Jacques Languirand (RadioCanada) rencontre Henri Laborit

Extrait de cette interview (texte complet)

(1914-1995)

Le célèbre professeur Henri LABORIT avait écrit un célèbre livre « Inhibition de l'action »

(Editions Masson Paris & Presses Universitaires de Montréal, 1980)

dans lequel il expose la théorie psychosomatique du conflit quelques années avant Hamer :

"(...) pour faire une infection ou une affection néoplasique [Ndlr :cancer],

 il ne suffit pas d'un contact avec un microbe ou un virus ou un irritant local chroniquement subi.

On a trop focalisé sur le microbe, le virus ou le toxique cancérogène et pas assez sur le sujet,

sur son histoire passée et présente, ses rapports avec son environnement.

Les toxiques eux-mêmes doivent sans doute présenter une toxicité variable suivant le contexte

et le statut social de l'individu qu'ils atteignent. (...)

Contentons-nous maintenant de rappeler que les schizophrènes parvenus au stade de la démence,

isolés du contexte social par leur folie, sont parmi les populations les moins atteintes

par les affections cancéreuses, infectieuses et psychosomatiques (...)».

Nous sommes les autres, c'est-à-dire que nous sommes devenus avec le temps ce que les autres

- nos parents, les membres de notre famille, nos éducateurs - ont fait de nous, consciemment ou non.

Nous sommes donc toujours influencés, le plus souvent à notre insu,

par les divers systèmes dont nous faisons partie."
 

 

 

"J.L. – Et ensuite ça vous a amené à vous tourner vers la médecine psychosomatique d'une certaine façon parce que ce sont ces états d'inhibition de l'action par exemple qui peuvent être à l'origine de maladies, par exemple, cardio-vasculaires…

H.L. – Mais toute la pathologie dépend de l'inhibition de l'action. Et alors là, quand le l'ai compris il y a 14 ans, on a dit: c'est une hypothèse osée, et maintenant ça vient de tous les côtés pour la bonne et simple raison que dans votre rapport avec l'environnement, si vous ne pouvez pas vous faire plaisir et que vous êtes inhibé dans votre action, consciemment ou inconsciemment. Parce que la difficulté, c'est de savoir si vous êtes inhibé dans votre action, ce qui n’est pas évident, et c'est de connaître les causes en plus... Si vous êtes inhibé dans votre action, vous allez mettre en jeu votre rapport avec votre environnement social qui va déterminer chez vous la mise en jeu dans votre cerveau de certaines voies nerveuses du système inhibiteur de l'action qui vont commander à votre système endocrinien, vos glandes endocrines et aboutir à une libération, par cascades assez complexes bien sûr, de cortisol. Tout le monde sait, depuis qu'on a découvert le cortisol, qu'il détruit le système immunitaire [ ° ] . Pour conserver dans votre organisme un organe transplanté on vous bourre de cortisol. C'est très bien quand vous avez une transplantation d'organe. On s'aperçoit qu'à ce moment-là, il y a une quantité de cancers qui apparaissent…qu'on avait pas prévu. Sans système immunitaire [ ° ] , avec tout ce qui pénètre en vous en-dehors des organes sensoriels, c'est-à-dire les microbes, les virus, tout ça, vous faites une maladie infectieuse. Vous avez une cellule cancéreuse que votre système immunitaire [ ° ] efficace aurait détruit, la reconnaissant comme non conforme, vous ferez une évolution cancéreuse parce qu'il ne la détruira pas. Et puis ensuite, on retient de l'eau et des sels sous l'action des glucocorticoïdes de la cortisone, et puis les libérant en même temps qu'une neuro-hormone sécrétée par le système nerveux sympathique qui diminue le calibre des vaisseaux, vous avez un système vasculaire qui rétrécit avec une masse hydrique et de sang si vous voulez, qui est augmentée. Et puisque vous avez retenu de l'eau et des sels, vous avez des hypertensions, des hémorragies cérébrales, des infarctus, etc. On sait aussi que la cortisone provoque les ulcères d'estomac. Donc toute la pathologie infectieuse, tumorale, cancéreuse etc. tout ça dépend de l'inhibition de l'action. Évidemment, on peut utiliser des drogues.  [° Att ! Le système immunitaire est un concept fondé sur un dogme]

J.L. – C'est de l'eau au moulin, pour ceux en tout cas qui croient que le facteur psychologique, par exemple, est un facteur déterminant dans le cancer.

H.L. – Psychologique... méfions-nous... parce que psychologique, on en est conscient, dans l'esprit des gens.

J.L. – Le fait, par exemple, de se sentir coincé dans sa vie. Je prends l'exemple de quelqu'un qui se serait engagé dans une carrière pour faire plaisir à ses parents et qui n'est pas heureux dans sa peau, il est coincé comme vos rats... C'est ce que j'entendais un peu par psychologique, c'est-à-dire qu'il éprouve une forme de mal-être, il n'est pas bien dans ses rapports... il est angoissé. C'est le système d'inhibition de l'action qui est en opération.

