LES AIDES DE L’UNIVERS 

 

 © Baudouin Labrique

 

 

 

Ces aides existent et se manifestent toujours.

Vous en doutez ?

C'est votre droit le plus strict !

Puis-je alors vous inviter à mettre l'Univers

au défi de se manifester à vous et d'une manière

qui ne vous laissera aucun doute ? (voir dans ce qui suit)

 

 

« Les Miracles ne violent pas les lois de la nature

mais le peu que nous en savons. »
Saint Augustin.

 

 

Avertissement important : Le Centre & site Retrouver Son Nord (illustré dans le présent site) développe des approches et des outils dans une optique délibérément pluraliste et, donc, en dehors de tout caractère confessionnel. Il en vas de même en ce qui concerne toutes les activités reprises sur ce site (séances, ateliers, formations  cf. notre déontologie). C'est pour cette raison que vous n'y trouverez aucun dogme, ni postulat qu'il soit scientifique ou religieux de la part des partenaires de ce site. Si vous avez l'impression du contraire, à quelque niveau que ce soit, écrivez-nous (nous veillons aussi à savoir nous remettre en question et de plus, cela servira à optimiser ce site etc., tout étant perfectible). Pour nous tout est une question de "bon sens" même si celui-ci est / serait particulier à chacun et il ne faut comprendre tout ce qui est écrit sur ce site que comme des propositions des suggestions de pistes, des outils sachant qu'un de ceux-ci n'auront d'efficacité réelle qu'au travers celui qui l'utilise, vous, en voudra bien en activer la capacité d'expérimenter toutes les possibilités !

 

 

 

Pour moi, c'est alors une question de responsabilité fondamentale

empreinte de la nécessité d'aller vers plus d'autonomie...

 

 

 

"(...) les progrès de l’astrophysique suggèrent l’idée selon laquelle un dessein existant dans l’Univers n’est pas à exclure "

Les signataires (tous scientifiques) de l'article paru dans Le Monde du 26 février 2006 font référence à l’organisation par l’American Association for Advancement of Science (qui édite la revue "Science") d’une journée intitulée « Y a-t-il un dessein dans l’univers ? » (dans un colloque de 1999 sur les « questions cosmiques ») et constituée par un débat entre « astrophysiciens professionnels ». Selon eux, la découverte datant des années 1980 de l’existence d’un réglage précis de l’Univers pour que la vie puisse y apparaître est considérée par certains scientifiques comme pouvant conforter, mais sans la prouver, « l'hypothèse de l’existence d’un principe créateur »

.

 

Si nous nous montrons capables de penser l’univers, c’est que l’univers pense en nous. François Cheng

 

Il est maintenant admis que toute personne, quel qu'elle soit et quelles que soient ses croyances, fût-elle athée, agnostique etc. développe automatiquement et librement une forme de spiritualité. Celle-ci est en fait  l'expression de sa propre conception de l'Univers et de la connexion qu'il établit avec lui, qu'il ne veuille on non et dans tous les plans, tous les aspects et domaines de sa vie, de la Vie. Il suffit de penser simplement à ce que constitue pour chacun l'Univers ; imaginez, visualisez son infinité : vous n'arriverez pas à en avoir une totale représentation mentale et pour cause ! Peut-on en fait se représenter vraiment l'infini ? Pour chacun d'entre nous, apparaît alors une grande inconnue, quelque chose qui dépasse son entendement, car personne n'est capable de capter etc. ce qu'est précisément le caractère infini, sans limites de l'Univers, ce qui a donc fait dire à ces signataires que ""(...) les progrès de l’astrophysique suggèrent l’idée selon laquelle un dessein existant dans l’Univers n’est pas à exclure."

