L’attente et les Constellations familiales

 

  par Anne De Vreught

 

En Constellations familiales, que la personne qui fait sa constellation pose un objectif, à savoir la résolution d’une problématique, cela s’impose, comme dans toute thérapie. En revanche, que le constellant ait une attente précise quant à ce qui va être travaillé, qu’il attende une réponse précise ou que se révèle un secret, peuvent nuire à l’efficacité du travail.

 

 

 

L’objectif des Constellations Familiales Intégratives (CFI) est de solutionner une problématique que nous vivons aujourd’hui (santé, couple, profession, malaise, angoisses, dépression, enfants, …) en se libérant du lien avec notre passé et/ou du lien avec un  bagage transgénérationnel. Le lien entre la problématique et notre passé et/ou le bagage transgénérationnel est souvent inconscient, invisible, mais parfois nous avons notre idée. Ce lien que nous faisons alors s’établit par le mental, or, en constellation et dans le transgénérationnel, le travail se fait à un autre niveau : celui de l’inconscient. Il est dès lors essentiel pour l’efficacité du travail de laisser toutes les possibilités ouvertes.

Si le constellant a une idée très précise de l’origine de sa problématique et qu’il attend que ce soit cette origine-là et pas une autre qui soit réglée, le travail risque de perdre de son efficacité.

Ainsi, Julie fait sa constellation pour découvrir et solutionner son problème affectif. Elle est persuadée que ce problème est lié à sa GMM abandonnée toute petite et elle attend que ce soit le problème lié à sa GMM qui se règle en CFI. De la sorte, elle se ferme aux autres origines possibles de sa problématique (ex. : conflits entre ses parents, bébé mort avant elle, …) et ne peut dès lors pas profiter du travail fait devant elle en CFI, par exemple sur ses parents. Les effets de cette CFI faite sur ses parents auront alors beaucoup de mal à se faire sentir, Julie y opposant une résistance vu son attente.

L’attitude juste consiste dès lors à prendre ce qui vient, sans résistance : ce qui vient est toujours juste au moment où ça vient.

Citons l’exemple de Michel. Faisant sa première constellation, il croyait qu’elle allait se rapporter à sa mère, avec qui il a eu beaucoup de problèmes relationnels. Ce ne fut pas le cas puisque sa constellation porta sur son père et son GPP. Toutefois, Michel n’attendait rien de précis (son objectif était de se sentir plus libre) et, bien qu’étonné, il put "prendre" ce qui lui fut donné ce jour-là en constellation. Preuve en est qu’il se sent aujourd’hui beaucoup plus lui-même. Ce sujet était donc la priorité pour Michel ce jour-là. Et il l’a vécu comme telle !

Il est donc très important de n’avoir aucune attente précise quant à ce qui va se montrer en CFI. Il s’agit toujours de la priorité qui est montrée. Et nul ne sait quelle est cette priorité !

L’attente se situe au niveau du mental. Or, le travail en CFI n’est pas de l’ordre du mental mais se place au niveau émotionnel et de l’inconscient.

Les souffrances ne sont pas mentales !

Ce n’est pas la connaissance cérébrale qui libère mais l’émotion ressentie et dégagée, liée aux conséquences de ce qu’on porte.

Par ailleurs, dans mon travail en CFI, il arrive souvent qu’émerge quelque chose que la personne ne savait pas (secret de famille), mais ceci ne constitue pas la généralité des cas. Si la CFI met en lumière quelque chose que la personne savait, cela signifie que cette problématique n’était pas réglée et avait toujours des influences sur elle.

Il serait donc injuste de croire que la CFI n’est efficace que si l’on découvre un "secret".

Encore une fois, l’attente de découvrir un secret ne peut qu’hypothéquer l’efficacité du travail.

Prenons l’exemple de Madeleine. Celle-ci savait que sa GMM avait été abandonnée par ses parents mais ne savait pas pourquoi. Quand elle a fait sa constellation, elle s’attendait à découvrir ce qui s’était passé pour sa GMM concrètement. Son attente n’a pu être que déçue puisqu’on a réglé pour Madeleine les effets de l’abandon de sa GMM sur elle-même, Madeleine. On a réglé ce que Madeleine portait comme conséquences dans sa vie de l’abandon de sa GMM. Il n’est pas obligatoire de savoir ce qui s’est passé avec précision. C’est le mental qui veut ça. Pas l’inconscient.

L’important est donc de rester concentré sur son objectif : la guérison d’une problématique dans sa propre vie.

 

 

 

Pour en savoir plus sur les Constellations Familiales Intégratives, voir Thème + Les CFI, une école du ressenti.

Pour savoir quelle est ma spécificité en CFI, voir Ma spécificité en Constellations familiales.

Pour connaître le processus à suivre, voir Pourquoi j’ai appelé ces Constellations " Intégratives ".

En savoir plus sur Anne De Vreught : voir Anne De Vreught Présentation.

 

 

TEXTES COMPLEMENTAIRES :

 

J'ai appelé ces Constellations "Intégratives" ; pourquoi ?

Découvrir en quoi les Constellations constituent aussi des actes symboliques et donc de puissants outils de guérison.

Constellations Familiales, oui mais ... : que penser des constellations familiales en vogue actuellement ? Quelles conditions réunir pour garantir leur efficacité ? Faut-il suivre et se réclamer de leur initiateur Bert Hellinger ?

Je conseille en outre un travail complémentaire de libération des mémoires énergétiques et corporelles à l’antenne de Lecher que je pratique en séance.

Plus d'informations encore, cliquez sur questions à propos des CFI

 

 

 

 

retour à laa page d'accueil