H.L. – Exactement.

J.L. – Et qui abaisse donc le fonctionnement du système immunologique et qui peut entraîner toutes les autres maladies... Je trouve que c'est une synthèse extraordinaire.

H.L. – Moi aussi! Et en plus, ce qui est amusant, c'est que voilà, il y a près de 15 ans maintenant, j'ai commencé à en parler en 1974, de ce qui datait de 1969-70, mais actuellement tout le monde en parle... il y a même maintenant une neuro-immuno-modulation, c'est une nouvelle spécialité, c'est-à-dire qu'on s'aperçoit que le système immunitaire [ ° ] dépend entièrement du système nerveux et que le fonctionnement du système immunitaire [ ° ] agit sur le système nerveux. Mais on parle très peu du fait que ce système nerveux n'est pas isolé dans un organisme, il est lié à l'environnement social et son fonctionnement dépend de l'environnement social. Donc si on est dans cet environnement social, on ne peut pas agir. Ce qui est très rigolo, laissez-moi vous le dire, c'est que les thérapeutiques, les psychothérapies modernes ont redonné à l'action, sans comprendre ce qu'elles faisaient, sa part d'activité au cerveau droit alors qu'on a complètement utilisé et on utilise toujours que l'hémisphère gauche du cerveau. On fait appel à des coussins, on fait pousser le cri primal, on fait faire du jogging autour du pâté de maisons, on vous fait faire la grande crise de psychodrame en public, enfin devant un petit groupe, mais de toute façon, pour rendre à l'action ce qu'on aurait jamais dû lui enlever, il n'y a pas besoin d'aller chez un psychothérapeute... Vous appartenez à un syndicat, vous défilez de la Bastille à la Place de la République en cassant la gueule aux flics et en mettant le feu à des bagnoles de temps en temps...[° Att ! Le système immunitaire est un concept fondé sur un dogme]

J.L. – Et on se porte mieux !...

H.L. – On se porte mieux... Vous riez mais les statistiques sont là pour prouver que pendant mai et juin 1968, il n'y a jamais eu aussi peu d'entrées dans les hôpitaux généraux que dans les hôpitaux psychiatriques à ce moment-là parce que les gens avaient l'impression de faire quelque chose: ils descendaient dans la rue, ils cassaient la gueule aux flics, ils parlaient, ils disaient à l'autre ses ennuis... l'autre ne l'écoutait pas mais il lui parlait aussi de ses ennuis... Un bouleversement social qui n'a pas duré, mais qui a fait qu'il y a eu une chute complète très importante de toutes les entrées dans les hôpitaux. Les gens n'étaient plus malades."

Voir aussi des extraits de son livre et un aperçu de ses expérimentations scientifiques qui démontrent ce qu'entraîne l'inhibition de l'action sur le plan de la santé etc..

Découvrir un fiche pratique pour faire baisser le stress et l'anxiété.

En découvrir une autre pour sinon arriver à faire disparaître très vite les somatisations, du moins les diminuer :

    "Quand survient le « mal à dire »"

Plus de détail sur la psychobiologie.

 

sante et medecine

 

 

 

Ce qui expliquerait la survenance des maladies :

Ce qui se passe lorsque la peur de... (exemple : attraper une maladie) ne se résout pas.

Un cas surprenant : un cytomégalovirus qui fait une volte-face étonnante !

Exemple de guérison avec l'aide de la psychobiologie (col de l'utérus)

D'autres cas de mal-à-dire qui se forgent dans le ventre maternel.

Les hamsters enfumés (tabac) attrapent-ils le cancer

Le cerf qui perd son territoire et l'infarctus ?

"Le langage de la guérison" (J.-J. Crèvecoeur)

 Ce qui se passe lorsqu'une brebis s'égare.

 

 

Là où la psychobiologie moderne rentre en résonance avec les médecines primitives :

       "Que notre vie intérieure s’enlaidisse et nous risquons fort de tomber malades ? (...)

 On sait bien que les traumatismes affectifs, les ruptures, les non-dits graves, les amertumes, les haines…

         sont autant de “laideurs intérieures”, qui provoquent notamment des cancers" :

lire le passionnant article de Nouvelles Clés en annonce du livre

"Les Clés de la santé indigène" (Jean-Pierre Barou & Sylvie Crossman aux éd. Balland)

 

En savoir plus sur la psychobiologie.

 

Pour être informé des nouveautés via la NEWSLETTER,

laissez-nous votre adresse

en cliquant ici

et en envoyant tel quel le message, c'est tout !

 

Si vous voulez faire connaître ce site à des connaissances,

avertissez-les en cliquant ici et envoyez leur tel quel le message

ou avec un petit mot d'accompagnement.

 

 

Principaux domaines abordés sur le site Retrouver son Nord :

               Santé  -  Dépendances  -  Couple  -  Famille  -  Habitat  - Développement personnel

                                                               envoyer un courrier à  Retrouver son Nord  vos avis reçus sur nos activités et sur ce site  retour à laa page d'accueil