Les signataires (tous scientifiques) de l'article paru dans Le Monde du 26 février 2006 font référence à l’organisation par l’American Association for Advancement of Science (qui édite la revue "Science") d’une journée intitulée « Y a-t-il un dessein dans l’univers ? » (dans un colloque de 1999 sur les « questions cosmiques ») et constituée par un débat entre « astrophysiciens professionnels ». Selon eux, la découverte datant des années 1980 de l’existence d’un réglage précis de l’Univers pour que la vie puisse y apparaître est considérée par certains scientifiques comme pouvant conforter, mais sans la prouver, « l'hypothèse de l’existence d’un principe créateur ».

 

Il y a donc quelque chose qui nous dépasse et, pourtant, nous étions tous là lors du "Big Bang", même si c'était à un niveau infinitésimal, car ni la matière, ni l'énergie qu'elle peut devenir ne se détruisent pas : dans l'Univers rien ne se crée, rien ne se perd, tout ne fait que se transformer, changer de forme etc. et constamment.

 

Lavoisier, Antoine-Laurent

Bien avant 'l'avènement de la physique quantique qui ne put que le confirmer, Antoine-Laurent Lavoisier avait démontré que « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme », reprenant autrement la formulation  du philosophe grec Anaxagore : «  Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau ».

 

Nous constituons donc, chacun,  une partie importante de l'Univers car si on pouvait réellement nous supprimer sous prétexte qu'on est / serait très peu de chose, sorte de grain de sable à peine identifiable, cela entraînerait automatiquement la suppression même de l'Univers, ce qui ne nous semble pas  réellement possible. Rien, ni personne, n'a physiquement, sur un plan strictement matériel quelque infériorité (et donc quelque supériorité) que ce soit.

 

"[...] La vie sur Terre aurait donc une origine unique, dans le temps et dans l'espace ; ce qui veut dire, que tous les êtres vivants sans exception qui existent ou ont existé sont parents et tous tes cousins.
L'histoire de la vie peut se raconter comme celle d'un immense arbre généalogique né d'une population première d'êtres unicellulaires un  jour d'il y a 4 milliards d'années, entre quelques feuillets d'argile au fond d'un des marécages de la Terre. Les herbes, les mouches, les piafs et les crevettes, mais aussi les dinosaures et les Australopithèques sont de notre famille ; seuls les degrés de parenté qui nous lient diffèrent.
[...]" (Extrait de Le Genou de Lucy de Yves Coppens).

 

 

Autrement dit, si quelqu’un prétend n’avoir aucune spiritualité, en apport avec ce qui précède, je lui poserais simplement la question : « que pensez-vous de l’infinité de l’univers ? Avez-vous une explication ? ».
Le simple fait de se poser ne fût-ce qu’une seule fois la question, c’est déjà exprimer une forme de spiritualité ; selon Wikipédia, la spiritualité « se rapporte, d'un point de vue philosophique, à l'opposition de la matière et de l'esprit (voir problème corps-esprit) ou encore de l'intériorité et de l'extériorité ». Toute personne à un moment ou l’autre de sa vie ne peut qu’immanquablement se poser la question de l’infinité de l’univers et de sa place dans ce dernier. Poser la question et même sans pouvoir donner une réponse ferme, c’est déjà une démarche spirituelle.

 

 73 x 60

Ange (Peinture d'Isabelle BORG)

En conséquence, croire qu’il existe des personnes totalement imperméables à la spiritualité et même sur base de leur propres assertions, se définissant par exemple matérialistes et rationalistes, est dogmatique et pire contredit par le fait qu’à un moment où un autre (comme démontré) il est immanquable qu’elles devront se déterminer par rapport à ce qu’est l’univers et ses inconnues, conformément à leurs regards et leurs compréhensions…


La "bonne nouvelle" c'est que, de ce simple fait, nous avons en chacun de nous, d'un manière irréductible, inaliénable, une capacité réelle à créer : puisque nous avons donc participé à la création de l'Univers ! Osons alors mettre en action cette capacité dont nous détenons d'une manière ainsi indubitable une parcelle en nous ; exigeons même de l'Univers, car ce faisant nous l'exigeons de nous-mêmes ! Osons donc, même si nous serions athées demander à l'Univers qu'il nous aide, car ce faisant, c'est à nous, profondément, à qui nous demandons de l'aide et celle-ci ne saurait tarder, suivant ce que nous sommes prêts à recevoir, de la conviction que nous y mettrons ce qui est, certes, tributaire de nos vraies croyances (conscientes et cachées), ces dernières ayant été forgées par notre vécu et au tout début de notre vie.

