension des forces en présence : les divers champs ou rayonnements, les énergies, la bioclimatique...
L’habitat doit s’envisager comme un lieu “vivant”, avec une attention particulière pour le sous-sol, les matériaux et leurs répercussions sur les habitants. Il s’agit de lui donner une identité, une vibration qui soit en harmonie avec son habitant. La sensibilité et le système neurovégétatif des personnes se modifient (mesures électroniques) en présence de certains produits ou de certaines informations du milieu ambiant. (faille, cours d’eau souterrain, noeud Hartmann)
La compréhension de ces domaines nécessite une pluridisciplinarité pour ses praticiens ou experts. Elle fait appel à des techniques parfois très précises et de très haute technologie pour l’analyse des différents paramètres.
Mais l’intérêt de l’habitant se détermine dans une approche globale et c’est l’occasion pour chacun de devenir acteur quotidien de son environnement.” 

Loïk LAMBALLAIS Directeur de recherche physique - environnement à l'Université de Rennes, Expert européen en habitat, santé et environnement
 

Authentique : une crémation a été refusée à la toute dernière minute

parce que le  défunt avait été irradié (radiothérapie) !

 


"Je me suis aperçu que la maladie de mes patients était, la plupart du temps, en rapport direct avec leur milieu ambiant et plus particulièrement en rapport avec leur lieu de travail, d’habitation ou de repos. Des études statistiques me démontraient qu’il existait des zones géographiques où la proportion des maladies graves était surprenante. Ce fut le point de départ de mesures plus spécifiques, en particulier l’étude des rayonnements béta et gamma, des rayons telluriques dits “de Hartmann” et des micro-ondes de l’environnement. Jusqu’à ce jour, malgré la somme des connaissances accumulées pendant dix ans et des milliers d’observation, nous sommes encore réduits au silence."

Docteur Jean PICARD (Moulins), Président-Fondateur du groupe de recherches Environnement-Santé.

 

Voir encore la démonstration de ce qui se passe lorsque des souris subissent les champs stressants d'une veine d'eau : expériences scientifiques faites de 1932 à 1939 par l'ingénieur Lienert et le Dr Jenny, de Sühr les Aarau, en Suisse. Elle a aussi permis de mettre au jour l'apparition de somatisation etc. en situation de stress généré par un veine d'eau. Voir aussi l'expérience faite dans la ville de Vilsbiburg, faite en 1929 et confirmée avec un scintillomètre en 1972 et cette fois mise en rapport avec l'apparition de cancers.

 

D'autres vérifications expérimentales ont démontré qu'il n'y avait pas que les veines d'eau qui pouvaient perturber les organismes vivants ; le rayonnement des réseaux a aussi une incidence directe sur l’épanouissement de toute forme de vie se situant sur son passage. Le Dr Hartmann et un autre scientifique allemand, le Dr Jenny, ont étudié le comportement des souris en situation neutre et en situation exposée à des rayonnements telluriques nocifs. Les unes étaient placées sur un point d’intersection irradiant du réseau H (Hartmann), alors que les autres étaient elles placées dans une zone vierge de rayonnements nocifs. Les résultats étaient éloquents: la santé des premières a très vite dégénéré, se manifestant par des pertes de poids, de l’agitation nocturne, de l’agressivité, des développements de tumeurs et même des situations où les mères dévoraient leurs petits, alors que les secondes ne montraient aucun signe particulier et elles eurent une descendance normale. De plus, dans d'autres expériences avec des souris, on a pu observer que lorsqu'on plaçait volontairement les nids sur des croisements telluriques, les souris replaçaient leurs nids dans une zone neutre.

 

Parce qu'elles les confirment, ces expérimentations sont aussi à mettre en relation avec celles du Pr Henri Laborit qui avait fait des expériences similaires avec des rats (en situation de stress) et qui avait alors mis à jour ce qu'il a appelé l'inhibition de l'action (entraînant alors des somatisations).

 

----------------------------------------

(°) Mais il est aussi en quelque sorte le père des bombes A et bombes H (atomiques) françaises...

 

 

 

 

 

Le mensuel Science & Vie publie en mai 1963 N° 548 un dossier intitulé

"Après des années de polémique, Science et Vie affirme : oui, la radiesthésie est vraie !" ;

l'auteur de ce dossier, Charles-Grégoire MAUBERT, a longuement interviewé le Pr Yves Rocard ;

celui-ci explique comme suit les raisons pour lesquelles la baguette de sourcier se met à bouger à certains moments :

"(...) l'eau qui filtre dans des milieux poreux, sous l'action d'une différence de pression, fait,

naître des potentiels électrocinétiques, par un effet Quincke, bien connu depuis 1850.

Ces potentiels font circuler dans la terre des courants électriques. En outre, dans nombre de cas, des phénomènes accessoires, liés à la présence de l'eau, provoquent dans le sol

des différences de potentiel corrélatives souvent bien plus importantes"

 

 

 

Pourquoi je suis mal dans ma maison" : découvrir les principales sources de pollutions géobiologiques.

