Les CFI, une école du ressenti

(CFI = Constellations Familiales Intégratives)

 

© Anne De Vreught



Nombreux sont ceux qui se sont coupés de leurs ressentis. Or, le ressenti donne un message quant à ce qui nous convient ou ne nous convient pas, ce qui permet alors de déterminer nos besoins et puis d’agir pour les satisfaire. Ce mécanisme est très similaire à celui d’une voiture; les voyants sur le tableau de bord (= les ressentis) avertissent d’une défectuosité (ce qui ne convient pas). Si le conducteur n’en tient pas compte (être coupé du ressenti), c’est la panne assurée (maladie, malaise, dépression,...). Pour notre voiture, il ne nous viendrait pas à l’idée d’ignorer le voyant ou de le cacher pour ne plus le voir. C’est pourtant ce que nous faisons souvent avec nos ressentis et ce, pour diverses raisons.

La plupart du temps c’est l’éducation qui a fait que nous nous sommes déconnectés de ce que nous ressentons.
L’enfant, le bébé a besoin de l’amour de ses parents. Il va le rechercher à tout prix. Il comprend très rapidement ce qui plaît à maman et ce qui ne lui plaît pas. Alors, pour se faire aimer, il va faire ce qui plaît à maman, même si cela ne correspond pas du tout à ce qui lui plaît. A ce moment-là, il ignore ce qu’il sent être juste et bien pour lui. Le plus important pour sa sécurité, pour sa survie, c’est que maman l’aime. Il cherche donc avant tout à satisfaire ses besoins vitaux, son ressenti passant après.
Devenu adulte, cet enfant ne saura même plus ce qui est bon pour lui ou bien il s’alignera sur les autres, déconnecté qu’il est de son ressenti; il agira plus pour se faire aimer, pour sauvegarder son image, que pour se respecter, se faire plaisir, écouter ses besoins.
Et bonjour les dégâts : dépression - angoisses - « mal à dire »s en tous genres !
D’autres ont aussi compris dans leur enfance que suivre ce qu’ils sentent être bon pour eux est interdit.
C’était le cas de Fabienne qui adorait son grand-père paternel, près de qui elle restait très volontiers : ils jouaient, elle était sur ses genoux, ..., ce qui n’était pas du goût de la grand-mère paternelle, qui reprochait à Fabienne ses moments de plaisir avec son mari. Fabienne sentait à ce moment que c’était bon pour elle mais sa GMP lui envoyait le message contraire. Adulte, Fabienne ne pouvait plus faire confiance à ce qu’elle ressentait ni surtout se donner ce bon, avec diverses conséquences : problèmes sexuels, insatisfactions diverses avec colères fréquentes, dépression, problèmes de couple divers, ...

Parfois aussi, la cause de la déconnection du ressenti est liée à un bagage transgénérationnel.
Ainsi, Pierre a dû choisir à 12 ans s’il allait vivre chez son père ou chez sa mère, en train de se séparer. Comme sa mère avait un nouveau partenaire, il est allé chez son père. Il dit aujourd’hui qu’il a opté pour cette solution, non pour lui puisque tous ses copains habitaient près de chez sa mère, mais pour ne pas laisser son père seul. Il s’agissait en fait d’une mission qu’il avait reçue dès sa conception puisque, à ce moment-là, son père venait de perdre son propre père (à savoir le GPP de Pierre). Sa mission reçue à la période conception-grossesse-naissance était donc de ne pas faire revivre à son père la solitude immense que celui-ci avait ressentie à la mort de son propre père survenue un peu avant la conception de Pierre.; Pierre devait en quelque sorte remplacer son GPP dans le coeur de son père, notamment en ne l’abandonnant pas. Adulte, Pierre éprouve toujours des difficultés à sentir et aussi à choisir ce qui lui convient, toujours tourné vers le besoin de l’autre et pas vers le sien. Il a pu s’en libérer en constellation.
Certaines missions, certains bagages nous empêchent donc de ressentir et d’aller vers ce qui est bon pour nous.

Comment, avec tous les bagages énoncés ci-dessus, l’adulte peut-il à nouveau se connecter à son ressenti et savoir ce qui est bon et juste pour lui ?
Il est tout d’abord essentiel que la personne identifie pourquoi elle s’est coupée de son ressenti, ensuite elle exprimera – de manière directe ou indirecte, ou les deux – ce qu’elle n’a pas exprimé à l’époque, pour enfin poser un acte (réel ou symbolique) qui lui permettra de se dégager de ce qu’elle avait compris afin d’installer une nouvelle compréhension profonde et créer ce qui lui convient.
Le travail d’identification peut se faire en travail thérapeutique individuel (entretien verbal et/ou régression) comme il peut s’opérer en constellation familiale (comme décrit dans les différents textes publiés dans sur ce site).


L’expression des émotions, des ressentis et la réinterprétation, la réparation peuvent aussi se faire lors d’une régression, dans une constellation familiale ou à la personne concernée (voir aussi le texte Les CFI comme actes symboliques).
Tout au long de ce processus, les Constellations permettent d’ouvrir le canal du ressenti, de développer le ressenti et son expression.
 


Précision pratique importante

Toute demande de séance individuelle doit impérativement se faire par téléphone au 0477/537.197.
 

 

J'ai appelé ces Constellations "Intégratives" ; pourquoi ?

Découvrir en quoi les Constellations constituent aussi des actes symboliques et donc de puissants outils de guérison.

Constellations Familiales, oui mais ... : que penser des constellations familiales en vogue actuellement ? Quelles conditions réunir pour garantir leur efficacité ? Faut-il suivre et se réclamer de leur initiateur Bert Hellinger ?

Je conseille en outre un travail complémentaire de libération des mémoires énergétiques et corporelles à l’antenne de Lecher que je pratique en séance.

Plus d'informations encore, cliquez sur questions à propos des CFI

 

Pour être informé des nouveautés via la NEWSLETTER,

laissez-nous votre adresse

en cliquant ici

et en envoyant tel quel le message, c'est tout !

 

Si vous voulez faire connaître ce site à des connaissances,

avertissez-les en cliquant ici et envoyez leur tel quel le message

ou avec un petit mot d'accompagnement.

 

 

 

 

retour à laa page d'accueil