 

Soulignons encore que nous pouvons aussi bien et avec une puissance dont nous n'avons pas conscience, être les artisans implacables de notre ombre '"malheur", )comme les orfèvres merveilleux de notre "lumière" ("bonheur") ! Les limites de cette (re)création ne seraient en fait dictées que par nos propres limites ; quelqu'un a dit et je suis assez d'accord avec lui, que si nous avions réellement conscience de notre pouvoir (créateur), nous en aurions peut-être peur !

 

 Nous sommes le résultat de nos pensées passées non adaptées au présent.( Edgard Pinel)

Les travaux de Pinel ont permis de comprendre que le champ morphique immatériel qui nous constitue
(résultat de nos croyances) dont une grande partie est constituée par le "formatage" réalisé pendant notre période
CGN

 (conception-grossesse-naissance) puis lors de notre enfance et plus tard généré par les "désinformations" (média etc.),
l'environnement changeant, et modifiant tout en l'adaptant ce qui constitue en partie notre propre "
terrain."


 

La foi soulève des montagnes : vous avez sans doute déjà sinon  pu l'expérimenter, du moins en voir des exemples autour de vous (en voici un exemple personnel, "à toutes fins utiles"!).

 

D'ailleurs, conscients de cette "totalité" qui les dépasse, bien qu'en en faisant intégrante et active partie, les hommes se sont toujours mis en groupe (famille, tribu, peuplade, société etc.) en organisant leur fonctionnement, leur mode de vie etc. sans jamais omettre la mise en œuvre élaborée d'une forme de spiritualité collective parce que perçue, sans doute comme plus en résonnance avec la globalité de l''Univers qui, sans conteste possible, réunit tout.

 

 

 

Je ne me lasse pas de contempler toute la nature qui m'entoure

et je me dis que tout cela me dépasse mais je fais confiance

à l'Harmonie supérieure qui la gouverne...

(Cf. les vues fleuries du Centre Retrouver Son Nord.)

 

C'est ce qui nous conduit incontournablement à essayer de trouver des explications qui nous satisferont autant que possible et ainsi des croyances qui nous serons propres et qui nous aideront à vivre avec cette éternelle question à propos de l'infini ; ce sera alors l'expression de notre propre "religion" (étymologiquement : "relier à" et, pourrait-on dire, la traduction concrète et agissante de notre conception de l'Univers) ; des croyances personnelles émergeront alors tout naturellement et personne n'aura le droit ni de les critiquer ni de les comparer, voire les imposer en les hiérarchisant suivant quelque principe dogmatique ou quelque obédience (spirituelle) que ce soit. C'est ainsi que la liberté d'expression personnelle ou collective (médias) devrait toujours être empreinte de sagesse et de bon sens (cf. Liberté d'expression et sagesse socratique). Il faut bien constater, déplorer que sinon toutes, du moins la presque totalité des guerres , toutes époques, régions et régimes confondus, ne sont en fait révélées être que des guerres de religion...