Plus de détails sur le travail en géobiologie : "Géobiologie ou Géobiothérapie ?".

En savoir plus sur la radiesthésie.

"Après des années de polémique, Science et Vie affirme : Oui la radiesthésie est vraie"affirme Science & Vie

Plus de détails sur les nocivités réelles des GSM (portables) ; livres existant sur le sujet.

Prendre connaissance de la fiche auto-thérapie relative à l'utilisation du GSM (portable).

Plus d'infos sur la pollution particulière des Téléphones sans fil (type Dect etc.).

Une pétition européenne pour limiter les pollutions dues aux antennes relais.

 

En savoir plus sur les causes, les précautions à prendre dans sa maison concernant l'électricité domestique avec la référence de livres sur le sujet.

Autre lien intéressant offert par "Nouvelles Clés " : ' la Fée Electricité' .

En savoir plus sur l'hypersensibilité à l'électricité et ses conséquences pour la santé.

 

Découvrir sous forme d'une fiche pratique, comment faire pour mieux dormir en optimisant soi-même les paramètres géobiologiques.

 

Lire aussi les dangers encourus quand on se trouve à la station d'essence, portable allumé

 

 

 

Assainir sa maison  :  intervenir soi-même efficacement (fiche pratique) ou en suivant une conférence sur le sujet.

                                        Apprendre grâce à la radiesthésie à mesurer les effets des corrections pour les optimiser mais plus

                                            encore intervenir soi-même grâce au magnétisme.

                                        Pour le travail de géobiologie sur place que nous pouvons réaliser ;

                                        aide avant et après construction.

                                        Découvrir pourquoi nous n'utilisons pas  de "prothèses "

                                           dans le cadre de corrections géobiologiques.

 

 

Ateliers  et conférences proposés ; pour les dates consulter l'agenda.

 

 

"Et figurez vous que je pense à vous bien souvent ces derniers temps.

En effet , lors d'une de vos visites  nous avions discuté des problèmes d'eau dans la maison.

Vous aviez sorti votre 'baguette' pour m'indiquer les endroits où l'eau se trouvait.

Je peux vous rassurer vous n'en avez loupé aucun. 

La trajectoire que vous avez tracée reprend le parcourt des différentes veines

que j'ai pu identifier (tâches dans les murs , présence de puits dans les maisons voisines , etc...)

(témoignages reçus à propos du travail de Baudouin Labrique ; découvrir d'autres témoignages)

 

 

N.B. Signe des temps, depuis 1999 en France, une vingtaine de caisses-maladie remboursent à leurs membres les expertises en géobiologie. Liste des caisses maladies partenaires de la Fondation ASCA. ; avant toute demande d'expertise d'habitat, contactez votre caisse maladie pour obtenir la confirmation du remboursement :


AVENIR VERSICHERUNG

MUTUALITE  HERMES
MUTUELLE VALAISANNE
UNIVERSA
FUTURA
SKBH
AMB(Caisse maladie du Châbles)
CM de la fonction publique
CM NATURA
CN EOS
CM TROISTORRENTS
CM ISERABLES
CM CHEMIN DE FER DU JURA
KRANKENKASS NIKOLAITAL
SSM ORSIERE
CMBB
CAISSE VAUDOISE
PANORAMA
EASY SANA
ACCORDA
INTRAS
KBV + sections Bern, Lucerne, Zürich et Winterthur
LA STRABOURGEOISE
PHILOS
SANITAS

 

 

 

Grand merci au Professeur Yves Rocard (vu de dos) !

 

 

 

Thèmes principaux de Retrouver Son Nord :

 

Santé  -  Dépendances  -  Couple - Famille  -  Habitat - Développement personnel

 

retour à laa page d'accueil

 

 

 

 

Ce qui expliquerait la survenance des maladies :

Ce qui se passe lorsque la peur de... (exemple : attraper une maladie) ne se résout pas.

Un cas surprenant : un cytomégalovirus qui fait une volte-face étonnante !

Exemple de guérison avec l'aide de la psychobiologie (col de l'utérus)

D'autres cas de mal-à-dire qui se forgent dans le ventre maternel.

Les hamsters enfumés (tabac) attrapent-ils le cancer

Le cerf qui perd son territoire et l'infarctus ?

"Le langage de la guérison" (J.-J. Crèvecoeur)

Ce qui se passe lorsqu'une brebis s'égare.

Ne vous agrippez pas à la grippe !

 

 

 

Là où la psychobiologie moderne rentre en résonance avec les médecines primitives :

       "Que notre vie intérieure s’enlaidisse et nous risquons fort de tomber malades ? (...)

 On sait bien que les traumatismes affectifs, les ruptures, les non-dits graves, les amertumes, les haines…

         sont autant de “laideurs intérieures”, qui provoquent notamment des cancers" :

lire le passionnant article de Nouvelles Clés en annonce du livre

"Les Clés de la santé indigène" (Jean-Pierre Barou & Sylvie Crossman aux éd. Balland)

 

En savoir plus sur la psychobiologie.