 

Quelqu'un me lancera "oui, mais, si pour quelqu'un l'Univers n'existe pas !". Je lui répondrai quelque chose comme : "mettez-le au défi de vous prouver magistralement et d'une manière indubitable qu'il existe". C'est ce que j'ai lancé à cette personne qui me rétorquait que pour elle "l'Univers n'existait pas". Cela s'est passé dans le cadre d'un stage que j'animais sur l'acte et la lettre symbolique ; à un moment donne, j'ai invité chacun à expérimenter son propre rituel (°) librement choisi et mis au point : il était invité à mettre en scène sa propre conception de l'univers ;, le temps étant superbe et agréable,  j'avais suggéré de le faire en s'installant sur une chaise pliante dans un coin de la propriété, ce cadre de nature pouvant être  une aide pour y arriver.

(°) Suggestion d'un rituel dans le début de la description de la  "Technique des Plateaux".

 

Cette participante m'avait raconté à cette occasion que, dès sa naissance, on l'avait oubliée dans le ventre maternel  ! Personne ne sachant que devaient naître des jumelles, on avait reconduit sa mère dans une chambre juste après la naissance de sa sœur. Plusieurs minutes après, la maman ressentant une douleur ventrale intense, on s'est aperçu heureusement de ce qui se passait et la participante a pu naître en "catastrophe". Cet oubli avait créer une solide croyance : tout le monde l'oublie tout le temps et donc pas d'Univers pour elle. D'ailleurs, me dit-elle, on ne tient jamais compte d'elle et elle est d'ailleurs toute seule dans la vie... (voir "Comment se forgent les croyances limitantes dans le ventre maternel")

 

Peu de temps après avoir pris sa chaise dans l'intention de bien faire réagir l'Univers, s'il existait pour elle, elle revint, en pleurs : "Dès ma demande à l'Univers de se manifester à moi, un papillon (identique au dessin suivant) est venu se poser sur mon épaule gauche et y est resté !  Mon émotion état d'autant plus forte que ce papillon est identique à celui qui orne mon papier à lettre, dit-elle en me le montrant !"

 

 

Que nous soyons « croyants » ou pas, il est maintenant prouvé que tous les organismes vivants sont en relation étroite et télépathique entre eux. De plus en plus, notamment à la lumière de la physique quantique, les scientifiques mettent au jour les fabuleuses propriétés qu'ont tous les êtres vivants, à quelque niveau que ce soit, d'établir une communication de "cerveau à cerveau" et, même, entre des espèces différentes.

 

Pourquoi se priver de l’aide que peut nous apporter cette communication supérieure et donc qui finirait par devenir incontestable pour le plus grand "cartésien" parmi nous ? La grande "erreur", fatale, serait de persister à croire que nous sommes seuls, désespérément isolés et réduits à nous autodétruire sans aucune possibilité d’aide d’aucune sorte et d'où qu'elle vienne, comme au fond d'un puits profond. 

 

 

Toutefois, à certains moments de notre vie, nous avons/aurons quelques fois le besoin peut-être d'expérimenter cette croyance, alors que nous serions sur le point d'aller presque nous détruire à petit feu ou, désespérés, tenter de mettre fin à nos jours... Sachons alors demander simplement de l'aide, si nous en avons encore la force...

 

Bémol que je pense devoir mettre par rapport à l'aide que nous pourrions demander pour d'autres personnes : comme en ce qui concerne toutes les approches thérapeutiques, je préconise d'assortir tout rituel, toute demande en ce sens destinée à autrui, d'une formulation préalable du type : "si j'en ai l'autorisation". Ainsi nous ne risquerons pas de forcer quoi que ce soit et nous renverrons la personne qui fait l'objet de notre sollicitude à son total libre-arbitre de recevoir cette prière comme elle le veut, en la rejetant même si c'est son choix (tout se passe alors bien sûr à un niveau télépathique, transpersonnel).

 

D'autre part, la guérison du corps apparaît toujours comme en relation avec notre moi profond ; tout conflit sous-jacent psychobiologique responsable d'une somatisation (mal-à-dire) indésirable concerne aussi ce que nous avons de plus intime, notre partie immortelle, notre pensée, notre âme etc. (suivant les croyances que nous avons). Toute guérison inclut consciemment ou non une métamorphose au niveau le plus profond de notre être, que nous le voulions on non. pour que la guérison soit totale et profonde, il est indispensable que durant tout son travail de libération, que le patient (pati en grec = souffrir) que nous sommes alors, se mette aussi souvent que nécessaire en contact étroit et sincère avec sa propre spiritualité : qu'il prenne librement l'habitude d'établir des "ponts de lumière" entre son moi profond et tout ce qui est de l'ordre spirituel au niveau le plus élevé et le plus puissant qu'il aura choisi, en stricte conformité avec ses propres croyances. S'il  bénéficie de l'aide d'un thérapeute, il devra refuser qu'à quelque moment que ce soit celui-ci impose quoi que ce soit à ce niveau, ni juge en quoi que ce soit ce qui constitue ces croyances etc. Des outils autothérapeutiques tels que "l'écoute de l'enfant intérieur" peuvent être très utiles pour s'aider à mieux entendre sa voix, sa voie.

 

Je le panse. Dieu le guérit. (Ambroise Paré)


Regardez ces personnes qui ont pu guérir de maladies dites incurables ou se sortir de situations jugées sans espoir : elle reviennent à la vie comme illuminée et avec un plus grand et plus intense désir de vivre, comme jamais elles n'en avaient fait avant l'expérience. J'ai pu, en ce qui me concerne, guidé par la foi qui était la mienne alors, guérir totalement (notamment) de défauts aux yeux, réputés incurables et de bien d'autres choses encore, comme une ostéoporose au stade terminal, diagnostiquée comme incurable...

 

La maladie du corps est la guérison de l'âme. (Proverbe basque)

Il est folie de vouloir guérir de corps sans l'intervention de l'esprit. (Platon)

 

Pourquoi alors ne pas optimiser, enrichir notre existence en développant des actes pleinement conscients sur tous le plans réunis alors en synergie, qui pourront de ce fait à mettre en oeuvre notre profonde autolibération ? Qu'aurions-nous à y" perdre" ?

 

 

 

 

Il n’est pas nécessaire de ressembler, par exemple, à un Saint-François d’Assise pour accéder rapidement et facilement à ces aides, même de la nature. Ici encore, nous ne serions limités que par les limites que nous nous mettrions. Voir un exemple personnel d’aide de l’Univers qui témoigne de la surprenante efficacité de ce que nous pouvons obtenir, si nous en avons la foi authentique.
 

Toutefois "s'engager dans une démarche spirituelle est une affaire délicate où l'on ne peut compter que sur soi-même. L'expérience est le seul guide, mais notre culture rationaliste ne nous prédispose pas à identifier les illusions de nature spirituelles" (cf. "Pour en finir.... avec le New Age"). Nous sommes libres d'adhérer à quelque système de pensée que ce soit, mais cela se fera sous notre propre responsabilité et il ne serait pas non plus approprié de développer à cet égard quelque prosélytisme que ce soit. Si, en revanche, nous sommes attirés par une pratique collective de la spiritualité, il convient de bien prendre conscience de notre responsabilité primale de s'y être plongé, le jour où, par exemple, nous pourrions constater, le cas échéant, que nous nous serions faits embrigadés, manipulés etc...

 

Si en parcourant ce qui précède vous vous sentez encore désarmé, impuissant à quelque titre que soit et qu'ensuite vous n'arrivez pas à vous mettre dans un processus de demande d'aide de l'Univers, parlez-en, faites vous accompagner par une personne qui aura la capacité à vous permettre de "voir plus clair en vous". Ayons l'humilité, le cas échéant, d'aller demander cette aide cruciale : nul doute alors que les aides de l'Univers pourront alors pleinement s'activer...

Anne et moi nous veillons mais en respectant votre libre-arbitre et votre liberté responsable, à vous faire prendre conscience d'une telle dimension, parce que nous avons pu, en "jugeant sur pièces" constater que la guérison intégrait complètement selon toute apparence, cette "dimension"- là !

 

 

"J'ai fait l'expérience de la demande à l'Univers et ça dépassé mes espérances

Pour la recherche d'un appartement et j'ai eu la surprise de trouver 2 annonces - une vente et une location ,

l'une dans une rue sur le devant du lycée et l'autre dans la rue sur le côté du lycée; je cherchais pour mon fils .

Je n'en revenais pas , mon problème à ce moment était que j'avais vu celui à vendre et que je n'étais pas sûre de vouloir acheter. Le 2ème à louer donc, était très cher et moins bien. Ce qui a fait que je me suis décidée à acheter.
Je vous remercie d'exister et de nous aider à faire notre chemin le plus possible en conscience."

(Témoignage d'un participant à un stage sur le "Contrat avec le Subconscient")

 

 

--------------------------------------------------

 

 

LECTURES COMPLEMENTAIRES :

 

* Pour les dates des ateliers proposés, consulter l'agenda.

 

* La psychologie transpersonnelle : si vous sentez que la vie n'est pas que matérielle, que le corps, le coeur et l'esprit sont interconnectés, la psychologie transpersonnelle pourrait être pour vous. 

* Pour mieux comprendre l'origine des maladies, lire ce texte de J.-J. Crèvecoeur  :"Le langage de la guérison : histoire d’une révolution scientifique dans le domaine de la médecine"

 

* Une série de fiches autothérapeutiques vous proposent déjà et très concrètement de solliciter ces aides avec succès.

 

* La communication de cerveau à cerveau vue et expérimentée par Cleve Backster : dès 1966,  il révèle que les cellules vivantes, même végétales, se révèlent bel et bien sensibles et se mettent en phase avec les événements, les émotions et les intentions humaines se produisant dans leur environnement.

 

* Mais encore, en allant sur la page de la revue Nouvelles Clés, vous pourrez recevoir régulièrement leur très intéressante Newsletter et qui m'a renseigné ce livre de  de Rupert Sheldrake : " L'âme de la nature", éd. Albin Michel - Collection Espace Libre et "Ces chiens qui attendent leur maître... et autres pouvoirs". :"Le fameux botaniste britannique, qui lança il y a vingt ans sa théorie des champs morphiques, poursuit vaillamment ses recherches, qui pourraient expliquer de nombreux phénomènes inexplicables, tels que la télépathie, la prémonition ou simplement la constance des formes vivantes. Son nouveau livre, Du Sentiment d’être regardé, paraît au printemps en langue anglaise. Nous sommes allés le voir à Londres, où il nous a convaincus de la nécessité de promouvoir des sciences plus intuitives et plus populaires."Les traductions françaises des livres de Rupert Sheldrake sont sorties aux éditions du Rocher.

 

 

J'aime cette phrase, en apparence au contenu paradoxal, du philosophe Jean-Paul Sartre, créateur de l'Existentialisme :"Dans la vie on ne fait pas ce qu'on veut,  mais on est responsable de ce qu'on est".

 

 

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

                                                           Principaux domaines abordés sur le site Retrouver son Nord :

 

                     Santé  -  Dépendances  -  Couple  -  Famille  -  Habitat  - Développement personnel

                                                                    envoyer un courrier à  Retrouver son Nord  vos avis reçus sur nos activités et sur ce site 

                                                                Pour être informé des nouveautés via la NEWSLETTER,

                                                                                       laissez-nous votre adresse

                                                                                                 en cliquant ici

                                                                         et en envoyant tel quel le message, c'est tout !

 

                                                                Si vous voulez faire connaître ce site à des connaissances,

                                                             avertissez-les en cliquant ici et envoyez leur tel quel le message

                                                                            ou avec un petit mot d'accompagnement.

                                                                                                                                               

 

                                                               

                                                                              retour à laa page d'accueil